Je bouquine

« L’héritage d’Arachnée » de Marine Kelada

couv1287066« À 19 ans, Emma vit dans le Yukon avec son père, un scientifique à l’éthique douteuse. Quand elle découvre son nouveau cobaye clandestin, Arachos, elle devient son unique réconfort. Mais, elle n’aurait jamais imaginé que sa vie s’en trouverait à ce point bouleversée. Alors que le passé d’Arachos refait surface, ses origines mythiques se dévoilent et secouent leur existence. Entre passion et sorcellerie, ils ne peuvent plus compter que l’un sur l’autre pour espérer faire face à un dessein des plus sinistres. »

J’avoue que la motivation de cet achat était entièrement due à la magnifique couverture du livre plus que pour le résumé qui en lui même ne me semblait pas ouf : le cliché de la jeune et jolie jeune fille, qui plus est danseuse, orpheline de sa mère, délaissée par son père… qui va croiser le chemin d’un jeune homme magnifique et mystérieux qui n’a besoin que d’elle… Par contre, la mythologie autour d’Arachné apportait un aspect mythologique à l’affaire plutôt sympa. Pour en revenir au contenu, l’écriture de l’autrice est pas mal et agréable à lire. On est vite embarqué par l’histoire qui ne marque pas de temps mort et rend la lecture très addictive. La relation entre Emma et Arachos est bien amenée même si on sent arriver le truc un peu inévitable. L’histoire aurait mérité d’être plus développée selon moi car plusieurs éléments intéressants restent peu exploités. Bref, j’ai toutefois passé un très bon moment de lecture, idéal après une journée de prise de tête au boulot 😉

cli7b

 

Livre – 7/12

 

 

Menu Automne Enchanteur :

  • Misty day : « L’héritage d’Arachné » de Marine Kelada

 

 

Je bouquine

« Effroyable porcelaine » de Vincent Tassy

couv61563505 « Sibylle Delombre est une collégienne ordinaire. Enfin, si l’on considère qu’il est ordinaire de décorer sa chambre avec des ossements, des peluches chauves-souris, des schémas de dissection et des grimoires. Oui, Sibylle aime bien l’étrange et le mystère. Ainsi, elle a de quoi se réjouir lorsque sa mère lui propose de l’accompagner pour débarrasser un vieux château. Mais tous les objets bizarres qu’elle rêvait d’y découvrir ne sont rien en comparaison de la splendide poupée en robe noire, aux cheveux argentés comme un clair de lune, qu’elle trouve dans une chambre et qu’elle s’approprie aussitôt, séduite par sa beauté vénéneuse. Et si les cauchemars qui se mettent alors à hanter les nuits de Sibylle avaient un lien avec elle ? Et si cette poupée, aux yeux violets, au regard aussi triste que cruel, n’était pas inoffensive ? Quel terrible secret renferme l’effroyable porcelaine ? »

J’ai ENFIN découvert la plume de Vincent Tassy (dont les deux romans, et bientôt son 3ème à paraître, m’attendent gentiment dans ma MonstroPal) et c’était vraiment très sympa. Je ne vais pas contredire les commentaires ultra positifs qu’on peut lire ça et là sur l’auteur qui sont tout à fait mérités. Son écriture est très belle, fluide et agréable à lire. Ce roman jeunesse propose de belles illustrations de la talentueuse Mina M qui servent parfaitement le récit à l’ambiance gothique à souhait. Mais, cette histoire est bien plus qu’un récit d’horreur sur une poupée hantée. Vincent Tassy s’empare de ce « mythe » bien connu comme toile de fond d’une histoire sensible et douloureuse. Je n’en dirai pas plus mais ce roman est plein de surprises et propose un message bien plus profond qu’il n’y paraitrait de prime abord. Je recommande +++ 🙂

cli7b

 

Livre – 6/12

 

 

Menu Automne Enchanteur :

Songe d’une nuit d’automne :« Effroyable porcelaine » de Vincent Tassy

 

 

 

 

 

Je bouquine

Bilan de mes lectures / Août 2019

On tente vaille que vaille de garder le rythme et de ne pas amasser trop de retard dans les bilans lectures et ça c’est top 😉 Au mois d’août, j’ai pu avoir l’immense plaisir de cumuler 2 semaines de vacances ce qui ne m’était pas arrivé depuis (beaucoup trooooop) longtemps, j’ai (ENFIN) eu un peu de temps pour mois et mes lectures… ça fait un bien FOU (ce qui n’est clairement plus le cas depuis la rentrée mais c’est une autre histoire…).

