Je bouquine

« Le diable » de Léon Tolstoï

couv70838110« Irténiev, propriétaire terrien, est un homme sérieux, qui gère son domaine avec efficacité et rigueur. Marié à la douce et fragile Lise, romantique amoureuse qui l’idéalise, Irténiev fait de son mieux pour être à la hauteur. C’est sans compter sur Stépanida, une belle paysane impudique, au regard de braise, au corps vigoureux et à la peau laiteuse, qui met tous ses sens en émoi… »

Je voulais absolument parler de cette nouvelle ici pour plusieurs raisons !!! Déjà parce qu’il ne faut pas se fier à cette couverture toute pourrie. Et puis parce qu’il ne faut pas avoir peur du nom sur la dite « couverture toute pourrie » car ce cher Léon, auteur classique s’il en est, reste tout à fait accessible. J’ai trèèèès longtemps été une lectrice exclusive de classiques (dés la primaire, c’est dire…). J’ai délaissé quelque peu le genre pour nécessité impérieuse de renouveau durant un moment et j’y reviens doucement mais sûrement notamment grâce à Emy et son club de lecture. Et, parce que les classiques c’est juste le pied et que non Léon… je n’ai pas peur de toi !!!

Dans cette nouvelle, on suit l’entrée dans la vie adulte de Irténiev, jeune homme bourré d’idéaux qui vont doucement se fracasser devant son impossibilité à oublier une femme avec qui il entretenait une liaison avant son mariage. La femme ici n’est pas la tentatrice mais l’objet d’une obsession totale de la part du bonhomme qui finit par en perdre la raison à défaut de perdre son honneur. Tolstoï ne fait pas de cadeau au genre humain ici dont la tendance à l’autodestruction et les pulsions de mort le poussent à bousiller son bonheur durement acquis (une condition sociale respectable et une épouse aimante dans le cas de Irténiev). L’auteur maitrise son sujet, il amène les choses de façon tout à fait juste ce qui rend le récit tout à fait cohérent et crédible.

Je connaissais Tolstoï plutôt par le prisme de la décroissance, dont il est un des penseurs. Découvrir (ENFIN) sa plume était juste génial. Bref, je recommande ++ pour s’attaquer à l’œuvre de ce géant et démystifier un peu la bête 😉

Je bouquine·Je papote

Bilan du « Pumpkin Autumn Challenge » and co.

miniature-pac-2018-9Petite note pour petit retour sur ce challenge automnal. Autant le dire tout de suite, ce n’est clairement pas une réussite. J’étais ultra motivée par mes choix de lectures mais je n’ai finalement lu que 5 livres (sur les 8 prévus) et quasiment fini le 6ème… Et c’est justement ce 6ème qui a cassé mon rythme. J’ai eu du mal à me plonger à fond dans l’histoire que j’ai un peu délaissée au profit d’autres bouquins (qui n’étaient pas du tout raccord avec le challenge). Bref, je me suis écoutée et lu ce qui me faisait envie. Je crois que ma fatigue a eu raison de mon « jusqu’au boutisme » maladif. Comme quoi, on peut aussi apprendre à lâcher prise durant un challenge livresque…

Bref, j’ai quand même allégé ma PAL de quelques blocs de papier :

Je bouquine

« Joyland » de Stephen King

« couv13393445Après une rupture sentimentale, Devin Jones, 21 ans, débarque l’été 1973 à Joyland, petit parc d’attraction sur le littoral de la Caroline du Nord. Il est embauché avec d’autres étudiants pour compléter l’équipe de forains, à la fois étrange et joyeuse. Sa rencontre avec un petit garçon doué de voyance, atteint d’une maladie grave, et surtout de sa mère, va changer la vie de Devin. Obsédé par le mystère du train fantôme soi-disant hanté par le spectre d’une femme égorgée 4 ans auparavant, le jeune homme se lance dans l’enquête. Un nouveau meurtre est-il possible ? Parviendra-t-il à l’éviter ? Une chose est sûre, l’aventure le changera à jamais… »

Ça fait un loooong moment que je n’ai pas écrit quelques mots par ici… Mais force est de constater que cumuler vie familiale, vie associative, vie sociale… ET vie professionnelle (trèèèès chargée) et bien ce n’est clairement pas possible à certains moments. J’ai donc cherché une solution pour avoir ma dose d’imaginaire, ma dose d’évasion à travers les mots des autres (et occuper utilement mes 1h30 de trajet quotidien en bagnole)… et me suis essayée pour la première fois au livre audio avec « Joyland » de Stefen King !!!

Autant le dire tout de site, je suis ravie de l’expérience et ultra convaincue par ce format audio !!! C’est totalement immersif surtout avec un auteur comme celui-ci qui aime à nous embarquer dans une ambiance bien à lui (début des années 70 ici), qui aime dresser une toile de fond bien étoffée pour son histoire. Et, la voix du « lecteur » est juste parfaite !!! Elle sert très bien l’histoire ponctuée de jargon de fête foraine et autres argots qui ont toujours une place de choix chez cet auteur.

