Je cogite·Je papote

Pourquoi j’y arriverais pas ? Non mais !!!

Fotolia_61296135_Subscription_Monthly_M2.jpgA défaut de chronique littéraire (je suis plongée dans un super roman mais je me traine), petit billet de réflexion sur le jardin et… les femmes. Réflexion qui m’est venue pendant que je débroussaillais la rigole et la pente d’herbes folles (et très hautes) devant chez moi. Je précise que la tâche était un peu ardue et m’a pris pas moins de 2h sous le soleil sans compter que je n’ai vraiment pas un physique de bodybuildeuse et que c’était la première fois que je « passais la débroussailleuse » de ma vie mais… j’ai adoré : toute fière de mon travail et contente de m’être bien activée. Ce travail réputé « pour les hommes » ne m’a pas du tout semblé insurmontable loin de là. J’avais l’impression d’avoir bouffer du lion et avait une pêche d’enfer. Car, non les filles, démarrer une débroussailleuse, l’accrocher à son harnet, rallonger son fil, mettre de l’essence… ce n’est vraiment pas compliqué et tout à fait à notre portée contrairement à ce qu’on nous laisse croire. Mais pour cela, faudrait-il qu’on prenne le temps de bien vouloir nous montrer et de nous expliquer comment ça marche. J’ai la chance de vivre avec un féministe qui s’ignore et qui partage volontiers ses connaissances avec moi. Mais, vu la tête de mon vieux voisin et des passants, je voyais bien que ça les questionnait de me voir faire du genre « mais qu’est-ce qu’elle fout la voisine ?! ». Tout ça pour dire, que nous ne sommes pas des empotées, on peut se frotter à des activités physiques et y prendre du plaisir. Ne pas se mettre de limite à cause de sa condition de femme et expérimenter de nouvelles choses est très important. Et si le jardinage n’est pas votre truc, il y a tellement de domaines où l’intelligence féminine et nos capacités physiques sont encore trop dénigrées et malmenées à grand tort !!! Alors, on se fait un peu confiance et on se bouge les miches 😉

Je cogite·Je fais gnasse

« Terriens (Earthlings)  » de Shaun Monson

affiche-earthlings Attention ce film documentaire pourrait définitivement changer votre façon de voir votre assiette et s’adresse à un public averti !!!

Fruit de 5 ans de travail, il nous montre (images à l’appui) le traitement des animaux destinés à la domesticité, à notre nourriture, notre habillement, nos divertissements et nos recherches scientifiques. J’insiste bien sur le « nos » car il s’agit bien de « nos » agissements et de ce que l’homme fait subir à d’autres espèces.

Loin de moi l’idée de juger qui que se soit mais il me semble important de s’informer sur l’envers du décor de l’industrie agroalimentaire et du monde consumériste dans lequel on vit. Ce film a été décrié par beaucoup comme étant un vrai plaidoyer vegan avec toutes ces images choquantes et violentes… quand bien même, ça ne change rien au problème et il n’en dénonce pas moins une réalité !!! Ce film est donc à voir pour plusieurs raisons : arrêter de jouer les autruches, se poser de vraies questions sur la place et le traitement des animaux dans nos vies et sociétés modernes, évoluer (ou pas) dans notre façon de manger et de consommer…  Bref, ce film a le mérite de faire cogiter. Petite précision avant tout visionnage : mouchoirs indispensables à toute personne dotée de sensibilité !!!

Gandhi disait qu’on reconnaît le degré de civilisation d’un peuple à la manière dont il traite ses animaux… et bien on est pas dans la merde !!!

PS : pour être plus complet, le film aurait pu évoquer le problème de la laine et de la pratique du mulesing

Je cogite·Je pouponne

Les couches lavables : c’est pas féministe ?!!!

couche

Cet article fait suite à ma lecture du dernier numéro de « Causette » magasine féministe (dont je ne peux que recommander la lecture !!!) qui propose un dossier sur les bébéééés et plus précisément sur la pollution cachée (au sens large) de nos petits chérubins. Le dossier aborde notamment la question des couches… Le magasine s’emploie à expliquer le gaspillage énooorme en ressources, la pollution et la gestion des déchets que représentent les couches jetables. Donc, on est d’accord, couches jetables = pas écolo, pas bon pour bébé… Donc, vu que je suis une bonne maman écolo je vais acheter et utiliser des couches lavables. Mais voilà-t-il pas qu’une amie me dit : « Mais non Loraillou !!! Les couches lavables c’est pas féministe… même Elizabeth Badinter le dit !!! Car c’est qui qui va les laver tes couches ?!!! »… ce à quoi je réponds… « La machine à laver ?!!! ». Blague mise à part, il y en a marre de faire culpabiliser les mamans qui n’ont alors jamais l’impression de bien faire !!! Comme avec l’allaitement, que chaque femme fasse bien ce qu’elle veut tant que cela lui convient et que son choix est libre !!! Couches lavables ou jetables, made in France ou pas, écolo ou pas… qu’on nous foute la paix !!! Merci !!! 😉

