Je bouquine

« Les Errants, tome 1 : Origines » de Denis Labbé

couv62094389.gif« Que faire quand on est une adolescente et que le monde s’écroule autour de soi ? C’est la question qui se pose à Marion, seize ans, que rien ne préparait à une telle catastrophe. Lors d’un voyage scolaire au camp de travail du Struthof, certains de ses camarades et de ses professeurs sont frappés par un mal étrange. Alors que l’épidémie se répand, elle essaie d’y échapper, en compagnie d’un groupe d’amis rescapés. Mais sans l’aide d’adultes, la tâche va s’avérer délicate et la vie en communauté pas si aisée que cela. »

J’ai tenté cette lecture encore et toujours à cause d’ELLE 😉 J’avoue que la couverture n’était pas très engageante pour moi (je ne saurais dire pourquoi… trop jeunesse peut-être) mais la chronique de la coupable dénoncée ci-dessus m’a fortement encouragée à découvrir cette trilogie. L’occasion également de tester ma liseuse (je reviendrai sur ce point une prochaine fois car cet achat fût l’objet de moult réflexions et prises de tête) avec ce premier e-book !

On suit ici les mésaventures d’un groupe d’ados lors d’une sortie scolaire dans un ancien camp de travail où les choses vont complètement dérailler. L’effet miroir entre l’horreur des évènements passés dans les camps et l’horreur du présent est une idée vraiment pas mal et plutôt bien développée. Denis Labbé prend le temps de dresser son décor et de faire quelques piqures de rappel au niveau historique. On pourrait reprocher une certaine lenteur, surtout au début, dans l’enchainement des évènements et surtout le manque de réaction des « adultes » qui ne percutent vraiment pas ce qui se passe mais cela ne gâche en rien le plaisir de lecture. L’écriture de Denis Labbé est agréable et ce court roman se bouffe rapidement. Concernant les personnages, ben c’est des ados… et moi les ados c’est pas toujours ma tasse de thé dans les romans. En effet, Denis Labbé n’évite pas certains clichés : la gothique sensible, le fan de métal aux cheveux longs et intelligent, la 1ère de la classe déléguée d’élèves, le mec un peu bizarre du bahut sans ami, la jolie fille un peu niaise… j’aurais apprécier un peu plus de nuances. En bref, ce roman reste un 1er tome assez introductif mais qui donne envie d’en apprendre plus ! 🙂

miniature-pac-2018-9  Livres 1/8

Je bouquine

« Elisabeta » de Rozenn Illiano

Elisabeta-couverture-web-300x400« Le Cercle désigne une société secrète cachée dans les ombres de l’Histoire depuis ses balbutiements, et fédère le peuple immortel que les humains nomment « vampires ». En France, Saraï est une jeune immortelle assignée à résidence depuis toujours ou presque. Elle a été jugée pour avoir manifesté un pouvoir parapsychique interdit, un don qu’on lui a retiré avant de la marier de force et de la contraindre à ne jamais quitter sa maison.
En Italie, Giovanna est une mortelle qui vit en compagnie d’un vampire, et dont elle est la seule source de sang. Elle non plus n’a pas eu le choix : née dans une famille proche du Cercle, elle a dû se soumettre à leur autorité et quitter sa petite vie toute tracée. Jusqu’à ce jour de novembre 2014, quand une éclipse solaire se produit. Le phénomène réveille le don endormi de Saraï. Giovanna, quant à elle, est agressée dans sa propre maison par un immortel, qui lui donne de force la vie éternelle. Depuis, le Cercle les menace de mort, car il ne tolère pas les écarts de ce genre. Grâce à son don, Saraï entend l’esprit d’une ancienne Reine immortelle, Elisabeta, dont l’âme est piégée à l’intérieur d’une poupée de porcelaine. Elisabeta a tout perdu : son pouvoir, son règne, son enfant et son amant. Réduite aujourd’hui à l’état de fantôme, elle accepte de venir en aide à Saraï qui veut se confronter au Cercle, quitte à le détruire. »

