Je cogite·Je papote

Bientôt 4 ans à manger de l’herbe et des cailloux : petit retour d’expérience…

Sans titre

Ça faisait trèèès longtemps que je souhaitais faire un petit retour ici sur mon changement d’alimentation qui reste une des décisions les plus évidentes, importantes, simples mais aussi un peu compliquées que j’ai pu prendre… Je précise par ailleurs qu’il n’est absolument pas question ici de prosélytisme de ma part, de convaincre qui que se soit, de culpabiliser, de juger ou autre mais juste de partager 😉

J’ai pris cette décision quelques mois après la naissance de Ptitchat. Je crois que c’est mon allaitement qui m’a permis d’initier un questionnement. Car, même si je suis sensibilisée à la « cause écolo » depuis trèèès longtemps, je n’avais étrangement pas pris la mesure de l’indéniable impact de l’alimentation sur l’environnement. Il faut toutefois dire que je venais de trèèès loin niveau bouffe. Je suis originaire du Sud Ouest, le pays du jambon de Bayonne, du foie gras, du confit de canard et j’en passe. Une partie de ma famille travaille dans ce secteur et j’ai été biberonnée à cette alimentation « traditionnelle » depuis toujours. Bref, comme pour beaucoup, l’arrivée d’un enfant a bouleversé un certains nombre de choses et a clairement été un facteur de changement pour ma petite pomme (en plus des nuits pourries depuis 4 ans on est bien d’accord… 🙂 ).

Je pense avoir amorcé ce changement à ce moment là également et surtout parce que je disposais de « temps » durant mon congé parental. Un temps utile pour me documenter, déconstruire certaines représentations, une certaine éducation de « la table » et se renseigner sur l’alimentation végétale. Quand on a capté les principes de bases (facilement accessibles désormais) et la nécessité d’une supplémentation en B12 (indispensable pour les végétar/liens !!!) il n’y a vraiment pas de problème.

Ce temps de réflexion et de cheminement me semble d’autant plus important que, même si vous êtes certain(e) de votre choix et en phase avec vos idées, « les autres » (par incompréhension totale ou réel intérêt) vous poseront des questions susceptibles de vous mettre un peu en difficulté ou de vous décourager surtout au début de votre démarche. Car, si ce qu’on met dans notre assiette est un choix individuel et personnel qui ne regarde que soi, il a de toute évidence un impact social et notamment familial. Je vous laisse imaginer pour exemple mon 1er réveillon de Noël veggie avec mon vieux papé pour qui le gras du jambon c’est la vie… le pauvre n’a toujours pas fait son deuil 🙂 Je me demande d’ailleurs si l’âge (j’ai bien attaqué la trentaine…) n’est pas un possible facteur d’incompréhension supplémentaire : pourquoi ce changement ? La « pilule » passe peut être mieux en terme de représentation si parents et famille peuvent mettre ça sur le compte d’une lubie d’ado passagère ou non (je ne dénigre évidemment pas les décisions et choix faits par les ados !!! et parle bien de représentation extérieure !!!) plutôt que d’être face à une décision « adulte et réfléchie »… Car, notre assiette n’est pas que de la boustifaille… c’est aussi une éducation familiale, une façon de vivre, de consommer, de questionner ou pas toute une industrie agro-alimentaire et tout un système de valeurs également…

Bref, je vais arrêter là mon blabla à la sauce soja… C’est une question qui me tient à cœur, j’y reviendrai donc certainement plus avant !!!

PS : je ne mets volontairement pas d’étiquette « végétarienne, végétalienne ou vegan » notamment car ce petit retour peut faire échos à bon nombre d’expériences 😉

PS bis : pour aller plus loin c’est par ici ou par

Je cogite·Je papote

Grossesse, maternité, etc : la terrible loi du « oui mais… » !!!

Liste non exhaustive de remarques qu’on se prend dans la tronche et qui témoignent de la schizophrénie ambiante ainsi que de la pression exercée sur les femmes lors de leur grossesse, leur maternité et j’en passe. Ces anecdotes ne sont que le fruit de ma propre expérience sachant que j’ai 30 ans (et des petites poussières) et suis maman depuis un peu plus d’un an. Je précise également que nous sommes une famille « classique » (je n’aime pas ce mot mais vous captez l’idée !) avec des parents cisgenres dans une relation hétéro et monogame. Alors autant dire qu’à l’échelle de toute une vie de femme et à nous toutes, on pourrait en remplir toute une biblio digne de La Belle et la Bête (oui j’étale ma culture Disney, ça pose un problème ?! 🙂 ).

