Je bouquine

« Sin City » de Frank Miller

« Avec Sin City la ville du péché, Frank Miller met en scène un univers urbain nocturne en proie à la violence des passions et à la folie des hommes. Dans ce sombre polar où l’amour tente, tant bien que mal, de se faire une place, Miller fait preuve d’un talent graphique et d’une maîtrise du noir et blanc époustouflants. Il joue avec les ombres, zèbre ses aplats noirs de grandes traînées blanches et s’approche, par moments, de l’abstraction pure. Par la magie de son dessin, Frank Miller emprisonne son lecteur dans un monde oppressant. Un monde d’où ce lecteur aura bien du mal à s’échapper… »

La saga « Sin City » est certainement l’une des lectures emblématiques de mes années lycée (souvenirs, souvenirs… 🙂 ). J’avais les quatre premiers tomes depuis des années dans ma bibliothèque mais j’ai récemment pu mettre la main sur les 3 derniers dans la même édition ouhou !!! L’occasion de relire la saga en entier avec un œil plus adulte… Cette lecture ne plaira clairement pas à tout le monde : on est plongé dans un monde glauque où la corruption, l’impunité des puissants, la violence et la folie ont la part belle. La place faite aux femmes dans tout cela se passe de commentaire : prostituées, manipulatrices, victimes de violence ou femmes en détresse… Malgré quelques personnages de femmes « fortes », les héros sont clairement les hommes… Une saga d’un mec pour les mecs ? Eh bien non car « Sin City » questionne la société américaine, ses excès et ses travers. Le politique et le religieux en prennent pour leur grade et les héros de Miller ont tous quelque chose de vertueux et de sacrificiel dans leur quête de justice et de vengeance. Il faut également souligner que l’une des questions soulevées par la saga est de savoir jusqu’où peut-on aller par amour… Chaque tome s’axe sur un personnage précis mais leurs histoires se croisent et s’entremêlent. En fil rouge, ce dessin efficace et magnifique… et bien sûr cette utilisation du noir qui font de cette saga un incontournable du genre !!!

Je bouquine

« Les décharnés » de Paul Clément

couv57628950« Une journée de juin comme une autre en Provence. Blessé à la cheville, Patrick, un agriculteur de la région, asocial et vieillissant, ne souhaite qu’une chose : se remettre au plus vite pour retrouver la monotonie de sa vie, rythmée par un travail acharné. Mais le monde bascule dans l’horreur lorsque les automobilistes, coincés dans un embouteillage non loin de chez lui, se transforment soudain en fous assoiffés de sang… de sang humain. S’il veut survivre, Patrick doit non seulement faire face à ces démons qui frappent à sa porte mais aussi à ceux, plus sournois, qui l’assaillent intérieurement. Et si cette petite fille, qu’il prend sous son aile, parvenait à le ramener, lui, vieux loup solitaire, dans le monde des vivants ? »

Ma première lecture dans le cadre du « Pumpkin Autumn Challenge » !!! Oui je sais je sais, je suis méga à la bourre… on est mi octobre et j’ai 5 livres à lire d’ici fin novembre mais on y croit !!! Cette lecture était en elle-même un challenge car je ne suis pas une adepte des histoires de zombies mais alors pas du tout. Vous savez la grosse reloue à côté de vous sur le canapé qui se ronge les ongles et pousse des cris de chouette devant The walking dead ? Eh bien c’est moi 🙂 je trouve ce genre d’histoires stressantes à mort et au schéma narratif assez répétitif. Mais, ce roman me tentait pour plusieurs raisons : ça se passe en France (#chauvine), le héros est un vieux misanthrope aigri (et pas un jeune flic beau gosse) et c’est un livre autoédité (et dédicacé si on le commande directement sur le site de l’auteur ce qui est plutôt sympa). Bref, je me suis laissée tenter et je ne regrette absolument pas. Il ne se passe pas beaucoup de choses à proprement parlé et le scénario est assez commun à ce genre mais ce cher Paul connait son sujet et sait sacrément bien écrire ! Pour un premier roman autoédité, je suis assez impressionnée du résultat. Cette lecture est addictive, prenante et vraiment sympa ! Bref, je recommande à tous les amateurs du genre et aux personnes souhaitant diversifier leurs lectures 😉

Je bouquine

« Contes et légendes de la France » de Claude Seignolle

Seignolle-Claude-Album-Contes-Et-Legendes-De-France-Livre-893714288_ML« Ce sont des histoires très anciennes et familières pourtant, illustrées de photos, de dessins, d’un monde aboli étrangement présent au fond de nous. Des récits d’autrefois, qui parlent de nos rêves et de nos peurs, repris de veillées en veillées, modelés, transformés à chaque racontage. Des contes tout simplement « qu’on a mis en chemin il y a fort longtemps et que chacun va nourrissant », présentés par Claude Seignolle, inlassable meneur de contes et qui poursuit ici son œuvre de passeur de mémoire entre hier et aujourd’hui. »