Je bouquine·Je cogite

« Les Zenfants (presque) zéro déchet » de Jérémie Pichon et Bénédicte Moret

couv31751944« L’objectif de ce livre très illustré : devenir un « héros du zéro » (déchet) et sauver la planète. Ze mission : rejoindre l’équipe Zéro Déchet composée de Compostman, Zéroman, Greengirl, la Fée Letoi ou encore Slipman ! Ces héros du Zéro ont concocté un plan d’action génial pour soigner la planète. Par exemple : fabriquer sa propre pâte à modeler, créer des sacs en tissu personnalisés, organiser un anniv sans déchet ou un pique-nique sans plastique. Toutes les activités des enfants sont ainsi abordées en 3 temps : une « Bédé » pour rigoler, un « Docu » pour comprendre et une « Action » pour changer leur monde et toute la planète en même temps ! Telle est la recette pour faire de nos bambins des héros du quotidien, les citoyens de demain. »

Gros coup de cœur pour ce livre !!! J’avais déjà lu, pour ne pas dire dévoré, « Famille (presque) zéro déchet » des mêmes auteurs. Ce nouveau guide s’adresse (comme l’indique le titre n’est ce pas?!) aux Zenfants ! Et cette nouvelle affaire est rondement menée !!! Car, vulgariser le propos écolo par le prisme du zéro déchet à destination des enfants est loin d’être simple… oh que non. Et, les auteurs y parviennent parfaitement !!! Le bouquin propose plusieurs thématiques autour du zéro déchet : le goûter, les jouets, les vêtements… avec des infos simples et accessibles, de la bd, des recettes et tutos… le tout servi par des personnages sympas et hauts en couleurs !!! Mais le vrai plus de ce livre, c’est qu’il propose aux Zenfants de devenir des héros du Zéro, les invite à devenir acteur dans la lutte contre les déchets et… quoi de mieux pour les intéresser ? Bref, un guide pour petits Zet grands !!!

Ps : je recommande à tous les grands gourmands, dont je fais partie, la lecture du chapitre sur… le chocolat…

Je bouquine·Je cogite

Des livres (et un journal) avec de bonnes résolutions dedans !!

Des livres (et un journal) qui donnent à réfléchir et peuvent aider à se lancer dans un changement de vie parfois ô combien nécessaire !!! Bref, des idées de bonnes résolutions pour la nouvelle année qui s’annonce !!!

titre

La décroissance // Un journal d’écologie politique (sans pub) auquel je suis abonnée depuis plus de dix ans désormais. Il reste MA référence en terme de réflexion sur l’écologie et ma façon de concevoir ma vie de façon générale. Seul regret, le contenu ne me paraît pas toujours accessible au plus grand nombre (on y apprend beauuuuucoup de vocabulaire). C’est un journal intelligent et bien fait qui, si on en comprend le message philosophique, donne la patate puissance 1000 pour se bouger et faire bouger les choses !! Un argument de poids : en achetant ce journal, on finance la presse libre et sans pub !!

couv13404052

Le minimalisme // Dominique Loreau est une référence dans la catégorie des livres « Bien être ». Pour simplifier sa vie, elle propose de s’inspirer de la philosophie japonaise. J’ai lu ce bouquin quand j’avais 20 ans tout pile et il m’a pas mal marquée. Une lecture qui invite à réfléchir sur les objets qui nous entourent, notre façon de consommer et sur comment simplifier sa vie… pour tendre vers un minimalisme positif. Lecture très facile et sans prise de tête qui donne des conseils utiles pour le quotidien.

couv37806627couv54033394

Zéro déchet // Des livres qui peuvent ouvrir les yeux à certains et aider les autres à poursuivre leur réflexion. Le bouquin de Béa Johnson est désormais  un incontournable (et je ne remercierai jamais assez l’amie qui me l’a fait découvrir 🙂 ). Même si on peut ne pas être toujours d’accord avec la Reine du Zéro déchet qui pousse loin sa réflexion et sa démarche, son livre a le mérite de faire sacrément réfléchir. Tendre vers le zéro déchet c’est écologique, intelligent, mieux pour soi, son porte monnaie et la planète… bref c’est cohérent et tellement logique quand on y pense !! Dans le même délire, on trouve Ze guide de la famille presque zéro déchet (des landais eh ouai !!). Un livre plus ludique et accessible que celui de Béa Johnson car le propos écolo de Monsieur est mis en image par Madame de façon tellement drôle !! Les mêmes auteurs ont sorti un guide pour les Zenfants qui attend son tour dans ma PAL.

couv62514645couv39556666Faire du tri // Deux lectures qui traitent de la maison… et qui sont d’une aide trèèès secourable quand on veut faire du tri, alléger et apurer son intérieur, déménager… Comme son nom l’indique, le livre de Marie Kondo aide à trier la montagne d’affaires en  tout genre qu’on garde dans ses placards, le grenier des parents… Pour cela, elle propose de se poser une question trèèès simple : cet objet me met-il en joie ? Une lecture où l’on peut piocher de bonnes idées pour faire un peu le vide. Le livre de Dominique Loreau parle aussi de l’importance du tri … mais aussi de la question de l’espace et de la taille nécessaire pour être bien chez-soi.