Bref, trêve de blabla…

Alcool : c’est ZERO alcool quand on est enceinte tu sais oui mais… oh ça va, un peu de vin c’est du fortifiant, ça peut pas faire de mal…

Tabac : il faut que tu arrêtes oui mais… tu es vraiment trop stressée depuis que tu fumes plus c’est pas bon pour ton bébé !

Tour de taille de maman : oh vas-y lâche toi t’es enceinte il faut que t’en profites oui mais… pas trop non plus hein après il faut réussir à perdre tous ces kilos !

Allaitement : c’est super pour ton bébé oui mais… pas trop longtemps non plus, la relation mère/enfant tout ça tout ça…

Pas d’allaitement : tu as raison, c’est de l’asservissement oui mais… c’est dommage pour la santé de ton bébé et ça réduit le risque de cancer du sein…

Rester à la maison : tu as raison de profiter de ton bébé oui mais… tu reprends quand le travail grosse feignasse ?!!!

Fatigue et congés parental : normal, s’occuper d’un enfant c’est un vrai boulot oui mais… oh ça va tu es chez toi toute la journée, tu as le temps de faire la sieste !!!

Couches lavables : c’est super écologique et zéro déchet oui mais… c’est pas féministe !!!

Pas de couches lavables : tu as raison de pas te faire chier oui mais… tu penses à la planète et à la santé de ton bébé espère de maman pas écolo ?!!!

Tour de taille de bébé : il faut qu’il prenne du poids oui mais… pas trop c’est un facteur d’obésité vous savez !!!

Marche de bébé : elle a raison de prendre son temps oui mais… le mien marchait déjà à cet âge là et depuis plusieurs mois tu sais !!!

Petits pots indus : tu as raison de te faciliter la vie oui mais… tu as bien regardé la composition parce que c’est pas tip top…

Petits pots maison : c’est super de les lui préparer toi même oui mais… tu as vraiment du temps pour faire ça toi !!!

Je l’écris d’avance, il y aura sûrement d’autres articles sur la terrible loi du « oui mais… » parce que j’ai vraiment adoré réfléchir à tout ça 🙂 N’oublions pas que cette pression sociale, familiale, amicale, etc et les exigences contradictoires à l’encontre des femmes (mères ou pas) ne sont pas normales. Les relever, y réfléchir et tenter de s’en libérer est important et peut être une des façons de s’en émanciper, de s’affirmer, d’assumer ses choix en tant qu’individu libre et pensant que chacun(e) se doit de respecter !!! OK putain de merde ?!!! (oui oui je m’enflamme un peu là…). Alors, on lâche rien !!!

Je bouquine·Je cogite

Des livres pour les Zanimaux !!!

Je ne suis pas végane… mais je m’intéresse et me documente sur le sujet (comme sur beaucoup d’autres choses). Et, je dois dire que ça fait sacrément réfléchir. Manger et exploiter les animaux est, dans l’imaginaire collectif, quelque chose de normal et de banaliser… quelque chose qu’on ne pense pas, qu’on ne réfléchit pas vraiment…. et je ne parle même pas des conséquences sanitaires et environnementales de notre régime carné. C’est peut être en partie pour cela que ce mouvement (comme d’autres tel que la décroissance) est décrié, taxé d’extrémisme et (volontairement ?) incompris. On ne veut pas voir ce qu’il dénonce parce que c’est trop horrible et beaucoup trop culpabilisant !!!

Pour les personnes curieuses d’en savoir plus (rien de mieux que de se faire une idée personnelle, on est pas des moutons dénués de sens critique ok ?!!!), voici quatre de mes récentes lectures très intéressantes qui abordent le sujet sous quatre approches bien différentes :

 

  • « Insolente Veggie » de Rosa B. / BD

couv70490703« Le fameux cri de la carotte, vous connaissez ? Découvrez l’humour incisif d’Insolente Veggie, cette végétalienne aussi drôle que méchante en laquelle chaque végétarien et vegan se reconnaîtra ! Des péripéties culinaires au militantisme, plus de 50 histoires pour rire, s’indigner et réfléchir ! L’album reprend des dessins qui ont fait le succès du blog Insolente Veggie et propose aussi de nombreux inédits. L’auteure aborde avec humour et esprit militant ce qui fait le quotidien des végétariens, des végétaliens et des vegans aujourd’hui. »

 

 

