Je bouquine

« Une place à prendre » de J.K. Rowling

couv36386976« Bienvenue à Pagford, petite bourgade anglaise paisible et charmante : ses maisons cossues, son ancienne abbaye, sa place de marché pittoresque… et son lourd fardeau de secrets. Car derrière cette façade idyllique, Pagford est en proie aux tourmentes les plus violentes, et les conflits font rage sur tous les fronts, à la faveur de la mort soudaine de son plus éminent notable. Entre nantis et pauvres, enfants et parents, maris et femmes, ce sont des années de rancunes, de rancœurs, de haines et de mensonges, jusqu’alors soigneusement dissimulés, qui vont éclater au grand jour et, à l’occasion d’une élection municipale en apparence anodine, faire basculer Pagford dans la tragédie. »

Ce livre est un bon petit pavé comme on les aime de 680 pages… J’ai donc pas mal hésité avant de me lancer d’autant plus que les avis sur ce roman sont assez mitigés. Mais, histoire d’aller jusqu’au bout du bout de mon délire du moment avec Harry Potter, j’ai cédé et ne regrette vraiment pas !!! C’est un vrai coup de cœur, j’ai A-DO-RÉ cette lecture !!! Je comprends toutefois ce qui a pu déplaire à certain(e)s. Il y a quelques longueurs et pas mal de descriptions ce qui peut rendre la lecture un peu indigeste par moments. Et, ce roman n’a rien à voir avec la saga HP mais a tout de la chronique sociale à la Zola. Il dépeint sans pitié et avec beaucoup de réalisme le quotidien d’une bourgade anglaise où le décès brutal de l’un des notables va foutre une pagaille monstre aux conséquences énormes. Entre querelles de clocher, lutte des classes, hypocrisies, trahisons et autres joyeusetés, le livre dénonce des problématiques sociales importantes et tout à fait actuelles : la précarité dans les cités abandonnées par les pouvoirs publics, l’addiction et le manque d’accompagnement médico-social, les relations au sein d’une communauté, les relations parents/enfants, la maltraitance et le rôle des services sociaux, etc. Il y aurait vraiment beaucoup à dire sur ce livre qui est une vraie réussite. Une mini-série est d’ores et déjà tirée du roman avec l’interprète de Dumbledore dans l’un des rôles principaux 🙂

Je bouquine

« Wonder » de R.J. Palacio

couv72743545

« Je m’appelle August. Je ne me décrirai pas. Quoi que vous imaginiez, c’est sans doute pire. » Né avec une malformation faciale, August, dix ans, n’est jamais allé à l’école. Aujourd’hui, pour la première fois, ses parents l’envoient au collège… Pourra-t-il convaincre les élèves qu’il est comme eux ? Ne jugez pas un livre garçon à sa couverture son apparence. »

La couverture de ce livre m’avait tapée dans l’œil depuis un moment mais également le titre « Wonder » soit merveille en anglais. Quand on sait que le livre parle d’un petit garçon différent je trouvais le clin d’œil vraiment mignon (je n’ai pas d’autre mot). Et, j’étais d’autant plus curieuse de voir comment l’histoire allait être traitée qu’il s’agit d’un roman jeunesse. En bref, on suit l’année de 6ème d’August qui, du fait d’un combo génétique vraiment merdique, est né avec une malformation… du visage. A cause de ses nombreuses opérations, il n’a pas été scolarisé jusque là et va donc découvrir le collège, sortir du cocon familial, tenter de s’adapter et de s’intégrer malgré sa différence : bon courage mon gars !!!. Cette lecture est vraiment pas mal, addictive et très immersive. On retrouve vraiment ce sentiment de « jungle » du collège avec ses codes et étiquettes. Le roman se divise en plusieurs parties où les narrateurs sont alternativement August et d’autres personnages de son entourage. Malgré certaines facilités, le roman a le mérite de mettre en avant de belles idées telles que l’amitié, le fait d’affronter le regard des autres, la possibilité d’évoluer et de dépasser ses préjugés… Le personnage d’August est drôle, intelligent, courageux et très attachant comme sa famille qui est juste géniale. Une belle lecture pour les jeunes et moins jeunes !!!

Ps : le roman vient d’être adapté au cinéma 🙂

Je bouquine

« Harry Potter et l’enfant maudit » de J.K. Rowling, Jack Thorne et John Tiffany

couv29158267« Être Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus Severus, doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu. Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus. »

Je ne sais pas si ce sont les 20 ans de la parution du 1er tome de la saga qui me font cet effet mais en ce moment je suis en mode Pottermaniaque 🙂 J’en profite pour vous recommander un reportage très chouette sur et avec l’auteur. Mais je m’égare…