Bon… je continue gentiment mon p’tit bout de chemin livresque avec Rozenn Illiano et me suis attaquée à son beau bébé de 500 pages et quelques. J’avais adoré ses recueils de nouvelles, dont celui-ci, et eu un énorme coup de cœur pour sa novella. Bref, j’étais trèèès curieuse de la découvrir dans un roman et comment dire… je suis épatée par le talent de cette nana !!! L’autrice a créé toute une société d’Immortels (pour ne pas dire vampires) avec son histoire, sa mythologie, son organisation, ses particularités, sa hiérarchie, ses luttes de pouvoir… j’en passe. Bref, on redécouvre le mythe du vampire à la sauce Illiano et c’est juste génial !!! Les personnages sont fouillés, l’intrigue est trèèès bien menée, tout s’imbrique à la perfection, j’ai adoré !!!! D’autant plus qu’en lisant ses publications, je capte tous les liens subtils entre toutes les histoires créées par l’autrice, une vraie toile d’araignée qu’elle appelle le « Grand projet » où tout est lié… Pas besoin d’en dire beaucoup plus sur l’histoire en elle-même, le résumé ci-dessus donne déjà pas mal d’infos. Et doit-on vraiiiment parler de cette couverture juste magnifique ?!!! Bref, je recommande +++ cette lecture. Groooos coup de ❤ !!!

cli6a-lc3a9chiquierdumal_dansimmons Le challenge « Littérature de l’Imaginaire » – 11/12

Je bouquine

« L’Ouroboros d’Argent » de Ophélie Bruneau

couv33997093« Axel est généreux. Axel est amoureux. Axel est trop gentil. Aujourd’hui, il doit traverser la France pour acheminer un héritage. Célia est fière. Célia est implacable. Célia est un loup-garou. Aujourd’hui, secondée par deux jeunes de sa meute, elle doit retrouver l’objet responsable d’une vieille malédiction. À la croisée des chemins, le piège se referme dans le Massif Central. Prête à tout pour mener à bien sa mission, Célia n’hésitera pas à détruire la vie d’Axel s’il le faut. Le jeune homme a de la résistance à revendre et des amis prêts à l’aider. Pourtant, cette fois, il pourrait bien finir broyé au nom de l’Ouroboros d’argent. L’artefact vaut-il seulement tous ces sacrifices ? »

Moi qui étais essentiellement une lectrice de contemporains et de classiques (je dévorais mes premiers Jules Verne en primaire pour enchaîner sur Zola au collège… et NON ce n’étaient des lectures imposées… 🙂 ) et bien je ne me lasse pas de découvrir des lectures de l’Imaginaire type fantasy et fantastique… Ce roman me faisait de l’œil depuis un moment à cause de son titre et je n’ai pas été déçue. J’ai adoré cette lecture !!! On suit les mésaventures d’Alex, gentil mec sans histoire, investi dans son travail d’animateur auprès des enfants, heureux en amour mais qui est également… un garou. Il est chargé par son chef de meute de récupérer un objet hérité par celui-ci et se voit embarqué bien malgré lui dans une histoire de vengeance menée par Célia, future alpha d’une autre meute. L’histoire en elle-même n’a rien d’extraordinaire (ce qui n’est en rien péjoratif) mais c’était sans compter sur la plume de l’autrice que j’ai adorée ! C’est bien construit, efficace et très bien écrit !!! L’intrigue est très bien menée et il n’y aucun temps mort. Bref, ce roman se bouffe à toute vitesse et se lit avec beaucoup de plaisir. Seul regret, j’ai eu un goût de trop peu à la fin de ma lecture. L’autrice met en place toute une mythologie autour des garous et un univers très riche dont j’aurais aimé en apprendre plus. Mais, GROS point positif, l’histoire se passe en France ce qui fait grand plaisir 😉

cli6a-lc3a9chiquierdumal_dansimmons Le challenge « Littérature de l’Imaginaire » – 10/12

