Je bouquine

« No steak » de Aymeric Caron

couv30029550« Pourquoi les chats et les chiens ont-ils un palace qui leur est dédié au Canada alors qu’en Chine ils peuvent finir au fond d’une casserole ? Pourquoi avons-nous choisi de manger en priorité des cochons, des poulets et des bœufs ? Comment ces animaux de consommation sont-ils produits ? Pourquoi Bill Clinton, Carl Lewis et Bryan Adams ont-ils décidé d’arrêter la viande ? Les végétariens vivent-ils vraiment plus longtemps que les carnivores ? Comment peut-on remplacer les protéines animales ? Aymeric Caron a mené l’enquête pour décrire, avec verve et humour, tous les aspects de notre étrange rapport à la viande. »

Je voulais lire ce livre, dont on a tous un peu entendu parlé, depuis un certain temps. En effet, Aymeric Caron a fait un peu le buzz avec cet essai lors de sa parution en 2013. Le fait qu’il ait été journaliste sur Canal + et Europe 1 avant d’être chroniqueur chez Ruquier n’y sont certainement pas pour rien 😉 Cela a toutefois le mérite de faire connaître ce travail en faveur de la protection animale.

Sans être pour autant exhaustif, ce livre propose une réflexion fouillée et étayée autour de l’alimentation végétarienne et explique le pourquoi de sa nécessité à travers 8 raisons traitées dans 8 chapitres distincts. Pour exemple, la 1ère raison présentée est environnementale, la seconde parle de notre rapport aux animaux que nous mangeons ou ne mangeons pas… Aymeric Caron apporte également son témoignage de végétarien, les questionnements éthiques et moraux qui ont été les siens, les difficultés dans les relations sociales et notamment personnelles, etc.

En toute franchise, j’ai trainé ce bouquin durant plusieurs semaines certainement parce que le moment était mal choisi pour cette lecture qui nécessite d’être un minimum disponible et concentré (clairement pas mon cas le mois dernier). Mais, je n’ai pas lâché car je suis bonne élève cf New year books challenge 🙂 et que le propos est vraiment intéressant. C’est clairement le bouquin (surtout la première moitié) qui m’aurait aidée au début de mon végétarisme à affirmer mes convictions et assumer ce choix. Car, changer d’alimentation n’est pas toujours évident pour beaucoup de raisons. Bref, je recommande cette lecture à toutes les personnes curieuses (végé ou pas) qui souhaitent en savoir plus et qui n’ont pas peur de questionner (ou pas) leur façon de manger 😉

New Year book challenge ! ✨ – Livre 3/12

Je bouquine·Je cogite

Des livres pour les Zanimaux !!!

Je ne suis pas végane… mais je m’intéresse et me documente sur le sujet (comme sur beaucoup d’autres choses). Et, je dois dire que ça fait sacrément réfléchir. Manger et exploiter les animaux est, dans l’imaginaire collectif, quelque chose de normal et de banaliser… quelque chose qu’on ne pense pas, qu’on ne réfléchit pas vraiment…. et je ne parle même pas des conséquences sanitaires et environnementales de notre régime carné. C’est peut être en partie pour cela que ce mouvement (comme d’autres tel que la décroissance) est décrié, taxé d’extrémisme et (volontairement ?) incompris. On ne veut pas voir ce qu’il dénonce parce que c’est trop horrible et beaucoup trop culpabilisant !!!

Pour les personnes curieuses d’en savoir plus (rien de mieux que de se faire une idée personnelle, on est pas des moutons dénués de sens critique ok ?!!!), voici quatre de mes récentes lectures très intéressantes qui abordent le sujet sous quatre approches bien différentes :

 

  • « Insolente Veggie » de Rosa B. / BD

couv70490703« Le fameux cri de la carotte, vous connaissez ? Découvrez l’humour incisif d’Insolente Veggie, cette végétalienne aussi drôle que méchante en laquelle chaque végétarien et vegan se reconnaîtra ! Des péripéties culinaires au militantisme, plus de 50 histoires pour rire, s’indigner et réfléchir ! L’album reprend des dessins qui ont fait le succès du blog Insolente Veggie et propose aussi de nombreux inédits. L’auteure aborde avec humour et esprit militant ce qui fait le quotidien des végétariens, des végétaliens et des vegans aujourd’hui. »

