Je bouquine

« Lake Ephemeral » de Anya Allyn

couv57068974« Sera, onze ans, a vécu toute son enfance dans un orphelinat. Mais sa vie prend un nouveau tournant lorsqu’elle découvre que sa mère biologique est bel et bien en vie et à sa recherche. Conduite à Lake Ephemeral, un domaine résidentiel isolé, pour l’y rencontrer, la jeune ado découvre une communauté en marge du monde. Là, les enfants sont libres de vivre pleinement jeux et aventures au quotidien dans ce paradis naturel. Mais bien vite, d’étranges détails troublent Sera : on lui refuse toute entrevue avec sa mère malade, les cinq autres jeunes qui cohabitent avec elle ne connaissent rien du monde ni de leurs premières années. Et si l’imposante clôture électrique qui délimite le domaine est bien installée pour les protéger de l’extérieur, pourquoi le terrain est-il infesté de plantes carnivores mortelles ? Dans les profondeurs du Lac Éphémère, Sera parviendra-t-elle à percer les secrets des sept manoirs ? Parviendra-t-elle à s’échapper ? »

On en parle de cette couverture de malade ?!!! Mon seul regret est de ne pas avoir la version papier (j’ai littéralement dévalisé les ebook des Editions du Chat Noir au prix de ouf de 1,99 euros 🙂 une belle façon de les soutenir en ces temps de confinement et de se faire plaisir !!!).

On suit donc ici le parcours de Sera, orpheline de 11/12 ans. Elle vit au sein d’une pension depuis ses 5 ans où on vient la chercher à la demande de sa mère finalement vivante mais malade. Elle est alors conduite à Lake Ephemérale sorte de domaine à la nature luxuriante, préservée, dense et mystérieuse. Suite à son arrivée, Sera va toutefois vite déchanter et des faits étranges vont venir ternir l’image de ce coin de paradis. Sera y rencontre la petite communauté (dont 5 enfants) vivant sur place mais en totale autarcie, dont les comportements et vêtements semblent d’une autre époque, elle ne va pas pouvoir rencontrer sa mère pour des raisons pas très claires, aurait vécu parmi eux les 5 premières années de sa vie sans en avoir gardé aucun souvenir… L’histoire oscille entre plusieurs influences et genres (de la SF à l’horreur parfois). J’admets ne pas avoir su à certains moments où l’autrice allait nous amener mais pris beaucoup de plaisir à me laisser surprendre. L’histoire avait un potentiel très riche et je n’ai pas été déçue. La plume est fluide et agréable à lire, l’intrigue (malgré une facilité scénaristique en milieu de roman un peu trop « grosse » pour moi) est bien menée. Ce bouquin pose également des questions et réflexions importantes sur le respect de la vie de façon générale, les limites de la science, la question du choix. Bref, on est happé par cette histoire assez addictive qui propose une bonne dose d’évasion. J’ai passé un très bon moment de lecture, je recommande 😉

Je bouquine

« Rozenn, tome 1 & 2 » de Laëtitia Danae

couv4883295              couv30526228

« Rozenn Kaplang est une djinn. Durant de longues années, son peuple a souffert de la domination des dagnirs, mais si l’esclavage est officiellement aboli, la liberté, elle, garde un goût amer. Et si une union entre princes et princesses de ces différentes tribus permettait de tirer un trait sur un douloureux passé ? »

Dernier article de l’année qui viendra également clôturer mon Challenge de l’Imaginaire 😉 eh ouiii on est encore dans les temps selon ma loi toute personnelle !!! Et je termine en beauté avec la lecture de cette duologie que j’ai littéralement bouffé !!! Ça faisait longtemps que je ne m’étais pas plongée dans de la Fantasy et ça fait un bien fou 🙂

On suit le parcours de Rozenn et de ses deux sœurs, princesses Djinns, que le Sultan Dagnir souhaitent unir à ses trois fils dans un projet d’unir leurs deux espèces et cimenter un climat de paix. Les Djinns bénéficient officiellement d’une liberté mais dont la notion est clairement à nuancer mais c’est ce qu’on va progressivement découvrir. Les deux tomes se lisent à une vitesse folle, l’écriture est agréable sans coquille, la psychologie des personnages bien étoffées, l’intrigue vraiment bien. L’univers et la mythologies créés par l’autrice sont assez novateurs même si l’histoire en elle-même répond à certains schémas : une société de castes où les Dagnirs ont longtemps asservi les Djinns réduits en esclavage et exploités pour « leur fluide »… on la sent l’embrouille et le scénario d’une possible révolte ??? Mais ça ne gâche en rien le plaisir de lecture, il n’y a aucun temps morts, même l’histoire d’amour en fond m’a énormément plu (ce qui n’est pourtant pas trop mon truc)…