Je bouquine

« La faucheuse » de Neal Shusterman

couv29800284« Les commandements du Faucheur :
Tu tueras.
Tu tueras sans aucun parti pris, sans sectarisme et sans préméditation.
Tu accorderas une année d’immunité à la famille de ceux qui ont accepté ta venue.
Tu tueras la famille de ceux qui t’ont résisté. »

On a vu ce livre paaaaaartout pendant un loooong moment, difficile de passer à côté et de ne pas être tentée (comme souvent, je sais je sais). Ce n’est pas un achat que j’aurais pourtant fait ayant d’autres priorités livresques mais j’ai profité de mon bon d’achat de nouvelle adhérente France Loisirs pour l’avoir gratos… Bref, après cette intro dont tout le monde se fout, parlons un peu du dit livre.

On découvre ici une société qui a vaincu la Mort et où chacun(e) peut passer le « cap » c’est à dire rajeunir à sa convenance pour revivre sa vingtaine, refaire des gosses et tout le bordel autant de fois qu’il le souhaite. Jusque là tout va bien, sauf que l’humanité croît beaucoup trop par rapport aux ressources de la planète… Afin de réguler la population, des « faucheurs » sont chargés de « glaner » (pour ne pas dire tuer) un nombre déterminé de personnes par an.

La 1ère partie du roman dresse un peu le tableau de fond. Nous suivons le parcours de Citra et Rowan, deux apprentis faucheurs, et découvrons à travers eux le fonctionnement de cette « caste » si particulière. Je dois dire que je n’ai pas du tout aimé le début du roman, ce qui est plutôt rare pour une lectrice comme moi qui adoooore généralement tout ce qu’elle lit 🙂 Le « glanage » m’a paru d’une cruauté sans nom, le choix de la « victime » totalement arbitraire et subjectif tout comme le choix dans la manière de tuer. D’autant plus que nous découvrons vite les dérives d’un tel pouvoir, les faucheurs agissent en effet en toute impunité et sont en quelque sorte au dessus des lois. La 2ème partie du roman était plus agréable à lire car plus dynamique, il se passe plus de choses et les personnages évoluent malgré quelques caricatures (j’aurais apprécié plus de nuances). La fin laisse toutefois présager une suite assez tentante (le tome 2 m’attend déjà gentiment sur une de mes trop nombreuses étagères).

Je n’en dirai pas beaucoup plus pour ne pas gâcher votre possible découverte de ce roman. En bref, ça reste une lecture agréable. L’écriture est fluide et facile d’accès, l’histoire assez addictive. Ce roman a le mérite d’aborder le thème de la « Mort » mais de façon assez directe ce qui peut être délicat et difficile pour certain(e)s. Il pose également la question de ce que nous serions prêt(e)s à accepter pour parvenir à l’immortalité. L’auteur fait preuve d’audace en ce sens ce qu’on ne peut qu’apprécier 😉

Ps : Désolée pour l’usage intempestif des « … », c’est ma tendance à développer des tics d’écriture à tout bout de champ 🙂 bref, je vais biiieen tout va biiieen !!!

cli6a-lc3a9chiquierdumal_dansimmons Le challenge « Littérature de l’Imaginaire » – 9/12

Je bouquine

« Notre Dames de la Mer » de Rozenn Illiano

couv54288570 « Alors que sa grand-mère est hospitalisée, Nellig profite de devoir veiller sur la maison familiale pour s’accorder des vacances en Bretagne. Mais la demeure est hantée de souvenirs, de présences, d’échos d’enfance enfuie… et Nellig n’aime pas vraiment ça. La nuit de la Toussaint, tandis qu’une tempête se fracasse sur les côtes et que les phares s’éteignent, pendant que d’anciennes légendes refont surface, le fantôme de son grand-père lui apparaît. Et il a un message à lui faire passer. »

Je l’écris tout de suite, cette novella est un p*tain de coup de cœur !!! Comme déjà évoqué ici à plusieurs reprises, j’ai découvert il y a quelques temps la magnifique écriture et l’univers tellemeeeeent riche de Rozenn Illiano !!! Bref, j’ai acheté tout ce qu’elle a publié en version papier et tombe en pâmoison à chacune de mes nouvelles lectures.