 

 

  • « Faut-il manger les animaux ? » de Jonathan Safran Foer / Enquête

couv66549311« Comment traitons-nous les animaux que nous mangeons? Convoquant souvenirs d’enfance, données statistiques et arguments philosophiques, J.S. Foer interroge les croyances, les mythes familiaux et les traditions nationales avant de se lancer lui-même dans une vaste enquête. Entre une expédition clandestine dans un abattoir, une recherche sur les dangers du lisier de porc et la visite d’une ferme où l’on élève les dindes en pleine nature, l’auteur explore tous les degrés de l’abomination contemporaine et se penche sur les derniers vestiges d’une civilisation qui respectait encore l’animal. Choquant, drôle, inattendu, ce livre d’un des jeunes écrivains américains les plus doués de sa génération a déjà suscité passions et polémiques aux Etats-Unis et en Europe. »

 

  • « Yes Vegan, un choix de vie » de Catherine Hélayel / Témoignage

couv5410197« Etre végan, c’est s’éveiller à sa propre conscience et abattre d’abord en soi-même les frontières érigées à l’aune de critères égoïstes et illusoires. Logiquement vient ensuite le combat pour le respect de la nature, de la planète, et en définitive de l’Homme lui-même. Le Véganisme est une clameur qui s’élève de toutes les nations. Le livre de Catherine Hayel est militant, engagé et tout y est clairement expliqué, démontré, avec des arguments qui sont loin de l’image caricaturale que l’on peut se faire du militant « écolo ». Juste du bon sens, l’amour de la justice, du prochain et le respect du Vivant, quel qu’il soit. »

 

  • « Vegan » de Marie Laforêt / Livre de cuisine

couv1655836« Une somme très complète sur la cuisine végétalienne (sans aucun produits animaux) dont un chapitre rédigé par le docteur Jérôme Bernard Pellet, médecin nutritionniste, sur l’équilibre nutritionnel végétalien (où trouver protéines, calcium, vitamine B12…), les erreurs à éviter, les publics à risques… L’ouvrage propose des informations sur les ingrédients phares de la cuisine végétale (noix, graines de lin, pois chiches, avocat…) et insiste sur de nouveaux savoir-faire : fabriquer des fromages, crèmes et laits végétaux… Au total plus de 500 recettes illustrées pour toutes les situations, du barbecue au réveillon, avec un point fort sur les desserts spécifiques (mousse au chocolat sans œufs, «cheese» cake vegan…). »

 

Pour conclure, une petite citation à méditer :

« Un esprit est comme un parachute. Il ne fonctionne pas s’il n’est pas ouvert » Frank Zappa

Je cogite·Je fais gnasse

« Terriens (Earthlings)  » de Shaun Monson

affiche-earthlings Attention ce film documentaire pourrait définitivement changer votre façon de voir votre assiette et s’adresse à un public averti !!!

Fruit de 5 ans de travail, il nous montre (images à l’appui) le traitement des animaux destinés à la domesticité, à notre nourriture, notre habillement, nos divertissements et nos recherches scientifiques. J’insiste bien sur le « nos » car il s’agit bien de « nos » agissements et de ce que l’homme fait subir à d’autres espèces.

Loin de moi l’idée de juger qui que se soit mais il me semble important de s’informer sur l’envers du décor de l’industrie agroalimentaire et du monde consumériste dans lequel on vit. Ce film a été décrié par beaucoup comme étant un vrai plaidoyer vegan avec toutes ces images choquantes et violentes… quand bien même, ça ne change rien au problème et il n’en dénonce pas moins une réalité !!! Ce film est donc à voir pour plusieurs raisons : arrêter de jouer les autruches, se poser de vraies questions sur la place et le traitement des animaux dans nos vies et sociétés modernes, évoluer (ou pas) dans notre façon de manger et de consommer…  Bref, ce film a le mérite de faire cogiter. Petite précision avant tout visionnage : mouchoirs indispensables à toute personne dotée de sensibilité !!!

Gandhi disait qu’on reconnaît le degré de civilisation d’un peuple à la manière dont il traite ses animaux… et bien on est pas dans la merde !!!

PS : pour être plus complet, le film aurait pu évoquer le problème de la laine et de la pratique du mulesing