couv5229314  couv6416017  index     couv25835121        Sans titre

couv23612547  couv65504247.png  couv26974495

couv32726197        couv33591624

Cet été a été l’occasion de nouvelles découvertes. J’ai lu « Bonjour tristesse » de Françoise SAGAN (dans le cadre du FeminiBooks Challenge) que j’ai littéralement adoré du début à la fin (écriture ultra efficace à la limite de la chirurgie). Dans un tout autre registre, j’ai pu me plonger dans l’univers oh combien vampirique de Morgane Caussarieu que j’ai également adoré. Petite déception pour le roman de Raphaëlle GIORDANO dont il ne reste clairement pas grand chose dans ma petite caboche depuis ma lecture. Je recommande Ernest HEMIMGWAY qui est très accessible et dont la plume est trèèès immersive, je vais me pencher un plus sur l’œuvre du bonhomme. Que dire du bouquin de Wangari MAATHAI, prix Nobel de la Paix qui lutte pour la reforestation du Kenya… elle fait partie des femmes dont le courage et le combat méritent toute notre admiration… Et pour finir, j’ai ENFIN lu et aimé le premier tome de « A la croisée des Mondes » de Philip PULLMAN. Bref, un mois de lectures génial !!! 😉

Je bouquine

« Sorcières » de Mona Chollet

couv64550666

« Tremblez, les sorcières reviennent ! disait un slogan féministe des années 1970. Image repoussoir, représentation misogyne héritée des procès et des bûchers des grandes chasses de la Renaissance, la sorcière peut pourtant, affirme Mona Chollet, servir pour les femmes d’aujourd’hui de figure d’une puissance positive, affranchie de toutes les dominations. Davantage encore que leurs aînées des années 1970, les féministes actuelles semblent hantées par cette figure de la sorcière. Elle est à la fois la victime absolue, celle pour qui on réclame justice, et la rebelle obstinée, insaisissable. Mais qui étaient au juste celles qui, dans l’Europe de la Renaissance, ont été accusées de sorcellerie ? Ce livre explore trois archétypes de la chasse aux sorcières et examine ce qu’il en reste aujourd’hui, dans nos préjugés et nos représentations : la femme indépendante – les veuves et les célibataires furent particulièrement visées ; la femme sans enfant – l’époque des chasses a marqué la fin de la tolérance pour celles qui prétendaient contrôler leur fécondité ; et la femme âgée – devenue, et restée depuis, un objet d’horreur. Mais il y est aussi question de la vision du monde que la traque des sorcières a servi à promouvoir, du rapport guerrier qui s’est développé alors tant à l’égard des femmes que de la nature : une double malédiction qui reste à lever. »

Vous avez très certainement vu passer cette magnifique couverture en librairie ou sur le net et à raison teeelllllemeeeeent cet essai est une tuerie !!! L’écriture est simple et agréable à lire, le raisonnement clair et facile d’accès. Le sujet des sorcières est en lui même très intéressant mais ce qui rend l’approche de cet essai d’autant plus pertinente est que l’autrice apporte un nouvel éclairage sur la « pas si bien connue » chasse aux sorcières. En effet, on oublie trop souvent que la grande majorité de ces « sorcières » ont été jugées et condamnées par des tribunaux civils et non religieux. Partant de ce postulat, Mona Chollet fait un focus sur le profil de ces femmes : célibataires sans enfant, veuves non remariées… bref, des femmes libres et autonomes de toute autorité masculine… La chasse aux sorcières comme une bonne façon de faire taire les emmerdeuses, de mater les femmes trop libres, d’évincer ces guérisseuses gênantes au profit de la « médecine »… ??? Eh bien pourquoi pas… De la découle toute une mise en lien avec la position de la femme dans la société que cette sombre période induit encore aujourd’hui. L’essai propose également une réflexion fouillée sur le désir ou non désir d’enfant, le célibat, cette figure souvent caricaturale et pourtant si vivante et moderne de la sorcière. Cette lecture est une nécessité et peut être une bonne introduction au féminisme et même à l’écoféminisme (pour lequel je me documente beaucoup actuellement… mais j’y reviendrai…). Bref, Mona Chollet a réussi un beau travail de vulgarisation avec cet essai que je ne peux que recommander !!! 🙂

Challenge FeminiBooks Challenge : octobre / Livre qui met en avant une ou des sorcières. Livre 4/12 (oui, je sais il s’agit du livre pour octobre mais je m’octroie un peu de liberté calendaire !!! 😉 )

Je bouquine

Derniers craquages livresques #7

Cela fait un certain temps que je n’ai pas partagé mes (trop) nombreux achats… je ne sais pas pourquoi parce que j’adoooooore fureter dans les nouvelles acquisitions d’autres taré(e)s de la PAL : une bonne façon de ne pas culpabiliser devant ses propres achats 😉 Car, bien que tentant de limiter au maximum mon impact environnemental et ma consommation de façon générale… les livres restent et resteront très certainement le domaine dans lequel je suis incapable de me raisonner… malgré des convictions très profondes et importantes bien ancrées dans ma petite trombine… bref, à chacun ses vices… Pour ma défense, certains d’entre eux sont des cadeaux 😉