Bref, un vrai coup de ❤ pour cette duologie… j’ai passé un super moment !!!

cli7b

 

Livre – 13/12

Je bouquine

« La dernière sirène » de Sibylline et Capucine

couv62245647« Cette histoire commence au tout début du XXème siècle, dans une petite ville côtière. Ava est une sirène et elle est la dernière de son espèce. Pour se protéger, elle a longtemps évité le contact des hommes, mais un jour la faim a gagné. Elle s’est approchée un peu trop près du port de pêche et s’est fait capturer… »

J’ai reçu cette merveille suite à ma participation (évidente) à la campagne Ulule pour la publication de ce petit bijou de papier. Le livre est en lui-même un magnifique objet : belle couverture tissée de qualité (genre vieux livre comme on en trouve plus), toutes les tranches sont magnifiquement dorées tout comme le titre, c’est une histoire illustrée MAIS avec des gravures ce que j’adore telllement mais telllllemment !!! Pour ma petite pomme, les gravures dans les bouquins sont une véritable madeleine de Proust : le souvenir de la « Bibliothèque pour tous » de ma petite ville et sa collection de poches illustrés de Jules Verne que j’ai littéralement dévorée étant enfant…

624eb70d89b4a7f545d8ced2560fdd88

L’histoire en elle même est une réécriture du mythe de la sirène saupoudrée de gothique un peu à la Tim Burton. L’histoire d’Ava, LA dernière sirène, seule survivante de son espère qui, tout d’abord capturée, va finalement être vendu comme bête de foire à un cirque, véritable freaks show dirigé par un Directeur vénal et sans âme. Et c’est à partir de là que j’ai particulièrement aimé l’histoire… Le roman met évidemment le doigt sur des questions très importantes : la différence, le handicap, le voyeurisme malsain, la chosification du corps… Le roman est également très immersif, on est dans ce foutu cirque, on baigne vraiment dans cet ambiance désuète. Mais surrrrtout, Ava ne va pas se lier ou s’attacher à ses compagnons d’infortune comme on pourrait s’y attendre. Son contact quotidien avec eux, sa privation de liberté et l’éloignement avec l’océan ne vont pas induire chez elle des sentiments « humains ». Bien loin de « La petite sirène », elle reste une créature mythique avec sa propre nature sauvage et étrangère à nos « codes ». La fin (qui n’est pas sans poésie) est d’ailleurs un joli pied de nez à toutes les versions édulcorées du mythe.

Bref, j’ai adoré cette lecture, l’histoire est riche, bien écrite et que dire des illustrations… Je recommande +++ 🙂

PS : Je termine avec cette lecture le Pumkin Autumn Challenge 🙂 !!!

cli7b

 

Livre – 10/12

 

 

Menu Automne Frissonnant :

  • Les Freaks, c’est chic
Je bouquine

« Onirophrénie » de Rozenn Illiano

couv45074785« Un jour de janvier, une tempête cataclysmique s’abat sur le monde. La lumière descendue du ciel ravage la Terre et lance un funeste compte à rebours, à la fin duquel il ne restera plus rien. Par chance, les marcheurs de rêves l’avaient prédit grâce à leur pouvoir si particulier, et la plupart d’entre eux ont pu se mettre à l’abri. Comme eux, Lili survit à la catastrophe. Mais pour un temps seulement : son don ne lui obéit plus depuis longtemps. Démunie et tourmentée, elle rencontre alors Fañch, un adolescent jeté à la rue en raison de son homosexualité. Ensemble, ils errent au hasard, à la recherche d’une destination peut-être, d’un but, au gré de leurs failles et de leurs blessures, des douleurs qui, tour à tour, font avancer ou reculer, paralysent, donnent de l’espoir ou découragent. Qu’espérer, en réalité, quand il n’y a que la fin au bout de la route ? – Onirophrénie est un spin-off de la série TOWN. »

