Je bouquine

« The book of Ivy » et « The revolution of Ivy » de Amy Engel

 

Tome 1 : « Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule mission : tuer le garçon qu’on me destine, Bishop, le fils du président. Je me prépare pour ce moment depuis toujours. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes, car les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche… »

Tome 2 : « J’ai tout perdu : mon foyer, ma famille, l’homme que j’aime. Au-delà de la barrière, l’hiver approche. Il va me falloir trouver des vivres, un abri. Et des alliés. Mais je dois aussi faire un choix : oublier ma vie d’avant, me venger de ceux qui m’ont trahie… ou mener la révolution ? Je ne suis plus une Westfall ni une Lattimer. Simplement Ivy. Et je suis enfin libre. »

Cent milles ans après tout le monde, je commence à découvrir le fabuleux univers de PKJ (Pocket Jeunesse)… et comment dire… c’est un peu mon nouveau dada !!! Je lis beaucoup et depuis trèèès longtemps mais mes premières lectures sont les romans de Jules Verne et de Maurice Leblanc découverts en primaire… Bref, j’étais une enfant un peu « intello » attirée par des romans passionnants mais assez classiques… ce qui m’est resté. Comme quoi, il n’est jamais trop tard pour s’ouvrir à d’autres genres littéraires 🙂 !!!

Il s’agit ici d’une dystopie : une guerre nucléaire a décimé la population mondiale 50 ans plus tôt. Un groupe de quelques milliers de personnes se sont réunies pour survivre. Deux familles (avec deux modèles de sociétés différents) se sont alors violemment affrontées pour obtenir le pouvoir. Aujourd’hui, les fils et filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, lors d’une cérémonie censée assurer l’unité de la communauté. On suit plus précisément l’histoire d’Ivy Westfall (petite fille de l’ancien leader d’opposition) qui épouse Bishop Lattimer (fils du président actuel) qu’elle a pour mission de tuer afin de permettre à sa famille de se venger et de prendre le pouvoir. Sauf que rien ne va se passer comme prévu… Cette lecture est complètement addictive et tellement facile d’accès qu’on dévore les deux tomes en quelques heures (confortablement installée sur le canapé, un thé et une petite douceur sucrée à portée de main… c’est ce qu’on appelle prendre soin de sa petite personne dans le monde de Loraillou 🙂 ). Il y a de grosses évidences dans l’histoire mais on s’en fout parce que c’est léger, qu’on se prend pas la tête et que ça fait du bien !!! L’histoire aborde également des thèmes intéressants : l’émancipation, « l’héritage » familial, la trahison, la solidarité, j’en passe… Bref, une lecture vraiment sympa dont j’avais découvert le 1er chapitre du 1er tome, offert par les éditions Lumen, lors de mon 1er salon du livre à Paris (souvenirs, souvenirs…) 😉

Je cogite·Je papote

Grossesse, maternité, etc : la terrible loi du « oui mais… » !!!

Liste non exhaustive de remarques qu’on se prend dans la tronche et qui témoignent de la schizophrénie ambiante ainsi que de la pression exercée sur les femmes lors de leur grossesse, leur maternité et j’en passe. Ces anecdotes ne sont que le fruit de ma propre expérience sachant que j’ai 30 ans (et des petites poussières) et suis maman depuis un peu plus d’un an. Je précise également que nous sommes une famille « classique » (je n’aime pas ce mot mais vous captez l’idée !) avec des parents cisgenres dans une relation hétéro et monogame. Alors autant dire qu’à l’échelle de toute une vie de femme et à nous toutes, on pourrait en remplir toute une biblio digne de La Belle et la Bête (oui j’étale ma culture Disney, ça pose un problème ?! 🙂 ).

Bref, trêve de blabla…

Alcool : c’est ZERO alcool quand on est enceinte tu sais oui mais… oh ça va, un peu de vin c’est du fortifiant, ça peut pas faire de mal…

Tabac : il faut que tu arrêtes oui mais… tu es vraiment trop stressée depuis que tu fumes plus c’est pas bon pour ton bébé !

Tour de taille de maman : oh vas-y lâche toi t’es enceinte il faut que t’en profites oui mais… pas trop non plus hein après il faut réussir à perdre tous ces kilos !

Allaitement : c’est super pour ton bébé oui mais… pas trop longtemps non plus, la relation mère/enfant tout ça tout ça…

Pas d’allaitement : tu as raison, c’est de l’asservissement oui mais… c’est dommage pour la santé de ton bébé et ça réduit le risque de cancer du sein…

Rester à la maison : tu as raison de profiter de ton bébé oui mais… tu reprends quand le travail grosse feignasse ?!!!