Revenons-en à cette lecture des nouvelles aventures de Harry Potter version pièce de théâtre. J.K. Rowling a toujours dit qu’il n’y aurait pas de suite à la saga. J’ai donc abordé cette lecture un peu comme un bonus. On retrouve nos héros où nous les avions laissés à la toute fin du 7ème tome : sur le quai de King’s Cross. Harry et Ginny accompagnent leurs deux ainés dont Albus Severus (dont on va suivre ici les aventures) pour leur rentrée à Poudlard. Je n’ai pas voulu lire les nombreux avis sur la pièce pour la découvrir avec un regard neuf. Il y a clairement des facilités scénaristiques, des maladresses avec le caractère de certains personnages (Ron est une vraie caricature) et des incohérences avec les romans… mais l’histoire est quand même sympa. On y découvre les difficultés de Harry dans la relation avec son fils Albus, ce que représente le fait d’avoir un père si célèbre, ce que sont devenus Ron, Hermione et les autres… Et, on retrouve surtout le monde de J.K.Rowling… avec telllleeement de plaisir !!! Bref, j’aime à penser que, comme les romans ont pu faire découvrir le monde fabuleux de la lecture à certain(e)s, ce livre aura le mérite de faire découvrir le genre théâtral à d’autres !!! Donc, pour les quelques derniers retardataires, c’est une lecture très sympa 😉

Je bouquine·Je cogite

Des livres pour les Zanimaux !!!

Je ne suis pas végane… mais je m’intéresse et me documente sur le sujet (comme sur beaucoup d’autres choses). Et, je dois dire que ça fait sacrément réfléchir. Manger et exploiter les animaux est, dans l’imaginaire collectif, quelque chose de normal et de banaliser… quelque chose qu’on ne pense pas, qu’on ne réfléchit pas vraiment…. et je ne parle même pas des conséquences sanitaires et environnementales de notre régime carné. C’est peut être en partie pour cela que ce mouvement (comme d’autres tel que la décroissance) est décrié, taxé d’extrémisme et (volontairement ?) incompris. On ne veut pas voir ce qu’il dénonce parce que c’est trop horrible et beaucoup trop culpabilisant !!!

Pour les personnes curieuses d’en savoir plus (rien de mieux que de se faire une idée personnelle, on est pas des moutons dénués de sens critique ok ?!!!), voici quatre de mes récentes lectures très intéressantes qui abordent le sujet sous quatre approches bien différentes :

 

  • « Insolente Veggie » de Rosa B. / BD

couv70490703« Le fameux cri de la carotte, vous connaissez ? Découvrez l’humour incisif d’Insolente Veggie, cette végétalienne aussi drôle que méchante en laquelle chaque végétarien et vegan se reconnaîtra ! Des péripéties culinaires au militantisme, plus de 50 histoires pour rire, s’indigner et réfléchir ! L’album reprend des dessins qui ont fait le succès du blog Insolente Veggie et propose aussi de nombreux inédits. L’auteure aborde avec humour et esprit militant ce qui fait le quotidien des végétariens, des végétaliens et des vegans aujourd’hui. »

 

 

  • « Faut-il manger les animaux ? » de Jonathan Safran Foer / Enquête

couv66549311« Comment traitons-nous les animaux que nous mangeons? Convoquant souvenirs d’enfance, données statistiques et arguments philosophiques, J.S. Foer interroge les croyances, les mythes familiaux et les traditions nationales avant de se lancer lui-même dans une vaste enquête. Entre une expédition clandestine dans un abattoir, une recherche sur les dangers du lisier de porc et la visite d’une ferme où l’on élève les dindes en pleine nature, l’auteur explore tous les degrés de l’abomination contemporaine et se penche sur les derniers vestiges d’une civilisation qui respectait encore l’animal. Choquant, drôle, inattendu, ce livre d’un des jeunes écrivains américains les plus doués de sa génération a déjà suscité passions et polémiques aux Etats-Unis et en Europe. »

 

  • « Yes Vegan, un choix de vie » de Catherine Hélayel / Témoignage

couv5410197« Etre végan, c’est s’éveiller à sa propre conscience et abattre d’abord en soi-même les frontières érigées à l’aune de critères égoïstes et illusoires. Logiquement vient ensuite le combat pour le respect de la nature, de la planète, et en définitive de l’Homme lui-même. Le Véganisme est une clameur qui s’élève de toutes les nations. Le livre de Catherine Hayel est militant, engagé et tout y est clairement expliqué, démontré, avec des arguments qui sont loin de l’image caricaturale que l’on peut se faire du militant « écolo ». Juste du bon sens, l’amour de la justice, du prochain et le respect du Vivant, quel qu’il soit. »

 

  • « Vegan » de Marie Laforêt / Livre de cuisine

couv1655836« Une somme très complète sur la cuisine végétalienne (sans aucun produits animaux) dont un chapitre rédigé par le docteur Jérôme Bernard Pellet, médecin nutritionniste, sur l’équilibre nutritionnel végétalien (où trouver protéines, calcium, vitamine B12…), les erreurs à éviter, les publics à risques… L’ouvrage propose des informations sur les ingrédients phares de la cuisine végétale (noix, graines de lin, pois chiches, avocat…) et insiste sur de nouveaux savoir-faire : fabriquer des fromages, crèmes et laits végétaux… Au total plus de 500 recettes illustrées pour toutes les situations, du barbecue au réveillon, avec un point fort sur les desserts spécifiques (mousse au chocolat sans œufs, «cheese» cake vegan…). »

