Je bouquine

« Le diable » de Léon Tolstoï

couv70838110« Irténiev, propriétaire terrien, est un homme sérieux, qui gère son domaine avec efficacité et rigueur. Marié à la douce et fragile Lise, romantique amoureuse qui l’idéalise, Irténiev fait de son mieux pour être à la hauteur. C’est sans compter sur Stépanida, une belle paysane impudique, au regard de braise, au corps vigoureux et à la peau laiteuse, qui met tous ses sens en émoi… »

Je voulais absolument parler de cette nouvelle ici pour plusieurs raisons !!! Déjà parce qu’il ne faut pas se fier à cette couverture toute pourrie. Et puis parce qu’il ne faut pas avoir peur du nom sur la dite « couverture toute pourrie » car ce cher Léon, auteur classique s’il en est, reste tout à fait accessible. J’ai trèèèès longtemps été une lectrice exclusive de classiques (dés la primaire, c’est dire…). J’ai délaissé quelque peu le genre pour nécessité impérieuse de renouveau durant un moment et j’y reviens doucement mais sûrement notamment grâce à Emy et son club de lecture. Et, parce que les classiques c’est juste le pied et que non Léon… je n’ai pas peur de toi !!!

Dans cette nouvelle, on suit l’entrée dans la vie adulte de Irténiev, jeune homme bourré d’idéaux qui vont doucement se fracasser devant son impossibilité à oublier une femme avec qui il entretenait une liaison avant son mariage. La femme ici n’est pas la tentatrice mais l’objet d’une obsession totale de la part du bonhomme qui finit par en perdre la raison à défaut de perdre son honneur. Tolstoï ne fait pas de cadeau au genre humain ici dont la tendance à l’autodestruction et les pulsions de mort le poussent à bousiller son bonheur durement acquis (une condition sociale respectable et une épouse aimante dans le cas de Irténiev). L’auteur maitrise son sujet, il amène les choses de façon tout à fait juste ce qui rend le récit tout à fait cohérent et crédible.

Je connaissais Tolstoï plutôt par le prisme de la décroissance, dont il est un des penseurs. Découvrir (ENFIN) sa plume était juste génial. Bref, je recommande ++ pour s’attaquer à l’œuvre de ce géant et démystifier un peu la bête 😉

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s