Fatigue et congés parental : normal, s’occuper d’un enfant c’est un vrai boulot oui mais… oh ça va tu es chez toi toute la journée, tu as le temps de faire la sieste !!!

Couches lavables : c’est super écologique et zéro déchet oui mais… c’est pas féministe !!!

Pas de couches lavables : tu as raison de pas te faire chier oui mais… tu penses à la planète et à la santé de ton bébé espère de maman pas écolo ?!!!

Tour de taille de bébé : il faut qu’il prenne du poids oui mais… pas trop c’est un facteur d’obésité vous savez !!!

Marche de bébé : elle a raison de prendre son temps oui mais… le mien marchait déjà à cet âge là et depuis plusieurs mois tu sais !!!

Petits pots indus : tu as raison de te faciliter la vie oui mais… tu as bien regardé la composition parce que c’est pas tip top…

Petits pots maison : c’est super de les lui préparer toi même oui mais… tu as vraiment du temps pour faire ça toi !!!

Je l’écris d’avance, il y aura sûrement d’autres articles sur la terrible loi du « oui mais… » parce que j’ai vraiment adoré réfléchir à tout ça 🙂 N’oublions pas que cette pression sociale, familiale, amicale, etc et les exigences contradictoires à l’encontre des femmes (mères ou pas) ne sont pas normales. Les relever, y réfléchir et tenter de s’en libérer est important et peut être une des façons de s’en émanciper, de s’affirmer, d’assumer ses choix en tant qu’individu libre et pensant que chacun(e) se doit de respecter !!! OK putain de merde ?!!! (oui oui je m’enflamme un peu là…). Alors, on lâche rien !!!

Je bouquine

« Une place à prendre » de J.K. Rowling

couv36386976« Bienvenue à Pagford, petite bourgade anglaise paisible et charmante : ses maisons cossues, son ancienne abbaye, sa place de marché pittoresque… et son lourd fardeau de secrets. Car derrière cette façade idyllique, Pagford est en proie aux tourmentes les plus violentes, et les conflits font rage sur tous les fronts, à la faveur de la mort soudaine de son plus éminent notable. Entre nantis et pauvres, enfants et parents, maris et femmes, ce sont des années de rancunes, de rancœurs, de haines et de mensonges, jusqu’alors soigneusement dissimulés, qui vont éclater au grand jour et, à l’occasion d’une élection municipale en apparence anodine, faire basculer Pagford dans la tragédie. »

Ce livre est un bon petit pavé comme on les aime de 680 pages… J’ai donc pas mal hésité avant de me lancer d’autant plus que les avis sur ce roman sont assez mitigés. Mais, histoire d’aller jusqu’au bout du bout de mon délire du moment avec Harry Potter, j’ai cédé et ne regrette vraiment pas !!! C’est un vrai coup de cœur, j’ai A-DO-RÉ cette lecture !!! Je comprends toutefois ce qui a pu déplaire à certain(e)s. Il y a quelques longueurs et pas mal de descriptions ce qui peut rendre la lecture un peu indigeste par moments. Et, ce roman n’a rien à voir avec la saga HP mais a tout de la chronique sociale à la Zola. Il dépeint sans pitié et avec beaucoup de réalisme le quotidien d’une bourgade anglaise où le décès brutal de l’un des notables va foutre une pagaille monstre aux conséquences énormes. Entre querelles de clocher, lutte des classes, hypocrisies, trahisons et autres joyeusetés, le livre dénonce des problématiques sociales importantes et tout à fait actuelles : la précarité dans les cités abandonnées par les pouvoirs publics, l’addiction et le manque d’accompagnement médico-social, les relations au sein d’une communauté, les relations parents/enfants, la maltraitance et le rôle des services sociaux, etc. Il y aurait vraiment beaucoup à dire sur ce livre qui est une vraie réussite. Une mini-série est d’ores et déjà tirée du roman avec l’interprète de Dumbledore dans l’un des rôles principaux 🙂

Je papote

Derniers craquages livresques…

État des lieux de mes derniers craquages livresques. Et, l’occasion de présenter un de mes dealers. Car… vous comprenez bien qu’il me faut ma doooooose de livrrrres !!!… Oui oui, merci de vous inquiéter, je me soigne… pas, mouhahahahaaaaa !!! Je n’ai qu’une seule chose à dire : Vive le déni !!!

Bref, assez de points d’exclamation à répétition, venons-en au sujet de cet article !!! Pour des raisons évidentes de coût et d’écologie, j’achète en priorité mes livres d’occasion. Quand je ne trouve pas mon bonheur chez mes fournisseurs d’occas habituels, je vais fouiner sur Recyclivre. Ce site vend des livres d’occasion mais reverse surtout 10% de ses revenus nets à des associations et programmes de lutte contre l’illettrisme, pour l’accès à la culture pour tous et la préservation de nos ressources.

