Je bouquine

« Le monde selon Garp » de John Irving

couv11017953« Jenny Fields ne veut pas d’homme dans sa vie, mais elle désire un enfant. Ainsi naît Garp. Il grandit dans un collège où sa mère est infirmière. Puis ils décident tous deux d’écrire, et Jenny devient une icône du féminisme. Garp, heureux mari et père, vit pourtant dans la peur : dans son univers dominé par les femmes, la violence des hommes n’est jamais loin… Un livre culte, à l’imagination débridée, facétieuse satire de notre monde. « Le romancier est un médecin qui ne s’occuperait que des incurables… et nous sommes tous des incurables. » Le Monde selon Garp, partiellement autobiographique, a connu un succès mondial et a été porté à l’écran. »

Je l’écris sans détour, j’ai adoré cette lecture !!! C’est un roman culte et ce n’est pas pour rien !!! L’histoire est complètement déjantée, le personnage de Garp complètement barré… Ce roman aurait d’ailleurs pu être écrit par Garp lui même. Le style de l’auteur est génial, on rit, on pleure, on réfléchit aussi pas mal car les thèmes abordés par ce roman sont extrêmement divers : la guerre, la monoparentalité, la sexualité, le travail des femmes, la transsexualité, la question des classes, l’éducation des filles, la prostitution, le couple, le viol, la condition de la femme, l’adultère, le féminisme, la notoriété, le fanatisme… j’en passe… Irving dit de son livre qu’il traite surtout de concupiscence soit « l’attrait naturel vers les biens matériels, terrestres et en particulier les plaisirs sensuels ». Mais, je trouve ça vraiment trop réducteur. « Le monde selon Garp » est très très riche, c’est certainement pour cela que j’ai mis une bonne semaine à le lire (sans être une authentique briquasse c’est tout de même un petit pavé de 680 pages 🙂 ) Bref, je le recommande vivement !!! C’est mon premier roman de John Irving mais certainement pas le dernier !!!

Je cogite·Je fais du logis·Je papote

Pourquoi j’y arriverais pas ? Non mais !!!

Fotolia_61296135_Subscription_Monthly_M2.jpgA défaut de chronique littéraire (je suis plongée dans un super roman mais je me traine), petit billet de réflexion sur le jardin et… les femmes. Réflexion qui m’est venue pendant que je débroussaillais la rigole et la pente d’herbes folles (et très hautes) devant chez moi. Je précise que la tâche était un peu ardue et m’a pris pas moins de 2h sous le soleil sans compter que je n’ai vraiment pas un physique de bodybuildeuse et que c’était la première fois que je « passais la débroussailleuse » de ma vie mais… j’ai adoré : toute fière de mon travail et contente de m’être bien activée. Ce travail réputé « pour les hommes » ne m’a pas du tout semblé insurmontable loin de là. J’avais l’impression d’avoir bouffer du lion et avait une pêche d’enfer. Car, non les filles, démarrer une débroussailleuse, l’accrocher à son harnet, rallonger son fil, mettre de l’essence… ce n’est vraiment pas compliqué et tout à fait à notre portée contrairement à ce qu’on nous laisse croire. Mais pour cela, faudrait-il qu’on prenne le temps de bien vouloir nous montrer et de nous expliquer comment ça marche. J’ai la chance de vivre avec un féministe qui s’ignore et qui partage volontiers ses connaissances avec moi. Mais, vu la tête de mon vieux voisin et des passants, je voyais bien que ça les questionnait de me voir faire du genre « mais qu’est-ce qu’elle fout la voisine ?! ». Tout ça pour dire, que nous ne sommes pas des empotées, on peut se frotter à des activités physiques et y prendre du plaisir. Ne pas se mettre de limite à cause de sa condition de femme et expérimenter de nouvelles choses est très important. Et si le jardinage n’est pas votre truc, il y a tellement de domaines où l’intelligence féminine et nos capacités physiques sont encore trop dénigrées et malmenées à grand tort !!! Alors, on se fait un peu confiance et on se bouge les miches 😉

Je fais du logis·Je me bichonne

Astuces écolo pour petit budget !!! // Prendre soin de sa beautéééé…

IMG_4190Suite de ma petite série d’articles sur mes astuces de radine écolo pour petit budget qui pourraient être utiles à certain(e)s. Ces conseils se veulent simples, durables, économes et minimalistes au maximum !!! Le meilleur conseil serait toutefois de (beaucoup) moins et mieux consommer !!! Je mets des liens de produits que j’utilise régulièrement et ne peux que recommander !!!