Par ailleurs, ce roman est un bon Stefen King que je lis avec toujours autant de plaisir. On retrouve cette pâte, cette plume si particulière dont on ne se lasse pas. Et, on ne peut s’empêcher de retrouver un peu du petit Danny Torrance dans le personnage de Mike. Seul tout petit bémol, on le voit vite venir au Stefen, un peu trop peut-être, ce qui ne gâche en rien le plaisir de « lecture ». Bref, je recommande +++ ce roman 😉

Je bouquine

« Shades of magic, tome 1 » de Victoria E. Schwab

couv40964622« Kell est le dernier des Visiteurs, des magiciens capables de voyager d’un monde à l’autre. Des mondes, il y en a quatre, dont Londres est le centre à chaque fois. Le nôtre est gris, sans magie d’aucune sorte. Celui de Kell, rouge, et on y respire le merveilleux avec chaque bouffée d’air. Le troisième est blanc : les sortilèges s’y font si rares qu’on s’y coupe la gorge pour voler la moindre incantation. Le dernier est noir, noir comme la mort qui s’y est répandue quand la magie a dévoré tout ce qui s’y trouvait, obligeant les trois autres à couper tout lien avec lui. Depuis cette contagion, il est interdit de transporter un objet d’un monde à l’autre. C’est pourtant ce que va faire Kell, un chien fou tout juste sorti de l’adolescence, pour défier la famille royale qui l’a pourtant adopté comme son fils, et le prince Rhy, son frère, pour qui il donnerait pourtant sa vie sans hésiter. Et un jour, il commet l’irréparable. »

J’ai ENFIN lu ce petit pavé qui dormait gentiment dans ma PAL depuis un loooong moment, bref… merci les challenges livresques !!! On entend pas mal parler de cette trilogie, dont le 3ème tome traduit en français est sorti à la rentrée, et c’est mérité ! L’univers créé par l’autrice est vraiment génial : 4 univers parallèles dont  le seul point commun est l’existence d’une ville appelée Londres. Des mondes qui se différencient (outre par leur histoire, géographie, etc) par la place, utilisation ou absence de la magie qui est l’un des personnages principaux du livre. Plus qu’une source de pouvoir, elle peut en effet avoir sa volonté propre ce qui ne va pas arranger les affaires de Kell puis de Lila qui va le rejoindre dans ses (més)aventures. J’ai beaucoup aimé cet aspect là de l’histoire et la réflexion autour de la question du pouvoir qui corrompt ou peut être corrompu par nos usages. Le scénario se tient (bien que certaines choses se devinent ++) et les personnages de Kell et Lila, non dépourvus de défauts, sont très intéressants. Le gros point faible pour moi reste surtout que Kell, censé être un des magiciens les plus puissants des 4 mondes, se fait un peu trop facilement botter le cul par d’autres. J’aurais préféré que sa magie de sang envoie (un peu plus) du bois ! Ce 1er tome est toutefois trèèès prometteur et je vais continuer de lire cette série avec moult plaisir. Le petit + : un travail éditorial particulièrement recherché qui reste un vrai plaisir pour les mirettes 😉

miniature-pac-2018-9  Livres 4/8

Je papote

Liseuse or not Liseuse…

NovaFrontRIghtTurn-FR_large.jpgRetour sur ma trèèèès longuuuuue réflexion sur l’achat ou pas d’une liseuse et retour d’expérience après usage de celle-ci…

Je fais un petit topo sur le sujet car je me suis vraiment pris la tête avant d’accepter qu’on m’offre un tel cadeau (que je n’aurais JAMAIS acheté de moi même… c’est une certitude !!!) et ce pour plusieurs raisons….

Primo : je vénère l’objet livre qui a une dimension proche du sacré pour moi (ouiiii j’ai un grain comme VOUS TOU(TE)S !!! AVOUEZ !!! ) et la liseuse était pour moi synonyme de haute trahison du Dieu Livre…

Deuzio : j’achète mes livres neufs pour soutenir mon libraire ce que le livre numérique ne permet clairement pas

Tertio : liseuse = utilisation de ressources et d’énergie pour sa production, consommatrice d’énergie pour son fonctionnement, futur déchet donc pollution +++

J’ai lu moult articles sur le bilan écolo de la liseuse vs livre papier et force est de constater qu’il n’y a aucun consensus sur la question… Certains articles disent que pour un gros lecteur et acheteur de bouquins, la liseuse aurait un impact moindre… Bref, la seule certitude c’est que les deux polluent et qu’on devrait tou(te)s s’orienter en priorité vers de l’occas, l’échange et l’emprunt en biblio.

Alors pourquoi céder ?!!! Parce que je suis faible et que les avantages de la liseuse étaient trooop tentants… Tout d’abord le gain de place qui est LE gros problème quand on lit beaucoup et qu’on a une forte tendance à l’achat compulsif et à l’accumulation de bouquins autour de soi… Les livres numériques sont également moins chers ce qui me permet d’acheter des romans qui me tentent mais que je ne trouve pas d’occas ou en biblio et que je ne veux pas acheter neuf pour plein de raisons… Il y a ensuite le confort de lecture qui est indéniable… une liseuse c’est trèèèès léger, l’éclairage est optimal… Lire sur un écran est déroutant au début mais on prend vite le pli !!!