Je bouquine·Je cogite

« Cher pays de notre enfance » d’Etienne Davodeau et Benoît Collombat

couv38365269« Etienne Davodeau est auteur de bd. Benoît Collombat est grand reporter à France Inter. Ils ont grandi sous la Ve République fondée par le général de Gaulle, dans un pays encore prospère, mais déjà soumis à la crise. L’Italie et l’Allemagne ne sont pas les seules nations à subir la violence politique. Sous les présidences de Pompidou et de Giscard d’Estaing, le pays connaît aussi de véritables années de plomb à la française. Dans ces années-là, on tue un juge trop gênant. On braque des banques pour financer des campagnes électorales. On maquille en suicide l’assassinat d’un ministre. On crée de toutes pièces des milices patronales pour briser les grèves. On ne compte plus les exactions du Service d’Action Civique (le SAC), la milice du parti gaulliste, alors tout-puissant. Cette violence politique, tache persistante dans l’ADN de cette V° République à bout de souffle, est aujourd’hui largement méconnue. En sillonnant le pays à la rencontre des témoins directs des événements de cette époque – députés, journalistes, syndicalistes, magistrats, policiers, ou encore anciens truands -, en menant une enquête approfondie, Davodeau et Collombat nous révèlent l’envers sidérant du décor de ce qui reste, malgré tout, le cher pays de leur enfance… »

Attention, bd coup de poing !!! Davodeau et Collombat nous embarque avec eux dans un travail d’enquête titanesque sur l’une des épines au pied de notre belle République. Et quand je parle de bd coup de poing je pèse mes mots. On apprend beaucoup de choses sur l’histoire officieuse de notre pays et le très secret SAC dont les méthodes, les agissements en toute impunité et le financement sont à vomir. Pour illustrer le pouvoir de cette organisation et l’implication de tous les acteurs politiques et autres, deux affaires : le meurtre du juge Renaud et celui, déguisé en suicide, du ministre Boulin. Une bonne dose de rappel également sur la Françafrique, le financement du Rpr et autres magouilles douteuses de nos chers politiques. On sort de cette lecture plus éclairé mais aussi sacrément scandalisé et énervé ! Une lecture indispensable pour s’informer d’autant plus que le propos des auteurs est vraiment accessible et le dessin de ce fabuleux Etienne juste génial, alors on fonce !!!!

Je cogite·Je fais gnasse

« Captain Fantastic » de Matt Ross

captain_fantastic« Dans les forêts reculées du nord-ouest des Etats-Unis, vivant isolé de la société, un père dévoué a consacré sa vie toute entière à faire de ses six jeunes enfants d’extraordinaires adultes. Mais quand le destin frappe sa famille, ils doivent abandonner ce paradis qu’il avait créé pour eux. La découverte du monde extérieur va l’obliger à questionner ses méthodes d’éducation et remettre en cause tout ce qu’il leur a appris. »

J’ai adoré ce film !!!! Alors oui, je suis une « écolo » et objectrice de croissance convaincue mais ce film devrait plaire à une multitude de personnes. Tout commence dans une forêt où vivent en quasi autarcie un père et ses 6 gamins. La mère est alors hospitalisée. On y découvre leur mode de vie à la Into the wild version famille nombreuse. La fratrie suit un enseignement élaboré par le père : des lectures en tout genre (politique, science, langues étrangères…), un entrainement physique (allant du yoga à l’escalade), l’acquisition de compétences pratiques (chasser, allumer un feu, jardiner…) et la construction d’un sens critique très aiguisé ! Une vraie troupe de surdoués qui lit tranquillement le soir autour du feu pour finir par se faire un boeuf, car oui chacun d’entre eux sait jouer d’un instrument de musique ! Cette vie va basculer avec le décès de la mère et, avec les obsèques de celle-ci, le contact avec l’extérieur. Ce film pose pas mal de questions assez fondamentales et font échos au besoin qui se fait de plus en plus sentir d’un retour à la nature, d’une vie plus simple, de la nécessité d’éveiller notre conscience politique… mais jusqu’où aller ? Comment trouver le juste milieu dans nos choix de vie surtout quand ils impactent nos enfants ? Car là est toute la difficulté : vivre en harmonie avec ses idées dans une société occidentale telle que la notre.