Dans cette novella, l’autrice nous embarque dans sa Bretagne natale. On sent d’ailleurs qu’elle a mis beaucoup d’elle-même dans cette histoire. Avec beaucoup de justesse, elle a extrêmement bien rendu cette impression si particulière qu’on ressent quand on revient dans la maison adorée de nos grands parents : les odeurs dans l’air, les bruits familiers du plancher, les objets, une ambiance… Car, cette maison est aussi remplie de souvenirs d’enfance partagés avec un grand-père alors disparu et dont l’ombre hante encore ce lieu où il a longtemps vécu. Mais, cette novella ne traite pas seulement de deuil. Elle parle aussi d’héritage familial tel que ce lien si particulier avec l’océan ancré en Nellig et dont l’appel va se faire de plus en plus impérieux voire douloureux… C’est là toute la réussite de cette novella, l’autrice propose un récit tout en équilibre entre mythe et réalité. On est complètement embarqué dans cette histoire servie sur un plateau d’argent : l’écriture est sublime et immersive, l’histoire sombre tout en étant magnifique…

Je ne vous cache pas que j’ai pas mal galéré pour écrire cet avis. Des semaines après ma lecture, j’en garde encore une impression très prégnante difficile à définir et décrire. Certainement parce que cette histoire me parle particulièrement et fait écho à mon propre parcours. C’est peut être aussi parce que cette nana a tout simplement un p*tain de talent !!! 😉

 

cli6a-lc3a9chiquierdumal_dansimmons Le challenge « Littérature de l’Imaginaire » – 8/12

Je bouquine

Saga « Holomorphose » de Jean Vigne

 

Tome 1 « Blasphème » : « En ce bas monde, nous avons tous un fardeau à porter. Il semblerait que nous ayons trouvé le nôtre. A nous de faire en sorte qu’il ne devienne pas celui de l’humanité tout entière. Depuis son récent déménagement à Grenoble, Solana est devenue une ado solitaire, sans ami ni attache. Son année de terminale s’avère compliquée, entre un père absent, une mère détachée et une bande de jeunes qui l’a prise pour cible. Difficile de faire pire… et pourtant. La Destruction semble s’installer dans les parages, chez Solana plus exactement, qui bientôt ne peut plus bouger le petit doigt sans déclencher une catastrophe. Les cadavres se multiplient en ville, les portes de l’apocalypse sont sur le point de s’ouvrir et Solana pourrait bien en être la clef. »

Tome 2 « Armageddon » : « Un acide en guise de sang, des ados changés en statues de verre, mon père adoptif assassiné et moi, sur le point de l’être ; ma vie déjà peu brillante s’est transformée en enfer. J’ai dû quitter précipitamment un Grenoble dévasté par la lutte fratricide de trois anciennes déesses et de leurs soldats immortels. J’ai fui pour aller trouver des réponses dans un temple paumé au fin fond de la Mongolie, hot spot du tourisme international… Malédiction ou non, ce voyage a fait de moi une nouvelle recrue, aussi redoutée que convoitée, dans un conflit séculaire. Pour l’Homme, l’ère de la survie a déjà débuté. Pour moi, que dire ? Cette histoire n’est plus vraiment la mienne. Elle appartient à cette entité enfouie en moi, dont le dessein est de terminer une guerre commencée, voilà des millénaires. Faire un avec une ado rebelle ne fut pas sa plus grande idée… »

Cette duologie est un de mes derniers achats aux Éditions du Chat Noir et je l’ai trèèès vite bouffée !!! Il faut dire que les couvertures sont tellemeeeent belles (que dire du fabuleux travail de Mina M…) et les résumés tellemeeeent intrigants !!!