Si c’était à refaire ? En toute franchise, je ne sais pas… ma conscience écolo m’a depuis bien rattrapée et je pense que j’aurais pu/dû m’en passer… mais maintenant qu’elle est là je vais l’amortir à mort +++

Je bouquine

« Les Errants, tome 1 : Origines » de Denis Labbé

couv62094389.gif« Que faire quand on est une adolescente et que le monde s’écroule autour de soi ? C’est la question qui se pose à Marion, seize ans, que rien ne préparait à une telle catastrophe. Lors d’un voyage scolaire au camp de travail du Struthof, certains de ses camarades et de ses professeurs sont frappés par un mal étrange. Alors que l’épidémie se répand, elle essaie d’y échapper, en compagnie d’un groupe d’amis rescapés. Mais sans l’aide d’adultes, la tâche va s’avérer délicate et la vie en communauté pas si aisée que cela. »

J’ai tenté cette lecture encore et toujours à cause d’ELLE 😉 J’avoue que la couverture n’était pas très engageante pour moi (je ne saurais dire pourquoi… trop jeunesse peut-être) mais la chronique de la coupable dénoncée ci-dessus m’a fortement encouragée à découvrir cette trilogie. L’occasion également de tester ma liseuse (je reviendrai sur ce point une prochaine fois car cet achat fût l’objet de moult réflexions et prises de tête) avec ce premier e-book !

On suit ici les mésaventures d’un groupe d’ados lors d’une sortie scolaire dans un ancien camp de travail où les choses vont complètement dérailler. L’effet miroir entre l’horreur des évènements passés dans les camps et l’horreur du présent est une idée vraiment pas mal et plutôt bien développée. Denis Labbé prend le temps de dresser son décor et de faire quelques piqures de rappel au niveau historique. On pourrait reprocher une certaine lenteur, surtout au début, dans l’enchainement des évènements et surtout le manque de réaction des « adultes » qui ne percutent vraiment pas ce qui se passe mais cela ne gâche en rien le plaisir de lecture. L’écriture de Denis Labbé est agréable et ce court roman se bouffe rapidement. Concernant les personnages, ben c’est des ados… et moi les ados c’est pas toujours ma tasse de thé dans les romans. En effet, Denis Labbé n’évite pas certains clichés : la gothique sensible, le fan de métal aux cheveux longs et intelligent, la 1ère de la classe déléguée d’élèves, le mec un peu bizarre du bahut sans ami, la jolie fille un peu niaise… j’aurais apprécier un peu plus de nuances. En bref, ce roman reste un 1er tome assez introductif mais qui donne envie d’en apprendre plus ! 🙂

miniature-pac-2018-9  Livres 1/8

Je bouquine·Je papote

Le « Pumpkin Autumn Challenge » 2ème édition – 2018

Comme l’année dernière, je me lance dans le Pumpkin Autumn Challenge découvert encore et toujours grâce à cette blogueuse (et amie que j’adore 😉 ). Le concept du challenge reste inchangé avec quelques nouveautés concoctées par Guimause :

Présentation (1)

Je suis trèèès enthousiaste à l’idée de participer à ce challenge. J’adore les menus (les titres sont géniaux !!!) et les thèmes de lectures proposés… Mais, j’ai décidé de garder les pieds sur terre (au vu du temps que je peux consacrer à la lecture en ce moment) et d’être raisonnable (ouiii ça m’arrive). J’ai donc choisi l’option 2 « Ça s’appelle avoir les crocs ». Après quelques pérégrinations dans ma MonstroPal et moult hésitations, voici mes choix de lectures pour ce challenge :

Automne Frissonnant :

  • Le cri de la Banshee : « Givre » de Jean Vigne
  • Vous prendrez bien un verre de True Blood : « Les errants, tome 1 : Origines » de Denis Labbé (mon 1er ebook)

 

Automne Douceur de vivre :

  • Trick or Treat : « Le Carnaval aux Corbeaux » de Anthelme Hauchecorne (que je réserve depuis l’année dernière pour ce challenge)
  • La feuille d’automne emportée par le vent, en rondes monotones, tombant, tourbillonnant : « Les Outrepasseurs, tome 1 : Les Héritiers » de Cindy Van Wilder

Automne Ensorcelant :

  • Witches Brew : « Shades of Magic, tome 1 » de Victoria E. Schwab
  • Balai pattes ! : « Ana l’étoilée, tome 1 : L’ours et la colombe » d’Ophélie Bruneau

Automne Enchanteur :

  • Les métamorphoses : « Kayla Marchal, tome 1 : l’exil » d’Estelle Vagner
  • Clochette, Grimoire et Chandelle : « La trilogie des elfes » de Jean-Louis Fetjaine

Avec ce challenge, j’attaque pas moins de 7 sagas… sans compter toutes celles que j’ai déjà commencées et non terminées… et beaucoup de ces bouquins sont de gros pavés… bref suis pas dans la m*rde !!! :))

Bon challenge à tou(te)s !!! 🙂