 

Pour conclure, une petite citation à méditer :

« Un esprit est comme un parachute. Il ne fonctionne pas s’il n’est pas ouvert » Frank Zappa

Je bouquine

« Le monde selon Garp » de John Irving

couv11017953« Jenny Fields ne veut pas d’homme dans sa vie, mais elle désire un enfant. Ainsi naît Garp. Il grandit dans un collège où sa mère est infirmière. Puis ils décident tous deux d’écrire, et Jenny devient une icône du féminisme. Garp, heureux mari et père, vit pourtant dans la peur : dans son univers dominé par les femmes, la violence des hommes n’est jamais loin… Un livre culte, à l’imagination débridée, facétieuse satire de notre monde. « Le romancier est un médecin qui ne s’occuperait que des incurables… et nous sommes tous des incurables. » Le Monde selon Garp, partiellement autobiographique, a connu un succès mondial et a été porté à l’écran. »

Je l’écris sans détour, j’ai adoré cette lecture !!! C’est un roman culte et ce n’est pas pour rien !!! L’histoire est complètement déjantée, le personnage de Garp complètement barré… Ce roman aurait d’ailleurs pu être écrit par Garp lui même. Le style de l’auteur est génial, on rit, on pleure, on réfléchit aussi pas mal car les thèmes abordés par ce roman sont extrêmement divers : la guerre, la monoparentalité, la sexualité, le travail des femmes, la transsexualité, la question des classes, l’éducation des filles, la prostitution, le couple, le viol, la condition de la femme, l’adultère, le féminisme, la notoriété, le fanatisme… j’en passe… Irving dit de son livre qu’il traite surtout de concupiscence soit « l’attrait naturel vers les biens matériels, terrestres et en particulier les plaisirs sensuels ». Mais, je trouve ça vraiment trop réducteur. « Le monde selon Garp » est très très riche, c’est certainement pour cela que j’ai mis une bonne semaine à le lire (sans être une authentique briquasse c’est tout de même un petit pavé de 680 pages 🙂 ) Bref, je le recommande vivement !!! C’est mon premier roman de John Irving mais certainement pas le dernier !!!

Je bouquine

« Légendes d’automne » de Jim Harrison

couv30323368

« Cochran cherche sa vengeance au Mexique, Nordstrom la trouve dans un hôtel de luxe à New York et Tristan y consacre la meilleure partie de son existence. Trois hommes, trois vengeances, trois histoires d’une intensité et d’une violence à couper le souffle. »

J’ai enfin lu ce roman 3 en 1 et premier succès littéraire du grand et regretté Jim Harrison. 3 histoires différentes (« Une vengeance », « L’homme qui abandonna son nom » et « Légendes d’automne ») sur 3 mecs différents (Cochran, Nordstrom et Tristan) sans aucun lien entre eux si ce n’est la vengeance, la liberté et la perte de l’autre comme point de basculement… 3 bonhommes qui vont, dans leur temporalité et leur époque, tomber un peu au fond du trou puis cheminer et évoluer. Certain(e)s se rappelleront peut être du film « Légendes d’automne » avec le beau Brad Pitt et qui reprend l’histoire de Tristan. J’ai regardé la bande annonce par pure nostalgie 🙂 Car, si on referme ce livre une fois notre lecture terminée, le personnage de Tristan nous accompagne encore un long moment !!! C’est ma deuxième lecture de cet auteur que décidément j’adore tant pour son écriture juste surpuissante que pour la façon dont il a vécu : libre, dans la nature, la clope au bec. Non, mais regardez la magnifique trombine du mec !!!

th

Une lecture que je ne peux que recommander !!! SVP, si ce n’est déjà fait, allez découvrir cet auteur magnifique !!!

 

Je bouquine

« Simone de Beauvoir, une jeune fille qui dérange » de Sophie Carquain et Olivier Grojnowski

couv7418016« L’enfance et l’éducation d’une jeune fille qui va devenir une des plus brillantes intellectuelles du 20ème siècle et une des féministes les plus engagées.
Un récit qui s’attache à montrer le parcours d’une toute jeune femme dont la passion pour les lettres et la connaissance est née dès l’enfance, dans un milieu et à une époque où il n’était pas si facile d’être une femme libre. »

Autant le dire tout de suite, j’ai adoré adoré adoré cette bd !!! Et ce pour plusieurs raisons. Primo, parce que ça fait toujours plaisir de lire une bd sur une femme d’autant plus quand il s’agit d’en apprendre plus sur la jeunesse de cette pionnière de la pensée féminine. Secundo, parce que cette bd retranscrit très bien son parcours de vie et son cheminement vers la liberté et l’émancipation. Tercio, le dessin est top, simple et efficace. Cette bd est à lire et à faire lire notamment aux personnes qui ne connaissent pas l’œuvre Simone de Beauvoir. En effet, elle peut être une bonne introduction à la lecture de son travail en donnant des éléments de compréhension sur le contexte familial et sociétal dans lequel elle évoluait. Et, donner tout simplement envie de découvrir ses écrits. Bref, une lecture que je ne peux que recommander !!!