On suit ici les aventures de Solana, jeune nana de 17 ans un peu paumée fan de métal et au style gothique, qui vient de débarquer à Grenoble avec ses parents. On s’attache vite à cette ado qui a du mal à se faire des amis, un père absent la majorité du temps et une mère avec qui elle ne s’entend pas… Cette vie déjà compliquée pour elle ne va pas s’arranger… mais alors pas du tout !!! Assez vite, d’étranges phénomènes se produisent dans son quartier où des statues de verre de personnes disparues sont retrouvées. Une enquête aux allures paranormales est alors ouverte. Au même moment, Solana commence à faire d’étranges cauchemars (réminiscences d’une vie passée ?) et a développé un don plus qu’inquiétant…

Voilà pour le décor et je n’en dirai pas beaucoup plus parce que cette duologie va de rebondissements en surprises totales du début à la fin. Je n’ai RIEN vu venir mais alors pas du tout !!! C’est un savant mélange trèèès bien réussi et tout en équilibre entre mythologie gréco-romaine, SF pure (genre Terminator), thriller fantastique, fantasy et j’en passe !!! L’auteur a pris un grooos risque mais ça fonctionne trèèèès  bien. La plume de Jean Vigne est fluide et agréable à lire. Son style et la narration donnent une bonne dynamique au texte, on ne s’ennuie jamais !!! Bref, j’ai adoré cette lecture. J’ai un autre roman du même auteur dans mon énoooorme PAL et m’y plongerai avec moult plaisir 😉

cli6a-lc3a9chiquierdumal_dansimmons Le challenge « Littérature de l’Imaginaire » – 7/12

 

New Year book challenge ! ✨Livre 6/12

Je bouquine

« Fêlures » de Rozenn Illiano

couv17155484 « Ce n’est pas tant la nostalgie qui guide ces mots, mais bien quelque chose qui s’apparente plus à une blessure ancienne, de celles qui s’imposent à vous dès que le temps change, qui font vriller vos os sous l’humidité de l’air ou la tension des tempêtes. Je crois que c’est pour cela que je guette, à la fin de l’été, le moment où les journées raccourcissent. Parce que le jour se couche tôt, parce que la nuit s’empare du paysage alors que le soir n’a pas encore sonné. Un rythme d’ailleurs, un rythme d’autrefois posé sur les méridiens du Pacifique. Si j’attends la venue de l’automne et la promesse de l’hiver, c’est pour rejeter en bloc la chaleur et le soleil. Pour noyer dans le froid ces souvenirs doux-amers de jour mourant, de montagnes baignées d’orage. — La Boussole. Huit nouvelles parcourues de failles et de rêves sans issue, d’inévitables séparations et de retrouvailles au pied des tombes. »

Une mention spéciale pour Rozenn Illiano et son recueil de nouvelles « Fêlures » que j’ai A-DO-RÉ. Ce n’était pourtant pas gagné pour moi qui suis peu amatrice de ce genre littéraire mais que dire… La plume est tout simplement géniale, magnifique, immersive. En quelques phrases, elle m’a complètement embarquée !!! 🙂 Après cette lecture, on a envie de se replonger dans Edgar Allan Poe, on se prend à rêver d’étendues neigeuses et glaciales… extraordinaire pour une frileuse telle que moi !!! C’est ma première lecture de cette autrice mais certainement pas la dernière. En plus des qualités de plume et de style, il y a un très beau travail éditorial autour du livre lui-même (la couverture, les titres). Pour de l’auto-édition, et tout le boulot que cela représente, chapeau bas Madame !!! D’autant plus qu’il est bon de souligner que la Madame en question, en plus d’écrire, a également fait la photo de couverture (sur laquelle elle pose elle-même) de son recueil qui est juste magnifique (un peu agaçant ces personnes aux multiples talents n’est-ce pas ? 🙂 ). Dans les prochains mois, je vais me bouffer toutes ses publications par ordre de parution (tu la sens la maniaquerie boulimique de la blogueuse livresque ?!). Bref, je vous invite vraiiiiment à découvrir cette autrice !!! 😉

cli6a-lc3a9chiquierdumal_dansimmonsLe challenge « Littérature de l’Imaginaire » – Livre 6/12