J’avais tellement mais tellemeeeeent hâte de me plonger dans ce roman !!! La couverture est juste magnifique et une belle invitation à découvrir ce spin-off !!! J’avais découvert le personnage de Lili et les plus qu’intrigants « marcheurs de rêves » dans un des recueils de nouvelles de l’autrice. Car, pour celles et ceux qui ne connaitraient pas encore les pépites de cette tisseuse d’histoires (vous attendez quoi ???!), le travail de Rozenn Illiano est comme une immense toile où romans et recueils sont tous connectés tout en étant indépendants, où les personnages voyagent d’un univers à l’autre…

Dans ce roman, on suit donc Lili, puissante marcheuse de rêves, dont le don (fortement lié à son parcours, ses rêves et ses regrets, bref ses casseroles qu’elle n’a pas réglées…) lui pose pas mal de problèmes qu’elle assomme à coup de médocs. Elle survit comme quelques autres à l’apocalypse et croise le chemin de Fañch, ado un peu marginal au parcours douloureux. Un lien indéfectible va se créer entre cette marcheuse de rêves bougonne et solitaire et ce jeune en manque d’ancrage et de lien notamment familial. J’ai adoré la relation d’amitié et de grande confiance qui se créé entre ces deux cocos qui étaient faits pour se rencontrer. Les choses sont très bien amenées et magnifiquement écrites. L’histoire pose également des questions de fond intéressantes : quel sens donner à sa vie et la vie en général quand on sait que notre temps est compté, la notion de liberté, les dynamiques de groupe dont on peut se retrouver pris en otage, le regard de l’autre et l’intolérance face à la différence… Bref, j’ai adoré ce roman que j’ai littéralement bouffé. Je recommande évidemment cette lecture !!! Gros coup de ❤ ❤ ❤ !!!

cli7b

 

Livre – 9/12

 

 

Menu Automne Enchanteur :

  • Rêverons-nous de moutons électriques ?
Je bouquine

« Dans les veines » de Morgane Caussarieu

Sans titre« La canicule enflamme les nuits bordelaises. Une bande de camés dévaste un supermarché. Et tandis que l’on repêche des cadavres exsangues dans la Garonne, des filles perdues poussent leur dernier soupir sur le son du Bathory, nouveau repaire de la faune nocturne. Chargé d’enquêter sur ces événements, le lieutenant Baron suit la trace de tueurs dégénérés avides de sexe, de drogue et de rock’n’roll, bien décidés à saigner la cité girondine.
Vampires… Le mot, absurde, échauffe les esprits, sans que personne n’ose encore le prononcer. Et alors que l’investigation piétine, Lily, la propre fille de Baron, s’entiche de l’inquiétant Damian, pensant trouver dans cette passion toxique un remède à son mal-être. »

Je SAVAIS que la plume de cette nana me plairait !!! Appeler ça l’intuition ou 8ème sens de la lectrice (oui, j’ai quelques talents cachés héhéhé) ou du chauvinisme (étant née dans la région des pins comme elle…) car oui avoir des autrices qui sont du « coin » et qui envoient du bois c’est assez chouette !!! Bref, le style est top, la plume fluide, crue et directe sert formidablement bien le récit… Et là, on en vient au gros du morceau… car cette chère Morgane nous embarque dans un véritable retour aux sources du mythe du vampire : bestial, assoiffé de sang, dégénéré, malsain et sans aucune limite… Tout ça dans un univers underground à l’influence post punk que j’ai adoré ❤ Comme précisé sur la couverture, ce roman s’adresse à un « public averti » car l’autrice ne nous épargne absolument rien !!! C’est trash, gore, sanglant, dérangeant, obscène… donc clairement pas pour tout le monde mais l’histoire est géniale !!! J’ai bouffé ce roman en moins de deux jours, impossible de le lâcher, j’étais à foooond dedans et vraiment curieuse de voir comment elle allait nous pondre une fin à la hauteur de son intrigue et de ses personnages… et… c’était juste parfait !!! Bref, une lecture addictive qui te prend aux tripes !!!