Voici mes petites nouveautés palesques reçues récemment :

couv7013649   couv25756178

couv60719945   couv26968046

Avec cette commande, je complète deux sagas de ma PAL (« 1Q84 », « Quand les dieux buvaient trop »).

Avant de commander sur ce site, sachez que les livres sont envoyés dans une enveloppe en plastique très épaisse mais sans papier bulle (selon la délicatesse du facteur les livres peuvent être un peu abîmés). Toutefois, le gros « MAIS » est surtout que l’édition du livre affichée n’est pas forcément la même qu’on vous envoie (moi qui pensais avoir la dernière édition du 3ème tome de 1Q84 c’est râpé… grrrr). Les prix sont toutefois très intéressants, ces 4 livres en bon état m’ont coûté 19euros et des poussières. Le service est sérieux et les frais de port sont gratuits.

Bref, n’hésitez pas à aller voir leur site ça peut valoir le coup !! 😉

Ps : 10% sur votre commande avec le code RA5W !!! 🙂

Je bouquine

« Wonder » de R.J. Palacio

couv72743545

« Je m’appelle August. Je ne me décrirai pas. Quoi que vous imaginiez, c’est sans doute pire. » Né avec une malformation faciale, August, dix ans, n’est jamais allé à l’école. Aujourd’hui, pour la première fois, ses parents l’envoient au collège… Pourra-t-il convaincre les élèves qu’il est comme eux ? Ne jugez pas un livre garçon à sa couverture son apparence. »

La couverture de ce livre m’avait tapée dans l’œil depuis un moment mais également le titre « Wonder » soit merveille en anglais. Quand on sait que le livre parle d’un petit garçon différent je trouvais le clin d’œil vraiment mignon (je n’ai pas d’autre mot). Et, j’étais d’autant plus curieuse de voir comment l’histoire allait être traitée qu’il s’agit d’un roman jeunesse. En bref, on suit l’année de 6ème d’August qui, du fait d’un combo génétique vraiment merdique, est né avec une malformation… du visage. A cause de ses nombreuses opérations, il n’a pas été scolarisé jusque là et va donc découvrir le collège, sortir du cocon familial, tenter de s’adapter et de s’intégrer malgré sa différence : bon courage mon gars !!!. Cette lecture est vraiment pas mal, addictive et très immersive. On retrouve vraiment ce sentiment de « jungle » du collège avec ses codes et étiquettes. Le roman se divise en plusieurs parties où les narrateurs sont alternativement August et d’autres personnages de son entourage. Malgré certaines facilités, le roman a le mérite de mettre en avant de belles idées telles que l’amitié, le fait d’affronter le regard des autres, la possibilité d’évoluer et de dépasser ses préjugés… Le personnage d’August est drôle, intelligent, courageux et très attachant comme sa famille qui est juste géniale. Une belle lecture pour les jeunes et moins jeunes !!!

Ps : le roman vient d’être adapté au cinéma 🙂

Je bouquine

« Harry Potter et l’enfant maudit » de J.K. Rowling, Jack Thorne et John Tiffany

couv29158267« Être Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus Severus, doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu. Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus. »

Je ne sais pas si ce sont les 20 ans de la parution du 1er tome de la saga qui me font cet effet mais en ce moment je suis en mode Pottermaniaque 🙂 J’en profite pour vous recommander un reportage très chouette sur et avec l’auteur. Mais je m’égare…

Revenons-en à cette lecture des nouvelles aventures de Harry Potter version pièce de théâtre. J.K. Rowling a toujours dit qu’il n’y aurait pas de suite à la saga. J’ai donc abordé cette lecture un peu comme un bonus. On retrouve nos héros où nous les avions laissés à la toute fin du 7ème tome : sur le quai de King’s Cross. Harry et Ginny accompagnent leurs deux ainés dont Albus Severus (dont on va suivre ici les aventures) pour leur rentrée à Poudlard. Je n’ai pas voulu lire les nombreux avis sur la pièce pour la découvrir avec un regard neuf. Il y a clairement des facilités scénaristiques, des maladresses avec le caractère de certains personnages (Ron est une vraie caricature) et des incohérences avec les romans… mais l’histoire est quand même sympa. On y découvre les difficultés de Harry dans la relation avec son fils Albus, ce que représente le fait d’avoir un père si célèbre, ce que sont devenus Ron, Hermione et les autres… Et, on retrouve surtout le monde de J.K.Rowling… avec telllleeement de plaisir !!! Bref, j’aime à penser que, comme les romans ont pu faire découvrir le monde fabuleux de la lecture à certain(e)s, ce livre aura le mérite de faire découvrir le genre théâtral à d’autres !!! Donc, pour les quelques derniers retardataires, c’est une lecture très sympa 😉

Je bouquine·Je cogite

Des livres pour les Zanimaux !!!