J’espère que ces nouveaux petits bijoux inspireront de possibles découvertes par chez vous. J’ai d’autres projets d’acquisitions qui sont d’ores et déjà commandées chez ma libraire, j’en reparle vite car il y aura des pépites !!! 🙂

Je bouquine·Je papote

Le « Pumpkin Autumn Challenge » – Session La tête dans les étoiles – 2019

Sommes-nous du genre à rester sur un « échec » mmmmhh ???!!! Oh que noooonnn !!! Avons-nous peur de ne pas lire la PAL, certainement trop ambitieuse au vu du temps libre dont nous disposons en plus des deux autres challenges (le FeminiBooks Challenge et le Challenge de l’Imaginaire) dans lesquels nous nous sommes lancées cette année, en dehors de toute considération pratique et réaliste du dit temps libre ??? Mmmmhhh ???!!

Pour ma défense, il semble impossible de résister à la vidéo d’introduction juste magique de Guimause qui organise encore cette année ce magnifique et automnal challenge qu’elle incarne juste à la perfection (non mais regardez sa photo ci-dessous !!!). Bref, je vous renvoie à son article pour plus d’informations 😉

Photo « Le terrier de Guimause »

 

Alors, je vais la jouer finotte et tenter de valider plusieurs challenges avec les mêmes lectures car impossible de ne pas tenter ce challenge beaucoup troooop tentant (vous la sentez l’excitation de la lectrice addict ??? hiiii) mais impossible de me rajouter trop de bouquins à lire d’ici la fin de l’année (la raison se rappelle à moiiiii). J’ai donc choisi l’option 1 avec les menus ci-dessous 😉 :

Menu Automne Frissonnant :

  • Les os/eaux de Davy Jones : « La sirène » de Kiera Cass
  • Les Freaks, c’est chic : « La dernière sirène » de Sibylline & Capucine

Menu Automne Enchanteur :

  • Misty day : « L’héritage d’Arachné » de Marine Kelada
  • Prenez garde aux souliers pointus : « Le juge et la sorcière » de Joëlle Dusseau

Menu Automne Enchanteur :

  • Rêverons-nous de moutons électriques ? : « Onirophrénie » de Rozenn Illiano
  • Songe d’une nuit d’automne : « Effroyable porcelaine » de Vincent Tassy

Je vous encourage vivement à vous lancer dans ce challenge si ce n’est pas déjà fait… une belle façon de célébrer cette maaaagnifique saison (oui, toujours les pieds en patates avec cette chaaaaaleur de l’horreur…). Bref, vivement les écharpes, le feu dans le poêle, le chocolat chaud, les balades dans les bois… 🙂

Je bouquine

« Dans les veines » de Morgane Caussarieu

Sans titre« La canicule enflamme les nuits bordelaises. Une bande de camés dévaste un supermarché. Et tandis que l’on repêche des cadavres exsangues dans la Garonne, des filles perdues poussent leur dernier soupir sur le son du Bathory, nouveau repaire de la faune nocturne. Chargé d’enquêter sur ces événements, le lieutenant Baron suit la trace de tueurs dégénérés avides de sexe, de drogue et de rock’n’roll, bien décidés à saigner la cité girondine.
Vampires… Le mot, absurde, échauffe les esprits, sans que personne n’ose encore le prononcer. Et alors que l’investigation piétine, Lily, la propre fille de Baron, s’entiche de l’inquiétant Damian, pensant trouver dans cette passion toxique un remède à son mal-être. »

Je SAVAIS que la plume de cette nana me plairait !!! Appeler ça l’intuition ou 8ème sens de la lectrice (oui, j’ai quelques talents cachés héhéhé) ou du chauvinisme (étant née dans la région des pins comme elle…) car oui avoir des autrices qui sont du « coin » et qui envoient du bois c’est assez chouette !!! Bref, le style est top, la plume fluide, crue et directe sert formidablement bien le récit… Et là, on en vient au gros du morceau… car cette chère Morgane nous embarque dans un véritable retour aux sources du mythe du vampire : bestial, assoiffé de sang, dégénéré, malsain et sans aucune limite… Tout ça dans un univers underground à l’influence post punk que j’ai adoré ❤ Comme précisé sur la couverture, ce roman s’adresse à un « public averti » car l’autrice ne nous épargne absolument rien !!! C’est trash, gore, sanglant, dérangeant, obscène… donc clairement pas pour tout le monde mais l’histoire est géniale !!! J’ai bouffé ce roman en moins de deux jours, impossible de le lâcher, j’étais à foooond dedans et vraiment curieuse de voir comment elle allait nous pondre une fin à la hauteur de son intrigue et de ses personnages… et… c’était juste parfait !!! Bref, une lecture addictive qui te prend aux tripes !!!

 

cli7b Livre – 5/12