  • « Faut-il manger les animaux ? » de Jonathan Safran Foer / Enquête

couv66549311« Comment traitons-nous les animaux que nous mangeons? Convoquant souvenirs d’enfance, données statistiques et arguments philosophiques, J.S. Foer interroge les croyances, les mythes familiaux et les traditions nationales avant de se lancer lui-même dans une vaste enquête. Entre une expédition clandestine dans un abattoir, une recherche sur les dangers du lisier de porc et la visite d’une ferme où l’on élève les dindes en pleine nature, l’auteur explore tous les degrés de l’abomination contemporaine et se penche sur les derniers vestiges d’une civilisation qui respectait encore l’animal. Choquant, drôle, inattendu, ce livre d’un des jeunes écrivains américains les plus doués de sa génération a déjà suscité passions et polémiques aux Etats-Unis et en Europe. »

 

  • « Yes Vegan, un choix de vie » de Catherine Hélayel / Témoignage

couv5410197« Etre végan, c’est s’éveiller à sa propre conscience et abattre d’abord en soi-même les frontières érigées à l’aune de critères égoïstes et illusoires. Logiquement vient ensuite le combat pour le respect de la nature, de la planète, et en définitive de l’Homme lui-même. Le Véganisme est une clameur qui s’élève de toutes les nations. Le livre de Catherine Hayel est militant, engagé et tout y est clairement expliqué, démontré, avec des arguments qui sont loin de l’image caricaturale que l’on peut se faire du militant « écolo ». Juste du bon sens, l’amour de la justice, du prochain et le respect du Vivant, quel qu’il soit. »

 

  • « Vegan » de Marie Laforêt / Livre de cuisine

couv1655836« Une somme très complète sur la cuisine végétalienne (sans aucun produits animaux) dont un chapitre rédigé par le docteur Jérôme Bernard Pellet, médecin nutritionniste, sur l’équilibre nutritionnel végétalien (où trouver protéines, calcium, vitamine B12…), les erreurs à éviter, les publics à risques… L’ouvrage propose des informations sur les ingrédients phares de la cuisine végétale (noix, graines de lin, pois chiches, avocat…) et insiste sur de nouveaux savoir-faire : fabriquer des fromages, crèmes et laits végétaux… Au total plus de 500 recettes illustrées pour toutes les situations, du barbecue au réveillon, avec un point fort sur les desserts spécifiques (mousse au chocolat sans œufs, «cheese» cake vegan…). »

 

Pour conclure, une petite citation à méditer :

« Un esprit est comme un parachute. Il ne fonctionne pas s’il n’est pas ouvert » Frank Zappa

Je cogite·Je fais du logis·Je papote

Pourquoi j’y arriverais pas ? Non mais !!!

Fotolia_61296135_Subscription_Monthly_M2.jpgA défaut de chronique littéraire (je suis plongée dans un super roman mais je me traine), petit billet de réflexion sur le jardin et… les femmes. Réflexion qui m’est venue pendant que je débroussaillais la rigole et la pente d’herbes folles (et très hautes) devant chez moi. Je précise que la tâche était un peu ardue et m’a pris pas moins de 2h sous le soleil sans compter que je n’ai vraiment pas un physique de bodybuildeuse et que c’était la première fois que je « passais la débroussailleuse » de ma vie mais… j’ai adoré : toute fière de mon travail et contente de m’être bien activée. Ce travail réputé « pour les hommes » ne m’a pas du tout semblé insurmontable loin de là. J’avais l’impression d’avoir bouffer du lion et avait une pêche d’enfer. Car, non les filles, démarrer une débroussailleuse, l’accrocher à son harnet, rallonger son fil, mettre de l’essence… ce n’est vraiment pas compliqué et tout à fait à notre portée contrairement à ce qu’on nous laisse croire. Mais pour cela, faudrait-il qu’on prenne le temps de bien vouloir nous montrer et de nous expliquer comment ça marche. J’ai la chance de vivre avec un féministe qui s’ignore et qui partage volontiers ses connaissances avec moi. Mais, vu la tête de mon vieux voisin et des passants, je voyais bien que ça les questionnait de me voir faire du genre « mais qu’est-ce qu’elle fout la voisine ?! ». Tout ça pour dire, que nous ne sommes pas des empotées, on peut se frotter à des activités physiques et y prendre du plaisir. Ne pas se mettre de limite à cause de sa condition de femme et expérimenter de nouvelles choses est très important. Et si le jardinage n’est pas votre truc, il y a tellement de domaines où l’intelligence féminine et nos capacités physiques sont encore trop dénigrées et malmenées à grand tort !!! Alors, on se fait un peu confiance et on se bouge les miches 😉

Je cogite·Je fais gnasse

« Terriens (Earthlings)  » de Shaun Monson

affiche-earthlings Attention ce film documentaire pourrait définitivement changer votre façon de voir votre assiette et s’adresse à un public averti !!!

