Je bouquine

Saga « Twilight » de Stephenie Meyer

« Pour laisser à sa mère la liberté d’accompagner son compagnon dans ses déplacements, Bella décide de quitter Phoenix et s’installe chez son père, chef de la police de Forks, petite bourgade de l’état de Washington. Au lycée, ses regards se portent sur Edward Cullen dont la beauté et le comportement la terrorisent et la fascinent. La passion qui naît entre eux ne peut que l’exposer à de nombreux dangers car Edward n’est pas un humain et elle le sait. »

Ai-je vraiment besoin de présenter cette saga ? Même celles et ceux qui n’ont pas lu les romans ou vu les adaptations cinématographiques ont entendu parlé de Twilight. J’ai vu les cinq films il y a un moment et avais plutôt bien aimé. Mais, ayant déjà beaucoup trop de livres que je veux absolument lire (sans compter les nouvelles découvertes et parutions qui se rajoutent, bref… tu connais l’histoire sans fin ?!!!), j’ai vraiiiiiment hésité avant de me lancer dans cette lecture d’autant plus que mon bibliothécaire m’a dit combien « c’était nul et mal écrit »… Eh, j’avoue que j’avais moi-même pas mal d’aprioris (peut-être mon côté obscur de lectrice snob et élitiste 😉 ).

En toute franchise, le premier tome a vraiment été une surprise positive. J’ai bouffé ce roman en deux jours, une lecture rapide et agréable. Mais que dire du second tome… et du troisième… et du début du quatrième !!! Si ce n’est le souhait de lire la suite et certains personnages vraiment sympa, je n’aurais clairement pas continué à cause… de l’insupportable Bella grrrrrrrr . J’ai eu beaucoup de mal avec ce personnage qui est, selon moi, beaucoup trop caricatural : elle est belle mais persuadée du contraire, se dévalorise systématiquement, doute tellement de l’amour d’Edward que ça en est pathétique (sauf dans le tome 4 OUF !!!), j’en passe… C’était un peu trop pour moi et mon côté suffragette. Sinon, les romans sont bien écrits, l’histoire prenante et addictive. Je comprends les raisons du succès de la saga mais suis peut être trop âgée (mais pas vieille ok ?!!!) pour vraiment l’apprécier. Bref, avis mitigé sur cette lecture mais contente de mettre fait un avis personnel sur ce succès littéraire 🙂

Je bouquine

« Millénium 4 : Ce qui ne me tue pas » de David Lagercrantz

couv18120684« Quand Mikael Blomkvist reçoit un appel d’un chercheur de pointe dans le domaine de l’intelligence artificielle qui affirme détenir des informations sensibles sur les services de renseignement américains, il se dit qu’il tient le scoop qu’il attendait pour relancer la revue Millénium et sa carrière. Au même moment, une hackeuse de génie tente de pénétrer les serveurs de la NSA… Dix ans après la publication en Suède du premier volume, la saga Millénium continue. »

Comme beaucoup, j’ai longtemps hésité à lire ce quatrième tome. Je l’ai pris, reposé puis repris… mais la curiosité l’a emporté sur l’appréhension d’être déçue. La trilogie initiale de Millénium ayant été un coup de cœur phénoménal sans parler de son adaptation suédoise, j’attendais beaucoup de cette suite… J’ai eu beaucoup de plaisir à retrouver les personnages dont évidemment et surtout Lisbeth. L’intrigue est vraiment pas mal, on retrouve les thèmes ayant fait le succès de Millénium : du policier où se mêle la quête de justice, les services secrets, les magouilles mafieuses de grande envergure… On en apprend plus sur le passé de la très secrète Lisbeth et on comprend mieux qui elle est et d’où elle vient. Mais… car il y a malheureusement un mais… il manque un truc. N’est pas Stieg Larsson qui veut et ce tome, malgré des qualités certaines, est clairement en dessous des trois premiers. Il y a des facilités scénaristiques grosses comme un camion qui m’ont un peu saoulée… Mais bon il y a Lisbeth et rien que pour la retrouver ça vaut le coup de tenter cette lecture 😉

Je bouquine

« Ce que murmure la mer » de Claire Carabas

couv38965406« L’histoire de la sirène qui aimait l’homme n’a pas d’âge, l’impossibilité de cette pulsion se noue à la manière des grandes tragédies et étouffe l’héroïne. Pourtant, quand Galathée aperçoit Yvon, solitaire sur son bateau à voiles, l’amour la foudroie et la pousse à toutes les folies. Éperdue, désespérée, animée par un espoir aveugle, elle parvient à se faire une place dans la vie du jeune marin, mais qu’en est-il de son cœur ? Redécouvrez le conte d’Hans Christian Andersen à travers les témoignages des amants empêchés et vivez le drame comme jamais vous ne l’avez exploré : de l’intérieur. »