Je préviens tout de suite : la couverture ne rend pas du tout justice au contenu !!! Je comprends le parti pris : illustrer les différents récits avec des gravures « d’autrefois »… ok ok mais c’est franchement pas engageant !!! Dommage car cette lecture était très sympa et aurait peut-être mérité plus d’originalité dans son traitement. On y découvre d’anciens contes et légendes de différentes régions de France qui se racontaient lors des veillées. Et, il y a de quoi se mettre sous la dent pour se distraire : un ogre, des fantômes, un pacte avec la Mort… Bref, de quoi frissonner au coin du feu un soir d’hiver 🙂 . Au-delà de l’aspect « patrimoine culturel » de ces textes, on en apprend également plus sur la vie dans nos campagnes « d’autrefois » et notamment sur la condition et la représentation de la femme (eh oui, je prêche pour ma paroisse que voulez-vous !!!). Celle-ci est soit une vieille, soit une princesse qui épouse qui on lui dit d’épouser sans rien avoir à dire, soit une femme un peu « grande gueule » à qui il arrive des misères… Bref, on me dirait que ce sont des hommes qui sont à l’origine de ces histoires que ça ne m’étonnerait pas du tout… 😉 Ça n’en reste pas moins une lecture intéressante surtout pour l’automne !

Je bouquine

« En attendant Bojangles » de Olivier Bourdeaut

couv63272955

« Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur «Mr. Bojangles» de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Chez eux, il n’y a de place que pour le plaisir, la fantaisie et les amis. Celle qui donne le ton, qui mène le bal, c’est la mère, feu follet imprévisible et extravagant. C’est elle qui a adopté le quatrième membre de la famille, Mlle Superfétatoire, un grand oiseau exotique qui déambule dans l’appartement. C’est elle qui n’a de cesse de les entraîner dans un tourbillon de poésie et de chimères. Un jour, pourtant, elle va trop loin. Et père et fils feront tout pour éviter l’inéluctable, pour que la fête continue, coûte que coûte. L’amour fou n’a jamais si bien porté son nom. »

Nouvelle bonne résolution pour ne pas augmenter (à défaut de réduire) ma PAL : je lis mes nouveaux achats livresques sans attendre !!! Eh, je suis pour l’instant trèèès fière de moi car je m’y tiens 🙂 et notamment avec ce livre !!! Cette lecture me tentait depuis longtemps (merci LGL) et j’attendais avec impatience sa sortie en poche. Comme souvent, la couverture d’origine a été changée mais celle-ci est vraiment pas mal et donne bien le ton. Car, cette histoire est originale, fantasque, surprenante… j’en passe. C’est un roman qui parle de folie mais surtout d’un amour fou avec beaucoup de brio. C’est bien écrit, l’histoire ne nous lâche pas et on se demande vite comment tout cela va bien pouvoir finir… On ne peut s’empêcher de penser à Boris Vian : une histoire quelque peu loufoque qui aborde derrière sa fantaisie de façade des sujets plus graves. Pour un premier roman c’est sacrément bien maîtrisé !!!

Je bouquine

« Un sac de billes » de Joseph Joffo

couv13251327« Traduit en 18 langues « Un sac de billes » est un des plus grands succès de librairie de ces dix dernières années. »

Pour les rares personnes qui n’ont jamais entendu parlé de ce livre, il s’agit d’une autobiographique de Joseph Joffo sur son parcours et celui de sa famille Juive durant l’occupation allemande en France alors qu’il était enfant. Ce livre est un classique incontournable et un témoignage précieux. Mais, c’est aussi le genre de lecture que j’appréhende un peu au vu du thème abordé. C’est certainement pour cela que je ne l’ai lu que récemment. Eh bien, j’ai eu tellemeeeent mais tellemeeeeent tort d’attendre aussi longtemps !!! Ce livre est génial, bouleversant et vraiment bien écrit !!! L’histoire commence avec le début de l’occupation de Paris et le glissement irrémédiable de la situation des Juifs vers plus de ségrégation antisémite, de persécutions et autres horreurs. Pourquoi un sac de billes ? Car, c’est ce qu’un camarade propose à Joseph en échange de son étoile jaune. Cette naïveté enfantine se heurte vite à la la terrible réalité : la nécessité du départ pour survivre et la séparation de la famille Joffo. Avec son frère, Joseph quitte Paris, sa maison, ses parents… son enfance… On pleure pas mal mais on rit aussi car les frères Joffo sont surprenants et tellement courageux. Bref, si ce n’est pas encore fait, lisez ce livre s’il vous plaaaaaîîîîîîîîîîîîît et faites le lire aux enfants !!!