Je ne suis pas végane… mais je m’intéresse et me documente sur le sujet (comme sur beaucoup d’autres choses). Et, je dois dire que ça fait sacrément réfléchir. Manger et exploiter les animaux est, dans l’imaginaire collectif, quelque chose de normal et de banaliser… quelque chose qu’on ne pense pas, qu’on ne réfléchit pas vraiment…. et je ne parle même pas des conséquences sanitaires et environnementales de notre régime carné. C’est peut être en partie pour cela que ce mouvement (comme d’autres tel que la décroissance) est décrié, taxé d’extrémisme et (volontairement ?) incompris. On ne veut pas voir ce qu’il dénonce parce que c’est trop horrible et beaucoup trop culpabilisant !!!

Pour les personnes curieuses d’en savoir plus (rien de mieux que de se faire une idée personnelle, on est pas des moutons dénués de sens critique ok ?!!!), voici quatre de mes récentes lectures très intéressantes qui abordent le sujet sous quatre approches bien différentes :

 

  • « Insolente Veggie » de Rosa B. / BD

couv70490703« Le fameux cri de la carotte, vous connaissez ? Découvrez l’humour incisif d’Insolente Veggie, cette végétalienne aussi drôle que méchante en laquelle chaque végétarien et vegan se reconnaîtra ! Des péripéties culinaires au militantisme, plus de 50 histoires pour rire, s’indigner et réfléchir ! L’album reprend des dessins qui ont fait le succès du blog Insolente Veggie et propose aussi de nombreux inédits. L’auteure aborde avec humour et esprit militant ce qui fait le quotidien des végétariens, des végétaliens et des vegans aujourd’hui. »

 

 

  • « Faut-il manger les animaux ? » de Jonathan Safran Foer / Enquête

couv66549311« Comment traitons-nous les animaux que nous mangeons? Convoquant souvenirs d’enfance, données statistiques et arguments philosophiques, J.S. Foer interroge les croyances, les mythes familiaux et les traditions nationales avant de se lancer lui-même dans une vaste enquête. Entre une expédition clandestine dans un abattoir, une recherche sur les dangers du lisier de porc et la visite d’une ferme où l’on élève les dindes en pleine nature, l’auteur explore tous les degrés de l’abomination contemporaine et se penche sur les derniers vestiges d’une civilisation qui respectait encore l’animal. Choquant, drôle, inattendu, ce livre d’un des jeunes écrivains américains les plus doués de sa génération a déjà suscité passions et polémiques aux Etats-Unis et en Europe. »

 

  • « Yes Vegan, un choix de vie » de Catherine Hélayel / Témoignage

couv5410197« Etre végan, c’est s’éveiller à sa propre conscience et abattre d’abord en soi-même les frontières érigées à l’aune de critères égoïstes et illusoires. Logiquement vient ensuite le combat pour le respect de la nature, de la planète, et en définitive de l’Homme lui-même. Le Véganisme est une clameur qui s’élève de toutes les nations. Le livre de Catherine Hayel est militant, engagé et tout y est clairement expliqué, démontré, avec des arguments qui sont loin de l’image caricaturale que l’on peut se faire du militant « écolo ». Juste du bon sens, l’amour de la justice, du prochain et le respect du Vivant, quel qu’il soit. »

 

  • « Vegan » de Marie Laforêt / Livre de cuisine

couv1655836« Une somme très complète sur la cuisine végétalienne (sans aucun produits animaux) dont un chapitre rédigé par le docteur Jérôme Bernard Pellet, médecin nutritionniste, sur l’équilibre nutritionnel végétalien (où trouver protéines, calcium, vitamine B12…), les erreurs à éviter, les publics à risques… L’ouvrage propose des informations sur les ingrédients phares de la cuisine végétale (noix, graines de lin, pois chiches, avocat…) et insiste sur de nouveaux savoir-faire : fabriquer des fromages, crèmes et laits végétaux… Au total plus de 500 recettes illustrées pour toutes les situations, du barbecue au réveillon, avec un point fort sur les desserts spécifiques (mousse au chocolat sans œufs, «cheese» cake vegan…). »

 

Pour conclure, une petite citation à méditer :

« Un esprit est comme un parachute. Il ne fonctionne pas s’il n’est pas ouvert » Frank Zappa