 

cli7b Livre – 5/12

Je bouquine

« Sangs maudits, tome 1 : L’alliance forcée » de Bettina Nordet

couv6316417« Dans un monde édifié sur les ruines d’une civilisation ancienne au savoir prodigieux, détruite par la guerre, et dont les vestiges sont des trésors pour lesquels certains sont prêts à tout, même à tuer, Shanell, courtisane de Nicée, une cité sous protectorat de l’Empire, s’efforce depuis toujours de mener une vie discrète pour protéger son secret. S’il était dévoilé, ce dernier lui vaudrait une fin horrible. Pourtant, l’assassinat de l’un de ses clients, après la découverte d’un complot, fera totalement basculer son existence. Pour survivre et tenter de contrecarrer cette conspiration, la jeune femme se lancera dans un périlleux voyage au cœur des territoires sauvages en compagnie d’un protecteur improbable, qui pourrait bien se révéler le plus grand danger de tous. »

Ai-je besoin de rappeler ici mon amour pour les Editions du chat noir ??? 🙂 on est d’accord… je pense que non !!! Ce roman me faisait de l’œil depuis longtemps… persuadée que cette lecture me plairait (appeler ça le 6ème sens d’une lectrice addict 🙂 ). Et ma fois, je ne me suis pas trop trompée ! Sans être pour autant un coup de cœur, j’ai vraiment passé un très bon moment. Alors oui, l’intrigue a un goût de déjà vu, l’univers du roman aurait peut être mérité d’être un peu plus exploité et développé (on a envie d’en savoir plus), certains rebondissements sont quelque peu prévisibles… mais on s’en fout !!! L’autrice a pris le parti de centrer son histoire sur la relation des deux personnages dont on a plaisir à suivre l’évolution et à en découvrir plus sur eux !!! L’écriture de Bettina Nordet est vraiment agréable et efficace. Bref, j’ai bouffé ce livre, complètement accroc !!! Je lirai sans aucun doute la suite et fin de cette duologie et vais certainement me tenter son autre saga « La geste des exilés » 😉 encore des achats en perspective…

cli7b Livre – 4/12

Je bouquine

« Town, tome 2 : Oracles » de Rozenn Illiano

couv20468775

« Oxyde est le jumeau astral d’Élias : nés en même temps et au même endroit, ils forment une entité clairvoyante et puissante guidée par Dossou, un esprit venu du fond des âges. Mais alors qu’il n’est qu’un adolescent, Oxyde envoie tout voler en pactisant avec un ange : son nom et son âme contre plus de pouvoirs, et tous les dommages collatéraux qui vont avec.

De nos jours, sorciers et mages sentent flotter dans l’air les signes d’un changement profond qui affectera la société tout entière. Discriminations, obscurantisme, autoritarisme et, derrière le rideau, le monde ésotérique qui s’affole. La métamorphose annoncée risque de faire très mal. Alors Oxyde part en chasse de l’ange à qui il a vendu son existence, histoire de renégocier le contrat avant l’Apocalypse. »

Je continue tranquillement la saga Town de la géniale Rozenn Illiano dont je ne cesse de vanter les talents sur ce blog… Je dis tranquillement car je ne suis ABSOLUMENT pas pressée de quitter cet univers et surtout ces personnages !!!

Ce 2nd tome se déroule avant le cataclysme ayant décimé « la quasi-totalité de l’humanité en quelques secondes » décrit dans le 1er tome et suite auquel « les survivants doivent affronter… toute l’hostilité de la planète ravagée, les fous dangereux sillonnant les routes… et les hordes d’anges descendus du Ciel pour les exterminer. »

Ce 2ème opus est centré sur le personnage oh combien intrigant d’Oxyde aperçu par petites touches dans le 1er tome de la saga et notamment dans Elisabeta (eh oui car TOUT est relié dans l’univers fascinant de Rozenn !!!). Après cette lecture, je comprends pourquoi ce personnage est un des petits « chouchous » de l’autrice. Contrairement à son jumeau astral, Oxyde n’est pas sans failles ni ambivalences. Il a en lui une part de noirceur avec laquelle il tente tant bien que mal de composer pour limiter les dégâts ce qui le rend profondément humain. Ce mec est d’autant plus intéressant que c’est un clairvoyant autant dire un combo de pouvoirs astraux multiples et divers lui conférant une presque toute puissance. On sent également la fragilité du personnage qui n’est pas maître de sa vie et comme pris en otage par son immense pouvoir qui devient un enjeu dans une forme de guerre qui le dépasse.

Ce second tome est vraiment une étape importante dans la compréhension de l’histoire. On en apprend beaucoup plus sur les clairvoyants et l’étendue de leurs pouvoirs, les chasseurs d’anges, la relation entre Oxyde et Elias, leurs parcours de vie… J’ai également adoré le personnage de Ana et l’image de cette sorcière créatrice tissant sa toile comme Rozenn tissant la trame de ses histoires toutes liées entre elles… Bref, encore un coup de cœur pour cette autrice que je n’aurai de cesse de découvrir !!! 🙂

cli7b Livre – 3/12