Je bouquine·Je papote

Le « Pumpkin Autumn Challenge »

Je me lance dans mon premier challenge livresque !!! Et, si je tente l’expérience c’est entièrement la faute à cette blogueuse (et amie que j’adore 😉 ). J’avais vu la vidéo du Terrier de Guimause qui a créé le « Pumpkin Autumn Challenge » et c’est vrai que son idée est vraiment géniale. A croire que les lecteurs compulsifs adorent tous l’automne !!! Certainement l’un des nombreux symptômes cliniques de cette fabuleuse maladie…

Le concept du challenge est simple et la présentation de Guimause vraiment top :

21167885_337630450013747_4848589701719478021_o

Le choix de mes lectures a été un pur moment de plaisir. Ma PAL est un peu ma biblio perso où j’aime trainer, fouiner… d’autant plus que les livres que j’achète (et accumule) sont souvent de ceux que je ne trouve pas dans ma petite médiathèque de campagne.

Vu que je ne fais jamais dans la demi-mesure, je vais tenter le challenge à fond les ballons. Voici les livres retenus :

L’automne Frissonnant :

  • Hurlons dans les bois : « Homo vampiris » de Fabien Clavel
  • La crypte des morts vivants : « Les décharnés » de Paul Clément

        couv14093492  couv57628950

 

 

 

 

 

 

L’automne Douceur de vivre :

  • Creppy, Spooky, Halloween : « Les ensorceleuses » de Alice Hoffman
  • « Fall in love » : « Ce que murmure la mer » de Claire Carabascouv28051115.gif  couv38965406

 

 

 

 

 

 

 

L’automne Enchanteur :

  • Légendes d’ici et d’ailleurs : « Les contes tibétains du Karma » de Tenzin Wangmo
  • Féérie Citrouille, Bibbidi-Bobbidi-Boo : « Fäerie » de J.R.R. Tolkien

couv55025645   couv72303178

Ces livres sont tous tirés de ma PAL. Participer à un challenge s’avère donc être une merveilleuse façon de faire baisser celle-ci et surtout de redécouvrir des petites pépites qui nous attendaient sagement sur nos étagères !!! 😉

 

 

Je bouquine

« La montagne de la dernière chance » d’André Bucher

couv_livre_2984« Poussé par un besoin viscéral de fuir la ville, Geffray – petite frappe en manque d’estime – se porte à la rencontre de Louis et Pauline, fermiers et parents amputés d’un fils qui les a mis sur la paille. Georges, un entrepreneur en quête de reconversion rachète la ferme où ils vivent et entend bien modeler l’espace à sa guise pour assouvir la démesure de son projet foncier. Gravitant autour d’un canyon qui n’est autre que le poumon de la montagne, tous les personnages courent après leur dernière chance alors que leur avenir fait écho à celui du lieu. André Bucher décrit cet enjeu avec passion dans une langue immersive et poétique. Il y fait se croiser des destins, mêlant leur sort à celui de cet endroit qui les recueille, suspendu entre ciel et terre, dans le dernier acte d’une saison de l’incertitude. »

Le roman commence par une citation : « Bénis soient ceux qui écoutent quand tout un chacun a droit à la parole ». Que ceux qui ne sont pas sensibles à ces mots prennent vraiment le temps de les méditer et de réfléchir à la portée de cette simple phrase. Ça résume bien ce qu’on ressent en découvrant André Bucher dont c’est ma seconde lecture : des romans courts mais riches et d’une grande poésie. Ce mec est assez fascinant : paysan et bucheron de métier, il est un des pionniers de l’agriculture bio en France et… écrivain. C’est aussi un physique : un grand gaillard à la peau tannée par le soleil et aux grandes mains de travailleur qui vit dans sa vallée entouré de nature et de livres, qui écrit une clope roulée à la bouche… Il aurait 40 ans de moins… comment te dire… 🙂 Il parle de la montagne comme seule une personne qui la connait vraiment peut en parler. La nature est à elle seule un personnage à part entière et parmi elle, des parcours de vie, des amours, des ambitions gâchées… Un auteur qui ne plaira pas à tout le monde, dont la lecture peut parfois être exigeante, qui invite à la méditation afin de s’imprégner de cette belle plume… Tiens, me voilà qui deviens un peu poète 😉