Je bouquine

« Le Père Goriot » d’Honoré de Balzac

couv54076938« Rastignac est un jeune provincial qui cherche à s’insérer dans la société parisienne. Il lui manque les manières et l’argent. Pour parvenir, il côtoie les femmes du monde, mais reste attaché à son voisin de la pension Vauquer, le père Goriot, vieillard malheureux abandonné de ses filles. Vautrin, forçat évadé, Marsay, politicien ambitieux, et Rubempré, écrivain talentueux, sont animés du même désir de pouvoir. Ils apprennent, chacun à leur manière, les complicités et les alliances indispensables dans une société gouvernée par les intérêts. Seules figures du désintéressement : le père Goriot, vaincu par son amour paternel, et Mme de Beauséant, abandonnée du Tout-Paris. La passion bout dans cette maison comme dans une cocotte-minute, les pages se tournent toutes seules ; c’est ce que chaque palier de la pension Vauquer est devenu. »

Ce roman prenait la poussière sur mes étagères depuis 2013… oui il était temps !!! C’est le challenge #maiavecbalzac de Madame Irma (dont je recommande vivement la chaîne YT que j’adoooore !!!) qui m’a décidée et ce pour plusieurs raisons : possibilité de lire un seul roman dans le mois, pas besoin d’acheter un bouquin déjà dans ma PAL et surtout sa façon de parler de l’auteur !!! J’ai toujours été une lectrice de classiques mais ce titan de la littérature française me faisait un petit peu peur… à tord !!!

Balzac nous embarque ici auprès des pensionnaires d’une pension bourgeoise dans le Paris du XIXème tenue par la veuve Vauquer. Il dresse ici des portraits haut en couleur de personnages truculents à souhait non sans humour mais sans pour autant tomber dans la caricature. Les 3 personnages qu’on pourrait dire principaux sont le Père Goriot, vieil homme ruiné pour l’amour de ses filles, Rastignac jeune provincial ambitieux, naïf mais non dénué de principes et enfin Vautrin ancien forçat qui trempe dans pas mal de magouilles.

Je le dis tout de suite, ce roman est une tuerie et un pur plaisir de lecture. Alors oui c’est un classique donc il faut tout de même apprécié à minima le genre. Et oui c’est du Balzac dont l’écriture foisonnante nous sert une bonne louchée de descriptions (surtout au début afin de planter le décor mais cela sert le récit par la suite). Les premières dizaines de pages sont un peu laborieuses mais une fois les personnages introduits dans le récit c’est juste génial. La façon dont Balzac dépeint les caractères et sentiments humains est magistrale. Ce bonhomme était un fin observateur des dynamiques sociales et mœurs en vigueur dans le Paris de son époque, société sur laquelle il porte un regard critique non sans intérêt. C’est également un grand roman d’apprentissage à travers le personnage de Rastignac, un roman sur la paternité presque christique ou très malsaine selon les points de vue de ce pauvre Goriot, un roman sur l’arrivisme et le pouvoir de l’argent dans une société mondaine et parisienne cruelle. Il est également question des femmes et de leur place dans cette société patriarcale où un mariage malheureux a tout d’une prison…

Bref, j’ai vraiment adooooré cette lecture !!! Pour ceux qui en auraient l’occasion, je vous recommande la visite de la maison de Balzac à Paris dans le 16ème seul/e avec un bon bouquin, assis/e sur un des bancs du petit jardin… c’est un pur plaisir !!! 😉

Je bouquine

« L’invitée » de Simon de Beauvoir

couv14445312« Je me sens coupable, dit-il. Je me suis reposé bêtement sur les bons sentiments que cette fille me porte, mais ce n’est pas d’une moche petite tentative de séduction qu’il s’agissait. Nous voulions bâtir un vrai trio, une vie à trois bien équilibrée où personne ne se serait sacrifié : c’était peut-être une gageure, mais au moins ça méritait d’être essayé ! Tandis que si Xavière se conduit comme une petite garce jalouse, si tu es une pauvre victime pendant que je m’amuse à faire le joli cœur, notre histoire devient ignoble. »

Il s’agit du 1er roman publié de Simon de Beauvoir et c’est également ma 1ère lecture de cette autrice incontournable… C’est aussi son 1er roman très largement inspiré de sa vie et plus précisément de son histoire d’amour avec Jean-Paul Sartre et Olga Kosakiewicz.

Nous suivons ici une année de la vie quotidienne de Françoise et Pierre, couple d’intellectuels parisiens. Françoise va prendre sous son aile Xavière, jeune provinciale, qui se rêve une vie palpitante à Paris. L’arrivée de cette « invitée » va bouleverser la vie du couple et surtout la vie de Françoise, l’image qu’elle se faisait de son amour avec Pierre, ses certitudes sur sa vie et sur elle-même… Au delà de l’histoire d’un « ménage à trois » c’est la complexité de l’expérience du sentiment amoureux et de la liberté dans le couple qu’explore l’autrice. Mais, si j’ai adoré la brillante plume de Simone de Beauvoir qui dépeint avec beaucoup de finesse et de réalisme les rapports et sentiments humains… ma lecture a toutefois été laborieuse à cause de l’horrible et détestable Xavière. Cette fille n’a rien pour elle : jalouse, haineuse, manipulatrice, menteuse, fière, orgueilleuse, lunatique. Elle va littéralement prendre ce couple en otage et les malmener au gré de ses humeurs et caprices. Voir ces deux « intellectuels » en adoration devant cette fille immature à l’égoïsme démesuré était extrêmement frustrant. Mais, l’histoire de fond reste selon moi l’émancipation et la construction de Françoise en tant qu’individu à part entière, libre de ses choix et de ses actes… La fin du roman est en cela parfaitement jouissive et clôture le récit de façon très surprenante et audacieuse.

Bref, ce roman reste une très bonne lecture et la découverte de la plume de Simone de Beauvoir est une expérience de lecture trèèèèès riche 🙂

 

Challenge FeminiBooks Challenge : Janvier / Découvrir une nouvelle autrice (que vous n’avez jamais lue). Livre 1/12

Bookclub de lecture de Emy / Janvier