Je bouquine

« Ce que murmure la mer » de Claire Carabas

couv38965406« L’histoire de la sirène qui aimait l’homme n’a pas d’âge, l’impossibilité de cette pulsion se noue à la manière des grandes tragédies et étouffe l’héroïne. Pourtant, quand Galathée aperçoit Yvon, solitaire sur son bateau à voiles, l’amour la foudroie et la pousse à toutes les folies. Éperdue, désespérée, animée par un espoir aveugle, elle parvient à se faire une place dans la vie du jeune marin, mais qu’en est-il de son cœur ? Redécouvrez le conte d’Hans Christian Andersen à travers les témoignages des amants empêchés et vivez le drame comme jamais vous ne l’avez exploré : de l’intérieur. »

J’ai découvert la maison d’éditions Magic Mirror tout à fait par hasard et je trouve leur parti pris vraiment sympa : la réécriture de contes. Ce roman est leur deuxième publication et comment dire… je n’ai tout simplement pas pu résister. « La petite sirène » est LE conte de mon enfance, celui que j’ai lu et relu, LE Disney dont j’ai usé la vhs jusqu’à la corde… Cette histoire a été et sera toujours un de mes incontournables. Parti de là, j’étais vraiment curieuse de découvrir cette réécriture et franchement c’est une vraie réussite !!! L’auteur nous propose une version moderne et beaucoup plus sombre que le conte originel. Le roman est très bien écrit, le style est fluide et agréable. L’histoire en elle-même est également très bien menée. On y découvre les points de vue respectifs de Galathée (une sirène qui s’ennuie ferme dans son jardin) et de Yvon (un marin qui fait le tour du monde en solitaire), leur rencontre décisive en mer et leur rencontre ratée sur terre. Le roman aborde de nombreuses questions : l’amour non réciproque, la différence, le fantasme et ce qu’on projette sur l’autre, la rencontre ou non rencontre amoureuse, la jalousie et l’amertume d’un amour déçu… J’ai beaucoup aimé cette lecture d’autant plus que Magic Mirror propose à la fin du roman le conte d’origine d’Andersen. Une bonne façon de relire ce classique et de mieux saisir les choix scénaristiques de l’auteur… Bref, un bel effet miroir entre ces deux histoires 😉

Je bouquine

« Les contes tibétains du Karma : Le prince et les histoires du cadavre » de Tenzin Wangmo

couv55025645« Le soir à la veillée, au Tibet naguère comme en Europe jadis, on se racontait des histoires. En voici quelques-unes, riches d’enseignements. Dans ces Mille et une Nuits du pays des neiges, on croisera un prince, un cadavre extrêmement loquace, des situations difficiles ou comiques, des hommes et des esprits, des désirs, de la souffrance, du bonheur, de l’ignorance et de la sagesse. Toute une humanité, dans laquelle petits et grands se reconnaîtront. »

Troisième lecture dans le cadre du « Pumpkin Autumn Challenge » !!! J’ai ce livre dans ma PAL depuis mon dernier festival culturel du Tibet où j’avais eu la chance de rencontrer l’auteur qui nous en avait fait une lecture et qui m’avait dédicacé mon exemplaire (youhou !!! 🙂 ). Je reviendrai une prochaine fois sur mon engagement en faveur du Tibet, une cause qui me tient particulièrement à cœur… En vraie passionnée de culture tibétaine et adorant en découvrir de nouveaux aspects, cette lecture ne pouvait que me plaire !!! On y suit les aventures d’un prince qui, pour purifier son karma, est envoyé en mission par un sage. Mission qui va s’avérer beaucoup plus compliquée que prévu ! En effet, c’était sans compter sur les ruses et les contes passionnants du cadavre. A travers ceux là, on découvre de nombreux enseignements « de base » du Bouddha mais aussi des réflexions sur des valeurs morales positives. Bref, une lecture pour petits et grands 😉

Ps : Pour celles et ceux qui seraient intéressés par ce genre de lecture, n’hésitez pas à découvrir « Les contes de Jataka » !!!

Je bouquine

« Contes et légendes de la France » de Claude Seignolle

Seignolle-Claude-Album-Contes-Et-Legendes-De-France-Livre-893714288_ML« Ce sont des histoires très anciennes et familières pourtant, illustrées de photos, de dessins, d’un monde aboli étrangement présent au fond de nous. Des récits d’autrefois, qui parlent de nos rêves et de nos peurs, repris de veillées en veillées, modelés, transformés à chaque racontage. Des contes tout simplement « qu’on a mis en chemin il y a fort longtemps et que chacun va nourrissant », présentés par Claude Seignolle, inlassable meneur de contes et qui poursuit ici son œuvre de passeur de mémoire entre hier et aujourd’hui. »

Je préviens tout de suite : la couverture ne rend pas du tout justice au contenu !!! Je comprends le parti pris : illustrer les différents récits avec des gravures « d’autrefois »… ok ok mais c’est franchement pas engageant !!! Dommage car cette lecture était très sympa et aurait peut-être mérité plus d’originalité dans son traitement. On y découvre d’anciens contes et légendes de différentes régions de France qui se racontaient lors des veillées. Et, il y a de quoi se mettre sous la dent pour se distraire : un ogre, des fantômes, un pacte avec la Mort… Bref, de quoi frissonner au coin du feu un soir d’hiver 🙂 . Au-delà de l’aspect « patrimoine culturel » de ces textes, on en apprend également plus sur la vie dans nos campagnes « d’autrefois » et notamment sur la condition et la représentation de la femme (eh oui, je prêche pour ma paroisse que voulez-vous !!!). Celle-ci est soit une vieille, soit une princesse qui épouse qui on lui dit d’épouser sans rien avoir à dire, soit une femme un peu « grande gueule » à qui il arrive des misères… Bref, on me dirait que ce sont des hommes qui sont à l’origine de ces histoires que ça ne m’étonnerait pas du tout… 😉 Ça n’en reste pas moins une lecture intéressante surtout pour l’automne !