Je bouquine

« Ravage » de René Barjavel

couv65648735« – Vous ne savez pas ce qui est arrivé ? Tous les moteurs d’avions se sont arrêtés hier à la même heure, juste au moment où le courant flanchait partout. Tous ceux qui s’étaient mis en descente pour atterrir sur la terrasse sont tombés comme une grêle. Vous n’avez rien entendu, là-dessous ? Moi, dans mon petit appartement près du garage, c’est bien un miracle si je n’ai pas été aplati. Quand le bus de la ligne 2 est tombé, j’ai sauté au plafond comme une crêpe… Allez donc jeter un coup d’œil dehors, vous verrez le beau travail ! » Ravage, publié en 1943, ouvre la voie à la science-fiction en France.

Ma première lecture de Barjavel (et noooonnnn, je n’ai pas commencé par « La nuit des temps » !!! mais pas d’inquiétude, son tour viendra…). Et, je ne comprends pas pourquoi on ne parle pas plus de ce roman qui pourrait être considéré comme précurseur au même titre que « 1984 » de George Orwell. L’histoire se déroule en 2052 à Paris. La société est alors entièrement dépendante de l’électricité (donc de l’énergie… vous me voyez venir avec mes énooormes sabots…) pour toute son organisation : déplacements, communication, production agricole et alimentaire, approvisionnement en eau, santé… L’homme et le progrès ne semblent connaître aucune limite. Mais, du jour au lendemain, l’électricité disparaît et toute cette société moderne va tout simplement s’effondrer et sombrer dans le chaos le plus total. Si ce n’est la place laissée aux femmes dans le roman (avant de taxer l’auteur de machisme, n’oublions pas qu’il écrit au début des années 40), ce roman est très actuel. Enfin, espérons qu’on s’organisera un peu mieux quand il n’y aura plus d’or noir sur notre belle planète !!! 🙂

Je bouquine

La trilogie « Méto » d’Yves Grevet

couv64597069  couv21015096  couv70420244

Tome 1 // « Soixante-quatre enfants vivent coupés du monde, dans une grande maison. Chacun d’eux sait qu’il devra en partir lorsqu’il aura trop grandi. Mais qu’y a t il après la Maison ?… »

Tome 2 // « Méto et ses camarades ont enfin franchi les portes de la Maison, livrant un combat terrible pour leur liberté. Méto est grièvement blessé lors de la bataille… »

Tome 3 // « De retour à la Maison, Méto est séparé de ses proches et désigné aux yeux de tous comme le « traître ». Les César le conduisent bientôt dans une partie de la Maison tenue secrète et réservée aux membres du groupe E, une élite chargée d’effectuer des missions sur le continent… »

Je continue mon book trip en littérature jeunesse avec cette trilogie d’Yves Grevet. J’avais découvert cet auteur français avec son roman « Koridwen » de la Série U4 que j’avais déjà bien aimé. Mais que dire de ces 3 romans !!! J’ai tout simplement adoré cette lecture et dévoré les 3 tomes. Le style de l’auteur est un vrai coup de cœur. C’est épuré, les phrases sont brèves et efficaces. Et que dire de son personnage et narrateur Méto !!! On suit le parcours et surtout l’émancipation de ce jeune garçon qui évolue et tente de survivre dans une sorte de société ultra totalitaire à la George Orwell. L’intrigue est géniale et bien menée ce qui rend la lecture de ces livres assez addictive (on veut savoir la suiiiiite !!!). Les personnages sont tops et attachants (même si on s’y perd un peu entre tous les prénoms romains). Les romans font l’éloge de l’amitié, de la solidarité et de l’apprentissage de l’autonomie. Et, les questions abordées sont très larges : l’environnement, l’autorité, le secret, la manipulation, la famille, la confiance… j’en passe… Bref, une lecture jeunesse vraiment vraiment top !!! Et une mention spéciale pour le dessin des couvertures !!!

Je bouquine

« Dôme » de Stephen King

dome12« Le Dôme : personne n’y entre, personne n’en sort. A la fin de l’automne, la petite ville de Chester Mill, dans le Maine, est inexplicablement et brutalement isolée du reste du monde par un champ de force invisible. Personne ne comprend ce qu’est ce dôme transparent, d’où il vient et quand – ou si – il partira. L’armée semble impuissante à ouvrir un passage tandis que les ressources à l’intérieur de Chester Mill se raréfient. Big Jim Rennie, un politicien pourri jusqu’à l’os, voit tout de suite le bénéfice qu’il peut tirer de la situation, lui qui a toujours rêvé de mettre la ville sous sa coupe. Un nouvel ordre social régi par la terreur s’installe et la résistance s’organise autour de Dale Barbara, vétéran de l’Irak et chef cuistot fraîchement débarqué en ville… »

On retrouve ici le style et l’univers inimitables du grand Stephen King ! L’idée de départ du roman est tout de même sacrément bien trouvée : mettre sous cloche (ou sous dôme en l’occurrence) toute une ville du Maine et sa population, alors coupées du reste du monde, et voir ce qu’il se passe. C’est ce que j’adore chez cet auteur : partir d’un fait ou d’une idée simple et parvenir à en tirer une histoire hallucinante. Parmi les nombreux personnages, on retrouve des figures familières aux livres de l’auteur : le poivrot de service, des enfants un peu marginaux et géniaux, le mec taré qui devient encore plus taré à cause d’une tumeur, des femmes et mères courageuses, des fanatiques religieux… et des chiens qui ont également la part belle. La fin est un peu décevante à mon goût mais c’est souvent ce qu’on ressent avec les lectures très plaisantes : on aime pas quand ça s’arrête donc les dernières pages ont souvent quelque chose d’un peu amer.