J’ai découvert la maison d’éditions Magic Mirror tout à fait par hasard et je trouve leur parti pris vraiment sympa : la réécriture de contes. Ce roman est leur deuxième publication et comment dire… je n’ai tout simplement pas pu résister. « La petite sirène » est LE conte de mon enfance, celui que j’ai lu et relu, LE Disney dont j’ai usé la vhs jusqu’à la corde… Cette histoire a été et sera toujours un de mes incontournables. Parti de là, j’étais vraiment curieuse de découvrir cette réécriture et franchement c’est une vraie réussite !!! L’auteur nous propose une version moderne et beaucoup plus sombre que le conte originel. Le roman est très bien écrit, le style est fluide et agréable. L’histoire en elle-même est également très bien menée. On y découvre les points de vue respectifs de Galathée (une sirène qui s’ennuie ferme dans son jardin) et de Yvon (un marin qui fait le tour du monde en solitaire), leur rencontre décisive en mer et leur rencontre ratée sur terre. Le roman aborde de nombreuses questions : l’amour non réciproque, la différence, le fantasme et ce qu’on projette sur l’autre, la rencontre ou non rencontre amoureuse, la jalousie et l’amertume d’un amour déçu… J’ai beaucoup aimé cette lecture d’autant plus que Magic Mirror propose à la fin du roman le conte d’origine d’Andersen. Une bonne façon de relire ce classique et de mieux saisir les choix scénaristiques de l’auteur… Bref, un bel effet miroir entre ces deux histoires 😉

Je bouquine

« Homo Vampiris » de Fabien Clavel

couv14093492« 21e siècle. 8 mai Roumanie. 2h environ. Un patient s’échappe de l’Usine, une clinique d’un genre un peu particulier. Londres. 13h02. Une jeune étudiante quitte en courant une conférence de l’ONU. Sa soif de connaissance a capitulé devant une faim plus insatiable encore. Dubaï. 21h48. Dans une luxueuse suite de L’Al-Mahara, autrefois l’hôtel le plus cher du monde, seule une panthère ressortira vivante de la violente dispute qui oppose deux hommes. »

Quatrième lecture pour le « Pumpkin Autumn Challenge » !!! Encore un livre dédicacé qui était dans ma PAL depuis des années !!! A part les romans tirés de Buffy (cœur avec les doigts 🙂 ), je ne me suis jamais vraiment essayée à la littérature « vampirique ». Ce livre est également un thriller fantastique ce qui n’est pas dans mes habitudes de lecture… Bref, un tout nouvel univers littéraire pour moi que je découvre avec de plus en plus de plaisir. J’ai acheté ce roman lors d’un Salon du livre de Paris vraiment par hasard : à cause de la couverture et surtout parce que l’auteur était en dédicace et qu’il n’y avait pas foule… Eh bien, la Loraillou d’il y a quelques années a très très bien fait parce que ce livre est génial !!! L’intrigue est vraiment sympa, le mythe du vampire revisité de façon originale et l’écriture vraiment maitrisée. Le roman dresse également un portrait très critique de notre société : quête de l’immortalité destinée à une élite mais surtout massacre environnemental par l’homme… J’ai bouffé ce roman en très peu de temps et vais m’intéresser de plus près au travail de cet auteur très très prolifique (à peu près 40 livres publiés à seulement 39 ans !!!). Bref, je recommande cette lecture qui donne plus dans le fantastique que dans le thriller 😉

Je bouquine

« Les contes tibétains du Karma : Le prince et les histoires du cadavre » de Tenzin Wangmo

couv55025645« Le soir à la veillée, au Tibet naguère comme en Europe jadis, on se racontait des histoires. En voici quelques-unes, riches d’enseignements. Dans ces Mille et une Nuits du pays des neiges, on croisera un prince, un cadavre extrêmement loquace, des situations difficiles ou comiques, des hommes et des esprits, des désirs, de la souffrance, du bonheur, de l’ignorance et de la sagesse. Toute une humanité, dans laquelle petits et grands se reconnaîtront. »

Troisième lecture dans le cadre du « Pumpkin Autumn Challenge » !!! J’ai ce livre dans ma PAL depuis mon dernier festival culturel du Tibet où j’avais eu la chance de rencontrer l’auteur qui nous en avait fait une lecture et qui m’avait dédicacé mon exemplaire (youhou !!! 🙂 ). Je reviendrai une prochaine fois sur mon engagement en faveur du Tibet, une cause qui me tient particulièrement à cœur… En vraie passionnée de culture tibétaine et adorant en découvrir de nouveaux aspects, cette lecture ne pouvait que me plaire !!! On y suit les aventures d’un prince qui, pour purifier son karma, est envoyé en mission par un sage. Mission qui va s’avérer beaucoup plus compliquée que prévu ! En effet, c’était sans compter sur les ruses et les contes passionnants du cadavre. A travers ceux là, on découvre de nombreux enseignements « de base » du Bouddha mais aussi des réflexions sur des valeurs morales positives. Bref, une lecture pour petits et grands 😉

Ps : Pour celles et ceux qui seraient intéressés par ce genre de lecture, n’hésitez pas à découvrir « Les contes de Jataka » !!!