  • Pour le corps : se laver avec un gant de mémé et du savon de Marseille acheté en grande quantité, gommer sa peau avec du bicarbonate ou une éponge de loofah compostable, la nourrir avec de l’huile d’olive (l’odeur s’en va trèèès rapidement).
  • Pour l’hygiène intime : bannir tous les nettoyants bourrés de saloperies qui coûtent un bras et perturbent notre flore vaginale (vive les mycoses) pour se laver exclusivement à l’eau !!! Ce conseil de gynéco m’a juste changé la vie !!!
  • Pour les cheveux : espacer les shampoings au maximum en alternant les lavages (au shampoing solide ou au rhassoul) et les shampoings secs (répartir un peu de farine sur les racines, laisser poser et brosser), les rincer avec un peu de vinaigre de cidre mélangé à de l’eau, utiliser du henné neutre comme soin, investir dans une bonne paire de ciseaux ou une tondeuse pour se les couper soi même (simplissime pour les pointes quand ils sont longs et à force de pratique).
  • Pour les dents : le dentifrice solide dure des mois et des mois.
  • Pour le visage : se démaquiller à l’huile d’olive (ultra efficace), rincer son visage avec un gant de mémé, pshiter son eau florale directement sur la peau, faire son gommage avec un gant de loofah spécial visage, se bidouiller des lingettes/disques lavables (découper des ronds/carrés dans un vieux plaid en polaire et… c’est tout !!! ces lingettes sèchent très vite donc on peut les laver à la main avec un peu de savon après utilisation et les réutiliser dés le lendemain 😉 ).
  • Pour s’épiler : apprendre à enfin cohabiter avec nos poils (une question à creuser sérieusement) ou à défaut utiliser un épilateur électrique (je traine le mien depuis plus de 10ans) en oubliant surtout pas de se « talquer les aisselles » avant !!! Appliquer du macéra de calendula ou du gel d’Aloé Vera pour apaiser.
  • Pour les oreilles : utiliser un oriculi ou, plus simple, se laver les oreilles sous la douche avec du savon et nos doigts !!!
  • Pour ses règles : la cup reste la solution la plus hygiénique, économique et écologique !!! A tester sur plusieurs mois pour être à l’aise avec la « mise en place ». Il en existe plusieurs modèles donc ne pas hésiter à en tester plusieurs afin de trouver la bonne (cela restera toujours plus économique). Si cette solution ne convient pas, il y a l’alternative des serviettes hygiéniques lavables.

J’ai certainement oublier beaucoup de choses et n’ai évidemment pas tout testé (la brosse à dents compostable ou dont on ne change que la tête, se laver juste à l’eau avec une brosse, j’en passe) donc n’hésitez pas à compléter l’article avec vos propres astuces dans les commentaires !!! Vive le partage !!! 😉

Je bouquine

« Légendes d’automne » de Jim Harrison

couv30323368

« Cochran cherche sa vengeance au Mexique, Nordstrom la trouve dans un hôtel de luxe à New York et Tristan y consacre la meilleure partie de son existence. Trois hommes, trois vengeances, trois histoires d’une intensité et d’une violence à couper le souffle. »

J’ai enfin lu ce roman 3 en 1 et premier succès littéraire du grand et regretté Jim Harrison. 3 histoires différentes (« Une vengeance », « L’homme qui abandonna son nom » et « Légendes d’automne ») sur 3 mecs différents (Cochran, Nordstrom et Tristan) sans aucun lien entre eux si ce n’est la vengeance, la liberté et la perte de l’autre comme point de basculement… 3 bonhommes qui vont, dans leur temporalité et leur époque, tomber un peu au fond du trou puis cheminer et évoluer. Certain(e)s se rappelleront peut être du film « Légendes d’automne » avec le beau Brad Pitt et qui reprend l’histoire de Tristan. J’ai regardé la bande annonce par pure nostalgie 🙂 Car, si on referme ce livre une fois notre lecture terminée, le personnage de Tristan nous accompagne encore un long moment !!! C’est ma deuxième lecture de cet auteur que décidément j’adore tant pour son écriture juste surpuissante que pour la façon dont il a vécu : libre, dans la nature, la clope au bec. Non, mais regardez la magnifique trombine du mec !!!

th

Une lecture que je ne peux que recommander !!! SVP, si ce n’est déjà fait, allez découvrir cet auteur magnifique !!!

