Je bouquine

« Les mille et une vies des urgences » de Baptiste Beaulieu et Dominique Mermoux

couv11927434« Baptiste est interne dans un service d’ urgence. Celle qu’il surnomme la femme oiseau de feu voit ses jours comptés alors que son fils est coincé en Islande par un volcan au nom imprononçable. Baptiste n’a plus qu’un but, aider sa protégée à tenir jusqu’au retour de son fils. Pendant 7 sept jours, les journées du jeune interne sont rythmées par les moments qu’il passe à son chevet, à lui raconter toutes les vies de l’hôpital : les joies et peines des patients, les farfelus, les plus touchants, mais aussi la vie des internes et des infirmiers, leurs routines, leurs découragements, leurs amours parfois. Un témoignage rare et incroyablement touchant sur la terre méconnue mais essentielle que sont les urgences. Incontournable. »

Alors, je ne pouvais pas ne pas parler de ce roman graphique !!! Je l’ai lu il y a déjà quelques temps et en garde encore le souvenir vivace du gros coup de cœur. Coup de cœur déjà pour l’auteur, médecin de profession, qui a l’éthique et le respect de l’humain chevillés au corps et ÇA ça fait du bien !!! Il nous livre ici une forme de témoignage, et certainement une partie de son histoire personnelle, sur la vie et le boulot dans un service des urgences. Il y dépeint tout un panel de portraits dans lesquels on se retrouve toujours un peu. Car les urgences c’est la maladie, la mort mais aussi la vie. La vie des patients et la vie des soignants qui s’entrecroisent et se mêlent. Et ce mélange est détonnant. On rit beaucoup, on pleure également pas mal… Pour ne rien gâcher, le dessin est parfait, soigné, les couleurs géniales… Bref, cette lecture est un petit cadeau qu’on aurait tord de se refuser 😉

Je bouquine

« Fight Club, tome 2 » de Chuck Palahniuk et Cameron Stewart

couv46633216

« Certains amis ne vous laissent jamais en paix… La première règle du Fight Club, vous vous souvenez ? Mais ça, c’était avant. La cendre des glorieuses explosions d’antan est depuis longtemps retombée. Nous sommes dix ans après la fin de la première histoire. Marla et « celui qui se fait appeler Sebastian » sont désormais mariés, englués dans une haïssable petite existence bourgeoise. Ils ont une maison, un petit garçon, sans doute une carte d’électeur – plus rien ne les distingue de leurs voisins. Sebastian, cependant, n’est pas tout à fait guéri : il gobe des petites pilules pour juguler les symptômes de son ancienne schizophrénie. Marla, qui trompe son ennui en participant à des groupes de parole bizarroïdes, les remplace par du sucre et de l’aspirine : une façon comme une autre de faire revivre Tyler Durden, afin qu’il revienne foutre le bordel dans leur univers trop bien rangé. »

J’ai enfin lu la suite de « Fight club » célèbre roman du génial Chuck Palahniuk !!! Il faut préciser que ce bouquin est MON livre préféré et certainement LE livre qui a le plus changé ma vie. Et je ne parle pas de son adaptation cinématographique dont le dvd ne me quitte pas depuis plus de dix ans. C’est un peu MON film doudou… oui je sais je sais c’est violent, déjanté, barré j’en passe mais… j’adore… c’est mon exutoire, ma porte de sortie en cas de grosse déprime, de prise de tête… Pour ne citer qu’une phrase emblématique et bien connue qui donne le ton : « Les choses qu’on possède finissent par nous posséder ». Bref, pour ceux qui n’auraient pas vu ou lu « Fight Club » FONCEZ !!! Toutefois, une chose à savoir avec ce cher Chuck c’est que généralement ça passe ou ça casse. Son style d’écriture a une « musicalité » (je n’ai pas d’autre mot) et un rythme bien particuliers et pas toujours facile d’accès selon les goûts de chacun(e). Ses histoires sont vraiiiiment dingues. L’auteur ne se fixe aucune limite et ça ne peut franchement pas plaire à tout le monde. C’est d’ailleurs particulièrement le cas avec ce roman graphique qui part très loin dans la loufoquerie et le délire total.

On retrouve ici notre héros dix ans après le premier roman. Il se fait alors appelé Sebastian, est marié à Marla avec qui il a un fils. Il mène une vraie vie de petit bourgeois. Tyler Durden n’est plus qu’un mauvais souvenir grâce à un wagon quotidien de médocs. Mais c’était sans compter sur Marla qui s’ennuie ferme… et le retour de Tyler qui va sonner le glas de cette petite vie (trop) bien rangée. Faire une suite au cultissime roman était en soit très périlleux (comment faire mieux ou aussi bien sans se planter ?!!!). Mais le parti pris de la démesure totale dans l’histoire et de la traiter sous forme de roman graphique était franchement LA bonne idée. Cette suite est à sa manière une vraie réussite même si ça part grave mais alors graaaave en live par moments. Mais c’est Chuck donc on prend ce qu’il nous donne quitte à être choqués, interloqués, scotchés, éberlués, étonnés, stupéfaits… (je sèche, j’ai plus de verbe en ééééééé). Bref, heureuse d’avoir retrouvé Tyler and co !!! 😉