Je bouquine

« Les ensorceleuses » de Alice Hoffman

couv28051115.gif« Orphelines, Gillian et Sally sont élevées par leurs tantes, vieilles filles un peu sorcières. Dans la maison de Magnolia Street, à l’ombre du vieux porche ourlé de lierre, au milieu des meubles en merisier, les fillettes grandissent dans un univers enchanté, au gré des superstitions et des sorts improvisés par leurs parentes. Puis vient l’adolescence et les deux sœurs, chacune à sa manière, se soustraient à l’influence de leurs aînées. Gillian la rebelle s’enfuit avec le premier venu, tandis que la raisonnable Sally se marie.
Mais la magie rôde encore. Lorsque, des années plus tard, Sally découvre une paire de couteaux croisés sur la table de la cuisine, elle flaire un mauvais présage. Le retour de Gillian, avec sur les bras un bien encombrant bagage et à ses trousses une foule d’ennuis, confirme ses soupçons. Mais, croix de bois., croix de fer, les deux sœurs resteront solidaires. Amants en cavale, enquêtes policières et manifestations magiques tissent la trame de cette ensorcelante et noire comédie. »

Deuxième lecture dans le cadre du « Pumpkin Autumn Challenge » !!! Ce roman est dans ma PAL depuis trèèèèès longtemps certainement parce que le film est un de mes grands classiques (au même titre que « Hook », « Jumanji », « Les Goonies », « Casper »… bref les vrai(e)s savent 🙂 ). Et, je dois dire que je suis malheureusement un peu déçue de cette lecture… Le roman est une sorte de conte romancé à l’univers magique un peu gothique vraiment sympa. L’histoire diffère de celle du film ce qui en soit n’est pas un problème. Mais, ce qui m’a vraiment dérangée c’est la façon dont le roman est écrit. Il y a un truc qui cloche… je ne sais pas si c’est la traduction qui n’est pas top mais il y a un manque de cohérence stylistique et dans les mots choisis. L’exemple qui me vient est l’utilisation répétée du mot « baiser »… Non non je ne suis pas une prude effarouchée mais ça sonne faux au vu du ton donné à l’ensemble de la narration. Cela rend la lecture moins fluide et peu immersive… Dommage car l’histoire en elle même vaut le détour rien que pour les vieilles tantes qui sont juste géniales !!! Bref, une lecture toutefois assez sympa et qui, pour le coup, se prête parfaitement à la saison automnale 😉

Je bouquine

« Sin City » de Frank Miller

« Avec Sin City la ville du péché, Frank Miller met en scène un univers urbain nocturne en proie à la violence des passions et à la folie des hommes. Dans ce sombre polar où l’amour tente, tant bien que mal, de se faire une place, Miller fait preuve d’un talent graphique et d’une maîtrise du noir et blanc époustouflants. Il joue avec les ombres, zèbre ses aplats noirs de grandes traînées blanches et s’approche, par moments, de l’abstraction pure. Par la magie de son dessin, Frank Miller emprisonne son lecteur dans un monde oppressant. Un monde d’où ce lecteur aura bien du mal à s’échapper… »

La saga « Sin City » est certainement l’une des lectures emblématiques de mes années lycée (souvenirs, souvenirs… 🙂 ). J’avais les quatre premiers tomes depuis des années dans ma bibliothèque mais j’ai récemment pu mettre la main sur les 3 derniers dans la même édition ouhou !!! L’occasion de relire la saga en entier avec un œil plus adulte… Cette lecture ne plaira clairement pas à tout le monde : on est plongé dans un monde glauque où la corruption, l’impunité des puissants, la violence et la folie ont la part belle. La place faite aux femmes dans tout cela se passe de commentaire : prostituées, manipulatrices, victimes de violence ou femmes en détresse… Malgré quelques personnages de femmes « fortes », les héros sont clairement les hommes… Une saga d’un mec pour les mecs ? Eh bien non car « Sin City » questionne la société américaine, ses excès et ses travers. Le politique et le religieux en prennent pour leur grade et les héros de Miller ont tous quelque chose de vertueux et de sacrificiel dans leur quête de justice et de vengeance. Il faut également souligner que l’une des questions soulevées par la saga est de savoir jusqu’où peut-on aller par amour… Chaque tome s’axe sur un personnage précis mais leurs histoires se croisent et s’entremêlent. En fil rouge, ce dessin efficace et magnifique… et bien sûr cette utilisation du noir qui font de cette saga un incontournable du genre !!!