Fruit de 5 ans de travail, il nous montre (images à l’appui) le traitement des animaux destinés à la domesticité, à notre nourriture, notre habillement, nos divertissements et nos recherches scientifiques. J’insiste bien sur le « nos » car il s’agit bien de « nos » agissements et de ce que l’homme fait subir à d’autres espèces.

Loin de moi l’idée de juger qui que se soit mais il me semble important de s’informer sur l’envers du décor de l’industrie agroalimentaire et du monde consumériste dans lequel on vit. Ce film a été décrié par beaucoup comme étant un vrai plaidoyer vegan avec toutes ces images choquantes et violentes… quand bien même, ça ne change rien au problème et il n’en dénonce pas moins une réalité !!! Ce film est donc à voir pour plusieurs raisons : arrêter de jouer les autruches, se poser de vraies questions sur la place et le traitement des animaux dans nos vies et sociétés modernes, évoluer (ou pas) dans notre façon de manger et de consommer…  Bref, ce film a le mérite de faire cogiter. Petite précision avant tout visionnage : mouchoirs indispensables à toute personne dotée de sensibilité !!!

Gandhi disait qu’on reconnaît le degré de civilisation d’un peuple à la manière dont il traite ses animaux… et bien on est pas dans la merde !!!

PS : pour être plus complet, le film aurait pu évoquer le problème de la laine et de la pratique du mulesing

Je cogite·Je pouponne

Les couches lavables : c’est pas féministe ?!!!

couche

Cet article fait suite à ma lecture du dernier numéro de « Causette » magasine féministe (dont je ne peux que recommander la lecture !!!) qui propose un dossier sur les bébéééés et plus précisément sur la pollution cachée (au sens large) de nos petits chérubins. Le dossier aborde notamment la question des couches… Le magasine s’emploie à expliquer le gaspillage énooorme en ressources, la pollution et la gestion des déchets que représentent les couches jetables. Donc, on est d’accord, couches jetables = pas écolo, pas bon pour bébé… Donc, vu que je suis une bonne maman écolo je vais acheter et utiliser des couches lavables. Mais voilà-t-il pas qu’une amie me dit : « Mais non Loraillou !!! Les couches lavables c’est pas féministe… même Elizabeth Badinter le dit !!! Car c’est qui qui va les laver tes couches ?!!! »… ce à quoi je réponds… « La machine à laver ?!!! ». Blague mise à part, il y en a marre de faire culpabiliser les mamans qui n’ont alors jamais l’impression de bien faire !!! Comme avec l’allaitement, que chaque femme fasse bien ce qu’elle veut tant que cela lui convient et que son choix est libre !!! Couches lavables ou jetables, made in France ou pas, écolo ou pas… qu’on nous foute la paix !!! Merci !!! 😉

Je bouquine·Je cogite

« Les Zenfants (presque) zéro déchet » de Jérémie Pichon et Bénédicte Moret

couv31751944« L’objectif de ce livre très illustré : devenir un « héros du zéro » (déchet) et sauver la planète. Ze mission : rejoindre l’équipe Zéro Déchet composée de Compostman, Zéroman, Greengirl, la Fée Letoi ou encore Slipman ! Ces héros du Zéro ont concocté un plan d’action génial pour soigner la planète. Par exemple : fabriquer sa propre pâte à modeler, créer des sacs en tissu personnalisés, organiser un anniv sans déchet ou un pique-nique sans plastique. Toutes les activités des enfants sont ainsi abordées en 3 temps : une « Bédé » pour rigoler, un « Docu » pour comprendre et une « Action » pour changer leur monde et toute la planète en même temps ! Telle est la recette pour faire de nos bambins des héros du quotidien, les citoyens de demain. »

Gros coup de cœur pour ce livre !!! J’avais déjà lu, pour ne pas dire dévoré, « Famille (presque) zéro déchet » des mêmes auteurs. Ce nouveau guide s’adresse (comme l’indique le titre n’est ce pas?!) aux Zenfants ! Et cette nouvelle affaire est rondement menée !!! Car, vulgariser le propos écolo par le prisme du zéro déchet à destination des enfants est loin d’être simple… oh que non. Et, les auteurs y parviennent parfaitement !!! Le bouquin propose plusieurs thématiques autour du zéro déchet : le goûter, les jouets, les vêtements… avec des infos simples et accessibles, de la bd, des recettes et tutos… le tout servi par des personnages sympas et hauts en couleurs !!! Mais le vrai plus de ce livre, c’est qu’il propose aux Zenfants de devenir des héros du Zéro, les invite à devenir acteur dans la lutte contre les déchets et… quoi de mieux pour les intéresser ? Bref, un guide pour petits Zet grands !!!

Ps : je recommande à tous les grands gourmands, dont je fais partie, la lecture du chapitre sur… le chocolat…