 

Je bouquine

« Simone de Beauvoir, une jeune fille qui dérange » de Sophie Carquain et Olivier Grojnowski

couv7418016« L’enfance et l’éducation d’une jeune fille qui va devenir une des plus brillantes intellectuelles du 20ème siècle et une des féministes les plus engagées.
Un récit qui s’attache à montrer le parcours d’une toute jeune femme dont la passion pour les lettres et la connaissance est née dès l’enfance, dans un milieu et à une époque où il n’était pas si facile d’être une femme libre. »

Autant le dire tout de suite, j’ai adoré adoré adoré cette bd !!! Et ce pour plusieurs raisons. Primo, parce que ça fait toujours plaisir de lire une bd sur une femme d’autant plus quand il s’agit d’en apprendre plus sur la jeunesse de cette pionnière de la pensée féminine. Secundo, parce que cette bd retranscrit très bien son parcours de vie et son cheminement vers la liberté et l’émancipation. Tercio, le dessin est top, simple et efficace. Cette bd est à lire et à faire lire notamment aux personnes qui ne connaissent pas l’œuvre Simone de Beauvoir. En effet, elle peut être une bonne introduction à la lecture de son travail en donnant des éléments de compréhension sur le contexte familial et sociétal dans lequel elle évoluait. Et, donner tout simplement envie de découvrir ses écrits. Bref, une lecture que je ne peux que recommander !!!

Je me bichonne·Je papote

T’as de belles quenottes tu sais !!! / Episode 3 : Appelez moi Edith !

thAprès quelques mois de vie de « trentenaire appareillée », petit point dentaire toujours dans une démarche de partage avec tous mes compagnons de la tribu des quenottes pourries décalées tartrées…

Quand j’ai annoncé à mon entourage que j’allais faire de l’orthodontie, certains se sont montrés très dubitatifs :  pourquoi tu fais ça à ton âge, paye toi plutôt un voyage blablabla. C’est marrant mais ces personnes n’ont généralement pas/plus de problèmes dentaires sus-cités… Et, pour la question tout à fait relative et personnelle de l’argent, je préfère investir dans mon sourire avec un bénéfice sur des années que dans une super bagnole que je peux péter en 2 secondes contre un platane. A chacun ses priorités… N’oubliez pas que si vous le faites c’est pour vous, votre santé, votre bien-être, la beautéééééé de votre sourire et que ça ne regarde que vous 🙂

Pour rappel, j’ai été appareillée avec des bagues en céramique (le haut en janvier, le bas 2 mois plus tard). Après un temps d’adaptation niveau bouffe (bouillies pour mémé édentée) et hygiène buccale (irréprochable), je dirais que sans être pour autant une sinécure avoir un appareil dentaire ça se gère !!! La question de la douleur va évidemment dépendre de chacun(e) et de son chantier dentaire en travaux. Pour ma part, je n’ai eu aucun problème particulier (blessure au niveau des joues, bagues qui se décollent ou autre) mises à part les gencives un peu enflammées après la pose des bagues. En fait, j’ai bizarrement moins mal qu’avant… certainement parce que je suis libérée de l’angoisse du « putain elles ont encore bougé »… d’autant plus que les résultats sont assez hallucinants et rapides. En l’espace de 4 mois, j’ai déjà retrouvé un « joli » sourire 😉  Alors… noooon rien de rrrrien… nooon je ne regrette rrrrrien !!!!

Je bouquine

« Longtemps » d’Eric Orsenna

couv52844493« Il était une fois Gabriel, un homme marié et fidèle. Pour fuir les tentations, il se consacrait exclusivement à son métier de paix et de racines : les jardins. Que Dieu soit maudit et tout autant célébré dans les siècles des siècles ! Par jour de grand froid, une passion arrive à notre Gabriel. Elle s’appelle Elisabeth, c’est la plus belle femme du monde. Hélas, deux enfants l’accompagnent et un époux l’attend : commencent le miracle et la douleur de l’adultère durable. Non les frénésies d’une passade, mais trente-cinq ans d’un voyage éperdu à Séville, Gand et Pékin. Voici le portrait de cet animal indomptable et démodé : un sentiment. »

Ayé, j’ai enfin lu un roman d’Eric Orsenna !!! Un mec au cv long comme le bras, académicien primé… c’est également un des auteurs chouchous de François Busnel !!! Orsenna est connu pour être un romancier qui invite au voyage et c’est également le cas dans ce livre. Il nous raconte l’histoire de Gabriel et Elisabeth : trente ans d’amour entre cette femme diplomate mariée (qui ne peut se résoudre à quitter son mari) et ce botaniste totalement voué à cet amour fou. On suit leurs rencontres dans les plus beaux jardins du monde décrits avec beaucoup de style. On sent que l’auteur a bien potassé son sujet et on en apprend beaucoup sur les plantes pour mieux en comprendre la passion qu’elles peuvent susciter. Malgré certains éléments un peu « gros » dans le déroulement de l’histoire et une lecture parfois un peu longue, j’ai beaucoup aimé !!! Petite anecdote à creuser, il y a peut être une part d’autobiographie dans ce roman car le nom de Gabriel est… Orsenna 🙂