Je bouquine

« Millénium 4 : Ce qui ne me tue pas » de David Lagercrantz

couv18120684« Quand Mikael Blomkvist reçoit un appel d’un chercheur de pointe dans le domaine de l’intelligence artificielle qui affirme détenir des informations sensibles sur les services de renseignement américains, il se dit qu’il tient le scoop qu’il attendait pour relancer la revue Millénium et sa carrière. Au même moment, une hackeuse de génie tente de pénétrer les serveurs de la NSA… Dix ans après la publication en Suède du premier volume, la saga Millénium continue. »

Comme beaucoup, j’ai longtemps hésité à lire ce quatrième tome. Je l’ai pris, reposé puis repris… mais la curiosité l’a emporté sur l’appréhension d’être déçue. La trilogie initiale de Millénium ayant été un coup de cœur phénoménal sans parler de son adaptation suédoise, j’attendais beaucoup de cette suite… J’ai eu beaucoup de plaisir à retrouver les personnages dont évidemment et surtout Lisbeth. L’intrigue est vraiment pas mal, on retrouve les thèmes ayant fait le succès de Millénium : du policier où se mêle la quête de justice, les services secrets, les magouilles mafieuses de grande envergure… On en apprend plus sur le passé de la très secrète Lisbeth et on comprend mieux qui elle est et d’où elle vient. Mais… car il y a malheureusement un mais… il manque un truc. N’est pas Stieg Larsson qui veut et ce tome, malgré des qualités certaines, est clairement en dessous des trois premiers. Il y a des facilités scénaristiques grosses comme un camion qui m’ont un peu saoulée… Mais bon il y a Lisbeth et rien que pour la retrouver ça vaut le coup de tenter cette lecture 😉

Je bouquine

« L’homme du lac » d’Arnaldur Indridason

couv29769923« A la suite des tremblements de terre d’Islande en juin 2000, le lac de Kleifarvatn se vide peu à peu. Une géologue chargée de mesurer le niveau de l’eau découvre sur le fond asséché un squelette lesté par un émetteur radio portant des inscriptions en caractères cyrilliques à demi effacés. Erlendur et son équipe se voient chargés de l’enquête. Il dormait au fond d’un lac depuis soixante ans. Il aura fallu un tremblement de terre pour que l’eau se retire et dévoile son squelette, lesté par un émetteur radio recouvert d’inscriptions en caractères cyrilliques à demi effacés. Qui est donc l’homme du lac ? L’enquête révèlera au commissaire Erlendur le destin tragique d’étudiants islandais confrontés aux rouages implacables de la Stasi. »

Je ne suis pas forcément une grande amatrice de romans policiers mis à part mon amour de toujours Maurice Leblanc (cœur avec les doigts) et son génial Arsène Lupin (héros de mon enfance… oui  c’est un voleur… mais je suis devenue une fille très honnête 🙂 ) ainsi que quelques incontournables tels que Conan Doyle, Agatha Christie, Fred Vargas, la trilogie Millénium… finalement ça fait pas mal… Deux bénévoles de ma biblio sont de vrais drogués du polar et m’ont vivement recommandé cet auteur islandais et sa saga avec le commissaire Erlendur Sveinssonde. Le début du bouquin ne m’a franchement pas trop plu, j’ai trouvé la narration et surtout les dialogues un peu lourds… et puis l’intrigue a pris le dessus et j’ai finalement bien aimé cette lecture. Ce roman nous fait voyager rien qu’avec les prénoms islandais des personnages (Erlendur, Elinborg, Sigurdur Oli). On apprend pas mal de choses sur l’Islande, sa place stratégique durant la guerre froide, l’espionnage, les jeunesses socialistes, la vie quotidienne en pays communiste… Bref, une lecture assez sympa et facile 😉